user preferences

Cinquième édition du bulletin régional Le Pic-Bois, "Pour en finir avec le travail", maintenant en ligne !

category amérique du nord / mexique | luttes en milieu de travail | nouvelles author Saturday October 24, 2015 07:06author by Collectif Emma Goldman Report this post to the editors

Le Pic-Bois est un bulletin d’information libertaire régional publié au Saguenay depuis 2010. Diffusé par le Collectif anarchiste Emma Goldman et ses ami-e-s, le Pic-Bois met de l’avant la construction d’alternatives sociales et d’un pouvoir populaire pour changer la société ici et maintenant. Oiseau tapageur et rebelle, le Pic-Bois vous informe et sensibilise pour rompre avec l’ordre établi.

Ce cinquième numéro est entièrement consacré à la question du travail. Il a pour but de susciter des réflexions critiques et des débats à propos de cet élément majeur (et accapareur) de nos vies en système capitaliste. Si vous souhaitez faire la distribution du journal sur votre campus, dans votre voisinage ou dans votre lieu de travail, sentez vous bien sûr libre de faire des photocopies à partir du fichier que l'on joint ici.

Des centaines de copies en ont déjà été distribuées, notamment à l'occasion du Bazar de l'Imprimé et du Nouveau Graphisme (BING) à Chicoutimi. Vous aurez également la chance de vous en procurer des copies lors de prochains événements.

Le Pic-Bois n°5 (format PDF) est disponible en ligne par téléchargement à cette adresse. http://dl.free.fr/wcdmym3dR

De son bec solide, le Pic-Bois s’engage dans un perçage difficile, mais avec la force du nombre il vaincra! Les éditions précédentes du bulletin sont toujours en ligne (et encore d’actualité).

• No.1, 2010 – Sur les « régions ressources » - http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2010/02/sortie-de-notre....html
• No.2, 2011 – Sur le Racisme au Saguenay-Lac-St-Jean - http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2011/06/deuxieme-paruti....html
• No.3, 2012 – Sur les Radios-Poubelles - http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2012/10/troisieme-parut....html
- No.4, 2015 - Sur le Colonialisme - http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/03/quatrieme-parut....html

Texte intégral :

Pour en finir avec le travail

Vous payerez cher. Vous payerez tout. – Slogan de l’Autonomie.

Ils l’avaient dans leur mire et ils l’ont confirmé lors de leur dernier congrès, les Libéraux souhaitent repousser l’âge de la retraite de 65 à 67 ans. Une autre attaque contre les travailleurs et travailleuses qui subissent déjà de plein fouet une série de mesures d’austérité. Pour eux, ce n’est pas encore assez. Il faut presser le citron au maximum. Alors que les politiciens et politiciennes augmentent leur salaire sans cesse, reçoivent de multiples primes, dont une quand ils « quittent » la vie politique et se dotent de parachutes dorés, ils osent attaquer la retraite des travailleurs et travailleuses. Selon Couillard, « On ne peut plus se payer ce genre de luxe là. » (de la retraite à 65 ans). Il n’y a aucun luxe dans le fait de passer la majorité de sa vie à travailler pour enrichir gouvernements et patrons. Bien souvent en détériorant grandement notre santé avec le stress, la pression, les emplois physiques et en contact avec des produits toxiques, etc.

Détruire le travail

Les ouvriers ne vont pas à l’usine pour faire des enquêtes mais parce qu’ils y sont contraints. Le travail n’est pas une façon de vivre. Mais l’obligation de se vendre pour vivre. Et c’est en luttant contre le travail, contre cette vente forcée d’eux-mêmes qu’ils se heurtent aux règles de la société. Et c’est en luttant pour travailler moins, pour ne plus se laisser empoisonner par le travail qu’ils luttent aussi contre la nocivité. Car il est nocif de se lever tous les matins pour aller travailler, il est nocif de suivre les rythmes, les modes de la production, il est nocif de faire les roulements, il est nocif de rentrer chez soi avec un travail qui te contraint le lendemain de retourner à l’usine. – Assemblée autonome de Porto Marghera, 1974.

