user preferences

New Events

Machrek / Arabie / Irak

no event posted in the last week

Reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël : de l'huile sur le feu qui brûle la Palestine

category machrek / arabie / irak | divers | article de fond author Wednesday December 20, 2017 02:54author by Commission Internationale - CGA Report this post to the editors

Analyse de la Commission Internationale de la Coordination des Groupes Anarchistes

featured image
photo d'illustration (date de sept 2015)

Mercredi 6 décembre 2017, le président fascisant des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump, a mis le feu aux poudres en déclarant reconnaître Jérusalem/Al-Qods comme capitale de l’État d’Israël. Cela répond à une revendication historique de l’extrême-droite israélienne et envoie un message clair d’impunité aux colons les plus radicaux. Depuis cette décision, au moins 8 palestinien-ne-s sont mort-e-s et des centaines de personnes ont été blessées dans des bombardements sur la bande de Gaza et des affrontements avec les forces de l’ordre israéliennes.

Analyse de la commission itnernationale de la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA), organisation membre du réseau Anarkismo.

Cette décision s’inscrit dans une convergence de fond entre le projet colonial d’Israël et les courants nationalistes, colonialistes et racistes en Europe et Amérique du Nord.

Le sionisme est un nationalisme et un colonialisme

Le sionisme, en tant qu’idéologie nationale de l’État d’Israël, est largement inspirée par le nationalisme tel qu’il a été développé par de nombreux peuples d’Europe, puis d’ailleurs, à partir du XIXème siècle. En tant qu’anarchistes, nous combattons le nationalisme comme une idéologie qui sert les classes dirigeantes en cherchant à unifier un peuple autour d’un récit national d’une prétendue histoire, culture et langue commune (deux langues à la rigueur). Le nationalisme est donc pour nous une idéologie qui, dans son essence, relègue les intérêts des opprimé-e-s derrière ceux prétendument prioritaires de la « nation » et qui tend, en outre, à limiter, voire à faire disparaître, toute expression de particularismes culturels et linguistiques.
Par ailleurs, le nationalisme verse régulièrement dans une vision raciste du monde dans lequel les membres de la nation seraient supérieur-e-s aux individu-e-s extérieur-e-s (ou rejeté-e-s) à la communauté nationale. Cette vision raciste est doublement utile pour les classes dirigeantes : elle permet de diviser les opprimé-e-s en les opposant les un-e-s aux autres au lieu de les liguer contre leur oppresseurs ; elle fournit une justification aux multiples projets colonisateurs et expansionnistes portés par les différents nationalismes, en particulier les nationalismes européens. Dans ce cadre, le sionisme défendu et utilisé par l’État d’Israël, bien qu’il s’agisse d’un « colonialisme sans métropole », est un parent éloigné des nationalismes et des projets coloniaux français, anglais, belge et autres. En effet, il a intégré une large part de l’imaginaire colonial européen, ainsi que ses méthodes brutales d’expropriation, tout en se présentant comme un « mouvement de libération nationale ». On retrouve cette logique coloniale raciste derrière le récit soit-disant « féministe » et « ouvert » pour les minorités sexuelles et de genre de l’État israélien, qui serait un refuge pour les personnes opprimé-e-s par le patriarcat et l’hétérosexualité imposée, qui serait l’apanage des cultures arabo-musulmanes. Il s’agit là bien entendu de « pink washing », au sens où l’État israélien instrumentalise des luttes légitimes d’opprimé-e-s pour mieux légitimer son expansion coloniale et l’oppression qu’elle impose aux Palestinien-ne-s, quels que soient d’ailleurs leur sexualité ou le genre auquel ielles s’identifient.

