user preferences

New Events

International

no event posted in the last week

Upcoming Events

International | Genre

No upcoming events.
Recent articles by CGA - Lyon
This author has not submitted any other articles.
Recent Articles about International Genre

#Moi aussi, j’ai #balancé : et après ? Dec 07 17 by Julie, Emilie & Flo

IWD 2017: Celebrating a new revolution Mar 08 17 by Melbourne Anarchist Communist Group

Cómo se convirtió la prostitución en la profesión más moderna del mund... Dec 26 16 by Kajsa Ekis Ekman

Contre les violences masculines, solidarité féministe !

category international | genre | communiqué de presse author Thursday December 07, 2017 03:06author by CGA - Lyon - Coordination des Groupes Anarchistes Report this post to the editors

Le 25 novembre a lieu la journée de lutte contre les violences masculines, pour dénoncer les violences quotidiennes exercées par des hommes sur des femmes. Le 20 novembre a lieu la journée du souvenir trans (Transgender Day of Remembrance), pour commémorer les personnes trans assassinées. Si ces deux journées sont souvent présentées de manière complètement disjointes, il nous semble pourtant qu’elles se rejoignent énormément.
drapeau_noir_violet.jpg

Les deux ont pour origine l’assassinat de femmes : Patria, Minerva et María Teresa Mirabal, assassinées le 25 novembre 1960 par le dictateur de la Républice Dominicaine Rafael Trujillo, pour la journée contre les violences masculines ; Rita Hester, assassinée le 28 novembre 1998, et dont le meurtrier reste inconnu, pour la journée du souvenir trans. La grande majorité des personnes trans assassinées sont des femmes, la plupart racisées, et la quasi-totalité des assassins sont des hommes ; et si la composante transphobe est bien évidemment présente dans ces meurtres, ils ont aussi un caractère misogyne. De la même manière, si les violences masculines touchent toutes les femmes, elles frappent encore plus violemment celles qui cumulent d’autres oppressions : femmes trans, racisées, prolétaires, lesbiennes ou bisexuelles, handies, etc.

En effet, les violences masculines ne sont pas l’œuvre de quelques individus violents, mais une manière de maintenir le patriarcat, c’est-à-dire la domination des hommes sur les femmes. La lesbophobie, la biphobie et la transphobie ne sont pas dissociables du patriarcat, mais en font partie intégrante. Elles servent à faire rentrer dans le rang ou à éliminer les femmes qui ne suivent pas le modèle patriarcal. Celui-ci assigne des individus à un genre en fonction de leur sexe de naissance et érigent l’hétérosexualité comme norme. Dans ce modèle , les lesbiennes et les femmes trans ne peuvent être considérées que comme objet de fantasme pour hommes hétérosexuels, ou comme des monstres à éliminer ou à « corriger » car n’étant pas de « vraies femmes ».

Les violences masculines ne sont pas gratuites ou aveugles, mais servent à maintenir l’exploitation des femmes par les hommes : travail domestique (où les tâches ménagères, d’éducation des enfants, de travail émotionnel, etc., reviennent majoritairement aux femmes), appropriation du corps des femmes par les hommes (viols, agressions sexuelles, injonctions au sexe, ...), écarts de salaire et précarité dans l’emploi, etc.
Les violences des hommes sur les femmes sont partout : à la maison, dans la rue, au travail, dans les transports, à l’école, chez le médecin, etc. Ces violences tuent au quotidien, mais ces meurtres sont présentés comme des « faits divers » ou des « drames familiaux » plutôt que comme un mécanisme systémique. La police et la justice patriarcales couvrent ces violences : lorsque des femmes portent plainte, elles se voient souvent ridiculisées, interrogées, jugées sur leurs comportements ou leurs vêtements, et la plupart du temps les procédures contre les agresseurs n’aboutissent pas. À l’inverse, lorsque des femmes se défendent, elles sont parfois condamnées pour ne pas s’être laissées faire. Et lorsque des policiers s’en prennent à leur compagne ou ex-compagne avec leur arme de service, comme ça a encore malheureusement été le cas à Sarcelles il y a quelques jours, l’origine sexiste est totalement évacuée et l’on parle juste, au mieux, de « folie meurtrière », voire , comme Gérard Collomb, qui préfèrent parler des difficultés que ces assassins peuvent ressentir.

Face aux violences masculines et au patriarcat, il est urgent de développer des solidarités féministes. Des solidarités féministes qui incluent toutes les femmes, et prennent en compte les autres oppressions qu’elles subissent, que ce soit le capitalisme, la lesbophobie, la transphobie, le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, le validisme, le travail du sexe/prostitution, etc. Des solidarités féministes pour reprendre du pouvoir sur nos vies et sur nos corps, pour prendre confiance en nous, pour apprendre à dire non, à nous défendre, et à nous battre pour construire ensemble un monde sans oppression.

Oui mais, ça branle dans le manche, les mauvais jours finiront

Et gare à la revanche quand toutes les femmes s’y mettront !

This page has not been translated into Polski yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
¿Què està passant a Catalunya?

Front page

Noi comunisti anarchici/libertari nella lotta di classe, nell'Europa del capitale

Luttons contre le harcèlement et toutes les violences patriarcales !

The Old Man and the Coup

Hands off the anarchist movement ! Solidarity with the FAG and the anarchists in Brazil !

URGENTE! Contra A Criminalização, Rodear De Solidariedade Aos Que Lutam!

¡Santiago Maldonado Vive!

Catalunya como oportunidad (para el resto del estado)

La sangre de Llorente, Tumaco: masacre e infamia

Triem Lluitar, El 3 D’octubre Totes I Tots A La Vaga General

¿Què està passant a Catalunya?

Loi travail 2017 : Tout le pouvoir aux patrons !

En Allemagne et ailleurs, la répression ne nous fera pas taire !

El acuerdo en preparacion entre la Union Europea y Libia es un crimen de lesa humanidad

Mourn the Dead, Fight Like Hell for the Living

SAFTU: The tragedy and (hopefully not) the farce

Anarchism, Ethics and Justice: The Michael Schmidt Case

Land, law and decades of devastating douchebaggery

Democracia direta já! Barrar as reformas nas ruas e construir o Poder Popular!

Reseña del libro de José Luis Carretero Miramar “Eduardo Barriobero: Las Luchas de un Jabalí” (Queimada Ediciones, 2017)

Análise da crise política do início da queda do governo Temer

Dès maintenant, passons de la défiance à la résistance sociale !

17 maggio, giornata internazionale contro l’omofobia.

Los Mártires de Chicago: historia de un crimen de clase en la tierra de la “democracia y la libertad”

Strike in Cachoeirinha

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]