Il est visiblement temps de repenser la façon dont on conçoit le travail. L’usine, longtemps vue comme le champ de bataille de premier plan, et qui, à une certaine époque, a amené une amélioration des conditions de vie, concentre de moins en moins de travailleurs et travailleuses (en dehors de l'extraction des ressources naturelles), au profit des secteurs de travail « improductif » (ex. services, communication, etc.). Le nombre de grèves ouvrières au Québec est en baisse. Par une division internationale du travail qui accroît sans cesse les inégalités et les délocalisations, la société de consommation accorde un mode de vie privilégié de « made in China » aux Occidentaux; le confort aliéné. Avec l'accroissement des masses d'exclu-e-s du travail et du précariat, la lutte des classes dépasse aujourd'hui largement nos milieux de travail. Nos quartiers, terrains de jeux des capitalistes et promoteurs immobiliers, sont également des aires de hautes luttes. La spécialisation et l’atomisation des emplois ont profondément atteint le pouvoir de la classe ouvrière en tant que force sociale d'opposition et lui ont en partie fait perdre la position stratégique qu'elle occupait. La classe ouvrière à laquelle se référaient les auteur-e-s classiques du mouvement anarchiste a profondément changé. Cette dernière, loin d’être figée dans le temps, subit des recompositions au gré des transformations du Capital qui se restructure sans cesse.

Après avoir gagné leur accès au travail de longues et dures luttes, les femmes voient aujourd'hui la précarisation et les mesures d'austérité menacer ces acquis. La question du travail, c'est également la double exploitation que subissent les femmes à travers le travail domestique non rémunéré. C'est ce qu'on appelle la sphère de « reproduction ». Ce travail invisibilisé est utile au système car il fait en sorte de « libérer » des personnes pour aller travailler pour des capitalistes à la place. Quand on y pense c'est ridicule et illogique. La répartition inégale des tâches ménagères, sous couvert d'explications biologiques mysogynes, sert l'intérêt des capitalistes.

Toutefois, une chose demeure : les travailleurs et travailleuses sont le moteur du développement du capitalisme. Ils assurent la production et la consommation nécessaire au système pour se reproduire. Devant un tel paradoxe où les travailleurs et travailleuses exploité-e-s reproduisent ce système d’inégalités et d’oppression, le refus du travail devient donc un moyen de lutter contre le capitalisme et son flux de marchandises. Ainsi, c’est par ce refus que le travailleur et la travailleuse cessent d'être des rouages de la machine et transforment leur identité assujettissante en une identité de combat. Cette transformation ne tombe pas du ciel, ni généralement des meilleurs livres théoriques. Elle se construit à travers une gymnastique révolutionnaire de grèves, de manifestations, d’occupations, d’assemblées, de débats, etc.

S’organiser sur des bases autonomes

« Tout commence le jour où ils font une assemblée sans les bonzes du syndicat ». - Extrait du journal Rosso, Groupe Gramsci de Milan sur les ouvriers des ateliers de Mirafiori à Turin (1973).

Cette destruction du travail ne peut pas se faire par l’entremise de syndicats bureaucratisés, affairistes et jaunes. Par leur collaboration avec les patrons et le gouvernement, ceux-ci sabotent les efforts de lutte des travailleurs et travailleuses.

L’auto-organisation en comité autonome pourrait apporter aux travailleurs et travailleuses des gains directes par la reprise du pouvoir collectif. Personne d’autre qu’eux et elles sont mieux placé-e-s pour juger de leurs conditions et des luttes à mener sur le terrain. Ces comités autonomes de travailleurs et travailleuses servent d’école d’apprentissage, de lieu de solidarité et de moyens d’organisation pour mener la lutte dans nos lieux de travail. Il ne s'agit plus de « mieux gérer » notre boulot, mais de repenser la production selon nos besoins et nos désirs, en rupture avec le capitalisme.

Sur la lutte des comités autonomes ouvriers, l’expérience à l’usine Mirafiori de Turin s’avère des plus révélatrices. En s’auto-organisant, les ouvriers ont réussi à bloquer la plus grande usine d’Europe et de mettre en action le refus du travail et l’appropriation du territoire en sortant leur lutte du cadre de l’usine. Il ne s’agissait pas de mieux faire fonctionner l’usine, mais de la détruire comme agrégat de domination, d’oppression, d’exploitation et de souffrance. Les ouvriers ne voulaient plus produire des marchandises qui iraient alimenter le flux global de la production. Ils désiraient créer le nécessaire pour combler leurs besoins de base.