Le sionisme est un produit de l’histoire coloniale et de l’anti-sémitisme européen

Le sionisme est une idéologie nationaliste qui s’est forgé dans le double contexte de l’émergence de l’idéologie nationaliste en Europe et de la montée en puissance de l’antisémitisme moderne qui a découlé de cette émergence. Plutôt que de s’attaquer au nationalisme nourrissant l’antisémitisme, le mouvement sioniste a choisi d’en reproduire les conceptions, considérant l’oppression antisémite comme inéluctablement liée au diasporisme. Cette conception a été combattue dès l’origine par les courants ouvriers juifs internationalistes, qui associaient autodéfense antiraciste et lutte de classe.
Les persécutions qui visaient les minorités nationales juives, notamment en Europe de l’Est, ont cependant peu à peu renforcé l’idée parmi une minorité des juives et des juifs que la solution au racisme qu’ielles subissaient se trouvait dans la fondation d’un Etat qui réunirait et protègerait le peuple juif. Cette idée a progressé chaque fois que le mouvement ouvrier ne s’est pas montré assez ferme dans la lutte contre l’antisémitisme, y compris en son propre sein..
L’extermination des juives et des juifs par le régime nazi n’est que l’expression la plus extrême et la plus déshumanisée d’une tendance longue et lourde dans de nombreux pays européens. Encore maintenant, les différents courants du sionisme se présentent comme une réponse à l’antisémitisme et présentent le soutien au fait colonial israelien comme une nécessité pour les juives et juifs, celui-ci étant présenté comme le garant de leur sécurité. C’est ce qu’on a pu voir à l’occasion des attaques antisémites massives qui ont eu lieu en France en 2012 (Toulouse) et en janvier 2015 (Paris). L’État d’Israël se présente comme un refuge pour les juives et les juifs, qu’il faudrait constituer en tant que peuple sur la “terre sainte”, dans un territoire sécurisé et débarrassé du fléau antisémite. Cela n’empêche pas la droite et l’extrême droite sioniste de faire preuve d’une complaisance régulière avec des antisémites, pourvu qu’ils soient considérés comme des « alliés objectifs » de l’État d’Israel. Ainsi Netanyahu a-t’il multiplié les sorties en soutien à Trump, minimisant l’influence de ses alliés néo-nazis et la responsabilité de ce dernier dans les attaques antisémites, comme il l’a fait avec le régime d’Orban ou celui de Poutine.

C’est aussi, en bonne partie, la responsabilité de la puissance coloniale française et de son œuvre de division raciste, si les minorités juives d’Afrique du Nord, entre autres, sont parties en masse renforcer le projet colonial israélien après les indépendances et s’y sont d’ailleurs retrouvées nettement opprimées, par l’exploitation capitaliste menée par les classes dirigeantes et par les divisions racistes qui structurent cet État.

Enfin, c’est parce que les puissances française et anglaise se sont partagées les restes de l’Empire Ottoman à la fin de la Première Guerre Mondiale que l’État d’Israël a pu voir le jour sur un territoire où habitaient déjà d’autres populations. En effet, le Traité de Sèvres a partagé les territoires de l’ancien empire en « mandats » français et britanniques. Alors que la France avait hérité de l’actuelle Syrie et du Liban , l’Angleterre contrôlait l’Irak et la Palestine (qui comprenait les territoires actuels de la Palestine/Israël et de la Jordanie). A partir de ce moment là, cette dernière a cherché à maintenir son emprise en soutenant tour à tour les ambitions des colons sionistes et celles des nationalistes arabes. Au sortir de la seconde Guerre Mondiale, les impérialismes européens, marqués tant par l’antisémitisme que par le racisme, ont vu dans le projet sioniste une manière de se débarrasser d’une population indésirable, et ce d’autant plus que les juives et juifs des classes populaires avaient souvent fait partie des secteurs les plus combatifs et les plus révolutionnaires dans la guerre de classes jusqu’à présent.

La décision de Trump, ses causes et ses répercussions
Donald Trump a été élu avec le soutien particulièrement déterminant des courants néofascistes de « l’alt-right », diffusant une idéologie raciste, antisémite et islamophobe. Son élection s’est traduite par une vague de violence contre la minorité noire, les minorités juives et musulmanes aux États-Unis. Face aux violences antisémites, le gouvernement Netanyahu et ses soutiens de la droite sioniste aux États-Unis comme en Israël n’ont cessé de minimiser la responsabilité du gouvernement Trump dans la situation. Alors qu’ils présentent régulièrement l’alignement sur leur politique comme une nécessité pour lutter contre l’antisémitisme, ils ont ainsi sacrifié la minorité juive américaine considérée comme trop à gauche, trop diasporique, trop critique à l’égard de la politique israélienne. Cette alliance se fait sur le dos des palestiniennes et des palestiniens, mais également sur le dos de la minorité juive aux États-Unis.