Amener la lutte sur le territoire : Changer la vie

Les luttes menées dans nos milieux de travail doivent également investir le territoire et retrouver les combats mis de l’avant dans les milieux de vie. Le capitaliste ne dicte pas seulement les sphères de la production et de la distribution, mais il structure aussi la vie et ses espaces. Nos quartiers sont transformés pour y installer des tours à bureaux, des condominiums, des projets mégalomanes de « Place à l’européenne », etc. Tout cela au prix d’évictions, de répression et de destruction des milieux de vie des opprimé-e-s du système. Les comités de travailleurs et travailleuses ont dans leur intérêt propre de se joindre aux luttes de réquisition des logements, d’occupations de terrain, de résistance aux nouveaux projets immobiliers, des combats menés dans les écoles, dans l’organisation commune de la vie, etc. Il s’agit de mettre en place une autre société, créée d'en bas et à gauche. Au lieu d’attendre de l’État qu’il nous verse des grenailles, nous pouvons nous organiser, entre exploité-e-s, en dehors du système bourgeois et ses valeurs. Créer des zones libérées où les idées et pratiques communistes libertaires sont mises en action. Des alternatives au système qui à terme feront office de contre-pouvoirs. Tout cela dans une perspective révolutionnaire et de défense de nos luttes face au bras armé de l’État, la Police.

Related Link: http://ucl-saguenay.blogspot.ca/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Front page

Aodhan Ó Ríordáin: Playing The Big Man in America

Nós anarquistas saudamos o 8 de março: dia internacional de luta e resistência das mulheres!

Özgürlüğümüz Mücadelemizdedir

IWD 2017: Celebrating a new revolution

Solidarité avec Théo et toutes les victimes des violences policières ! Non à la loi « Sécurité Publique » !

Solidaridad y Defensa de las Comunidades Frente al Avance del Paramilitarismo en el Cauca

A Conservative Threat Offers New Opportunities for Working Class Feminism

De las colectivizaciones al 15M: 80 años de lucha por la autogestión en España

False hope, broken promises: Obama’s belligerent legacy

Primer encuentro feminista Solidaridad – Federación Comunista Libertaria

Devrimci Anarşist Tutsak Umut Fırat Süvarioğulları Açlık Grevinin 39 Gününde

The Fall of Aleppo

Italia - Ricostruire opposizione sociale organizzata dal basso. Costruire un progetto collettivo per l’alternativa libertaria.

Recordando a César Roa, luchador de la caña

Prison Sentence to Managing Editor of Anarchist Meydan Newspaper in Turkey

Liberación de la Uma Kiwe, autonomía y territorio: una mirada libertaria para la comprensión de la lucha nasa

Misunderstanding syndicalism

American Anarchist and Wobbly killed by Turkey while fighting ISIS in Rojava

Devlet Tecavüzdür

Attaque fasciste sur la Croix Rousse et contre la librairie libertaire la Plume Noire

Red November, Black November – An Anarchist Response to the Election

Resistance at Standing Rock

1986-2016: 30° anniversario di Alternativa Libertaria/fdca

El feminismo es cuestión de vida o muerte

Amérique du Nord / Mexique | Luttes en milieu de travail | Nouvelles | fr

Thu 23 Mar, 11:18

browse text browse image

textQuébec: grève générale dans le batiment? 03:03 Mon 23 Aug by Voix de faits 1 comments

Depuis janvier 2010, les ouvriers de la construction du Québec sont sans contrat de travail. Pourtant, autant patrons que syndicats avaient annoncé, dès octobre 2009, une négociation exemplaire qui se règlerait pour la date d’échéance des conventions collectives. Pratiquement neuf mois plus tard, les travailleurs en chantiers n’ont toujours pas de conventions de signées et la situation devient de plus en plus tendue.

[English]

textSur les lignes... 22:09 Mon 03 May by Cause commune 0 comments

Une marée vert pomme à Montréal

Personne ne l'avait vu venir mais le Front commun du secteur public a réussi à mobiliser plus de 70 000 personnes à Montréal le 20 mars dernier. Bien sûr, c'était une parade gentille et hyper-contrôlée mais ça reste impressionnant. La direction des centrales syndicales semble déterminée à obtenir un règlement négocié à n'importe quel prix (tout sauf un décret!). Il n'empêche que le bateau commence à tanguer un peu. Dans le secteur de la santé, le ras-le-bol est généralisé chez les infirmières (y'a même des mini-grèves sur le tas pour refuser le temps supplémentaire), au point où la FIQ (Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec) se sent à l'aise pour demander du même souffle la conciliation et aller chercher un mandat de grève. Même chose chez les profs de la grande région montréalaise qui veulent aussi des mandats de grève et qu'on a vu cet hiver et ce printemps dans les manifs antilibérales. Ailleurs, par contre, c'est encore le calme plat. Seul l'avenir dira si l'automne sera chaud mais c'est un dossier à surveiller.

textConflits au Saguenay-Lac-Saint-Jean 04:04 Sat 05 Dec by Cause commune 0 comments

À Dolbeau-Mistassini, la menace d’une fermeture définitive de l’usine de pâtes d’AbitibiBowater, qui comptait près de 280 travailleurs syndiqués en arrêt de travail depuis le mois de juin, provoque la colère et l’anxiété dans cette ville mono-industrielle du nord du Lac-Saint-Jean. Après s’être mise sous la protection de la loi sur les faillites en avril 2009, la multinationale explique qu’elle prépare une restructuration pour faire face à la diminution de la demande en pâtes et papiers, et ne cache pas qu’il y a très peu de chance de réouverture.

textOntario: La mine aux mineurs ! 04:02 Sat 05 Dec by Cause commune 0 comments

Depuis le 13 juillet, près de 3 500 employé-es syndiqué-es de Vale Inco, une compagnie minière canadienne appartenant à la transnationale brésilienne Companhia do Vale Rio Doce (CVRD), sont en grève dans diverses régions, dont plus de 3 000 à Sudbury en Ontario. Le conflit résulte de la volonté de la compagnie d’exiger des diminutions drastiques au niveau des salaires et des conditions de travail, durement acquises dans les dernières décennies, alors qu’au même moment elle affiche des profits records.

textSyndicalisation : Starbucks montre son vrai visage 03:43 Sat 05 Sep by Cause commune 0 comments

Nous apprenions, le 13 juillet dernier, que les employé-e-s d’une première succursale de Starbucks au Québec ont déposé une demande en accréditation syndicale auprès de la Commission des relations du travail (CRT). Ce sont les salarié-e-s du Starbucks Germain-des-Prés, à Québec ,qui sont à l’origine de cette demande. Cette situation pourrait sembler banale si ce n’était de l’affiliation du nouveau syndicat : les Industrial Workers of the World (IWW), célèbre centrale syndicale révolutionnaire.

textMontréal: Grève(s) générale(s) à l’UQAM 02:37 Sat 25 Apr by Cause commune 0 comments

Que dire maintenant de la grève générale illimitée qui perdure depuis le 9 mars 2009? La grève a été déclenchée par le SPUQ dans le cadre de la négociation d’un nouveau contrat de travail. Rapidement, des associations étudiantes ont rejoint ce mouvement. Pendant la première semaine d’avril, plus de 30 000 étudiantes et étudiants et tout le corps professoral font la grève.

textSaguenay: Lock-out au journal Le Réveil 02:34 Sat 25 Apr by Cause commune 0 comments

Le 4 mars dernier, Quebecor déclenchait son 14e lock-out en 14 ans, ciblant cette fois-ci les travailleurs et les travailleuses du journal Le Réveil au Saguenay.

textQuébec: 1 mois de lock-out au Réveil: derniers développements 19:32 Wed 08 Apr by Collectif Emma Goldman 0 comments