La récente décision de déplacer l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique de Tel-Aviv (capitale reconnue internationalement d’Israël) à Jérusalem/Al-Qods , et donc de reconnaître cette dernière ville comme capitale de l’État d’Israël, témoigne du soutien indéfectible de l’État étasunien au projet colonial israélien et risque bien de constituer une étape majeure de l’expansion de l’État d’Israël. En effet, Jérusalem/Al-Qods est jusqu’à présent une ville sous statut international spécifique, censé garantir l’accès et la protection des lieux saints des trois grands monothéismes, ce qui cristallise encore davantage les tensions liées à la colonisation et à l’expropriation des habitant-e-s historiques de la ville qui dure depuis des décennies. En appuyant une revendication historique des courants les plus extrêmes du sionisme, Trump valide implicitement les colonies (planifiées par l’État d’Israël ou non) qui réduisent le territoire déjà ridicule accordé par les traités internationaux à l’avorton d’État qu’est l’Autorité Palestinienne, qui oscille de son côté entre impuissance et collaboration. Ces colonies se sont d’ailleurs multipliées dès l’annonce des résultats des élections aux USA, en janvier dernier. La Cisjordanie n’est plus qu’un paquet de confettis, séparés les uns des autres par des check-points militaires, des murs et des barbelés. La population palestinienne est un marché captif et une part significative est contrainte de travailler directement pour la bourgeoisie israélienne. Les colons bénéficient, pour s’installer sur les terres palestiniennes, d’une multitude d’avantages, notamment fiscaux, énergétiques et fonciers.

La reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël s’inscrit donc dans une convergence de fond entre deux courants d’extrême droite, l’un à la tête des États-Unis, l’autre de l’État d’Israël. Elle s'inscrit, en outre, dans un timing local bien spécifique puisque les deux principaux mouvements palestiniens (le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et le Fatah, qui représente l’Autorité Palestinienne en Cisjordanie) étaient dans une phase de rapprochement. Remettre le feu aux poudres peut servir à saper le "renforcement" éventuel d'un interlocuteur palestinien officiel réunifié.

Ce que nous défendons
La Coordination des Groupes Anarchistes soutient tous les peuples en lutte contre le colonialisme et, à ce titre, défend le droit à l’autodétermination du peuple palestinien et sa légitime résistance contre l’occupation israélienne. Nous ne pensons pas que la solution politique à long terme réside dans la création et la reconnaissance d’un État palestinien qui ne fera que reproduire les travers inhérents à cette forme hiérarchique et autoritaire d’organisation sociale. Nous pensons que seule l’abolition du capitalisme, du patriarcat et du système de domination raciste, qui s’appuient les uns sur les autres et se renforcent mutuellement, peut constituer une base solide pour la région. En attendant, nous soutenons les initiatives populaires de résistance à l’occupation du peuple palestinien et les actions des anticolonialistes israélien-ne-s. Nous soutenons toutes celles et tous ceux qui luttent dans cette région pour une égalité de droits et, plus encore, pour une égalité réelle. C’est dans la lutte sociale et anticoloniale que se créent les conditions favorables au développement d’une coexistence harmonieuse et pacifique, basée sur la nécessaire égalité sociale et économique. Elle supposera dans tous les cas, pour commencer, l’arrêt de la colonisation et de l’expropriation des palestinienNEs, le droit au retour des réfugié-e-s, l’égalité pleine et entière des droits, l’arrêt du blocus de Gaza, la fin de l’apartheid pour les palestinien-ne-s de 48.

Alors que Nethanayu rencontrait Macron le 10 décembre à Paris, nous nous opposons à toute forme de coopération commerciale ou militaire avec l’État d’Israël, en particuier tant qu’il viole impunément les traités internationaux. A l’heure où Trump s’affiche comme un soutien des courants les plus extrêmes du colonialisme israélien, cette visite officielle qui sert à renforcer la stature international du président français légitime la politique agressive du dirigeant sioniste.

La colonisation israélienne doit cesser !
A bas le sionisme et ses alliés occidentaux ! A bas le colonialisme sous toutes ses formes !


la Commission Internationale de la CGA,
Coordination des Groupes Anarchistes,
le 18 décembre 2017

This page has not been translated into Nederlands yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
¿Què està passant a Catalunya?
© 2005-2018 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]