Un mois de lock-out et ça se poursuit pour les travailleurs-euses du Journal Le Réveil qui cherchent à attirer la solidarité des gens de la région et des commerçant-e-s pour le boycott du journal produit par les cadres et l'agence QRI de Quebecor en contournant vicieusement la loi anti-scab du code du travail. Jusqu'à maintenant 21 organismes et entreprises ont pris la décision de boycotter les annonces du Réveil. Ville-Saguenay, qui y achetait annuellement pour 130 000$ de publicité, a récemment annoncé qu'elle diminuerait ses annonces de moitié durant le conflit, en donnant pour raison de ce semi-boycott que les conseillers-ères et le maire étaient divisé-e-s sur la question. De nombreux syndicats et organismes, dont la Commission Scolaire de la Jonquière et la Centrale des Syndicats du Québec régionale, ont pris position en solidarité avec les lock-outé-e-s. La CSQ a distribué des affichettes indiquant le refus du Réveil au camelot à ses 4000 syndiqué-e-s dans la région. La CSN, à laquelle les travailleurs-euses du Réveil sont syndiqué-e-s, a produit des milliers d'autocollant à poser sur les boîtes à lettre pour indiquer le boycott du journal.

textConflits dans la restauration... 04:29 Thu 26 Feb by Cause commune 0 comments

Tour d'horizon de certains conflits dans la restauration au Québec.

textGRÈVE MAXI : État des lieux 04:26 Thu 26 Feb by Cause commune 0 comments

Dernière heure: Entente de principe avec Maxi

Nous apprenons au moment d’aller sous presse qu’une entente de principe est intervenue dans la nuit du 16 au 17 février. Le syndicat annonce que l’entente de principe, dont le contenu est encore secret, sera recommandée aux assemblées générales par les délégués syndicaux.

more >>

imageCause Commune express Édition spéciale Lock-out des employé-e-s de garage du Saguenay-Lac Saint-Jean Jul 07 by Collectif Emma Goldman 0 comments

Voici l'édition express du journal Cause Commune produite à l'occasion des manifestations régionales des lock-outé-e-s des garages de 25 concessionnaires de la région. Ces patrons jouent carrément à humilier les gens qu'ils ont mis en lock-out pour les faire plier et en mettre jusqu'au quart à la porte pour augmenter leurs profits. Solidarité! Boycottez les concessionnaires! La voici en format virtuel...

imageQuébec : La lutte des lock-outé-e-s d’Alma, vue par un étudiant Jul 09 by Blogue du Collectif Emma Goldman 0 comments

Quand la réponse aux appels de solidarité fait tant défaut, quoi penser du « combat pour la région » porté si fièrement par les syndiqué-e-s? Doit-on oublier le contexte économique, social et politique de précarisation, d’attaque sur les droits sociaux, d’exode continuel et de dépendance au profit d’une négociation particulière? L’erreur la plus grande dans tout cela est sans doute celle des allié-e-s qu’elle pense ainsi trouver chez les maires, les commerçants et la petite bourgeoisie régionaliste.

imageL’anarchie de A à Z: «W» comme Wobblies Sep 09 by Cause commune 0 comments

Depuis quelques mois, un «nouveau» syndicat révolutionnaire fait parler de lui au Québec: le Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses (SITT). Il s’agit de la section locale des Industrial Workers of the World (IWW) aussi connu sous le nom de wobblies. C’est le mouvement qui soutient la syndicalisation des cafés Starbucks dont nous parlons ailleurs dans ces pages.

textEncore des syndiqué-es qui exagèrent?* Feb 02 by Union Communiste Libertaire-Collectif de Montréal 0 comments

Le 24 janvier 2009, Pierre Karl Péladeau, le grand patron de l'empire Quebecor, refusait une fois de plus de négocier avec les travailleurs-euses du Journal de Montréal et leur donnait comme seul réponse, témoignant de tout son son arrogance, un lockout.

textÀ qui profite le travail précaire May 16 by Cause commune 0 comments

Dans les vingt dernières années, on a vu se généraliser des conditions de travail précaires, des emplois flexibles et à horaires brisés, sur appel et à des conditions de moins en moins intéressantes. Cette transformation du travail et des emplois corresponds à une volonté du patronat de mettre à genoux les travailleurs et travailleuses et de restaurer leurs profits en renforçant l’exploitation salariale.

more >>

textPremier mai communiste libertaire! Apr 19 NEFAC 0 comments

Le 1er mai sera donc l’occasion pour les communistes libertaires de démontrer qu’il existe une alternative libertaire révolutionnaire et combative pour tous les travailleurs et travailleuses qui exigent le respect et des conditions de vie décentes de leur patron.

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]