user preferences

venezuela / colombia / imperialismo / guerra / non-anarchist press Thursday May 09, 2019 02:07 byCecilia Zamudio

La guerra del capitalismo transnacional sigue: 129 ex-guerrilleros y más de 600 activistas han sido asesinados por la herramienta paramilitar o militar del Estado colombiano, desde la firma de los Acuerdos. Al Terrorismo de Estado que viabiliza el saqueo multinacional, no puede llamársele “paz”.

El atroz asesinato, precedido de tortura, contra el ex-guerrillero Dimar Torres por parte del ejército colombiano(1), nos convoca a cuestionamientos profundos acerca de si a la realidad objetiva de Terrorismo de Estado, corresponde seguir denominándola, en disociación absoluta, como "paz". Dimar Torres iba a ser padre, era activista comunitario. Los militares lo torturaron, lo mutilaron, arrojaron su cuerpo desnudo y su pene amputado. Esto es el Terrorismo de Estado en Colombia: perpetrando exterminio para servirle al capitalismo transnacional. Desde la firma de los llamados "acuerdos de paz", la guerra del capitalismo transnacional contra el pueblo colombiano sigue en alza: van más de 129 ex-guerrilleros asesinados (varios de sus familiares torturados, desaparecidos o asesinados)(2); además van más de 600 líderes sociales asesinados por la herramienta paramilitar o militar del Estado colombiano(3). Bajo la "Paz-Sangrienta", centenares de sindicalistas, maestros, líderes agrarios, estudiantiles, comunitarios, han sido asesinados por la herramienta paramilitar y militar para callar la protesta contra el saqueo capitalista de Colombia, para callar la oposición al saqueo que perpetran las multinacionales, para callar la reivindicación social contra la explotación y el empobrecimiento por despojo de las tierras y recursos.

En Colombia, al Capitalismo se le caen todas las caretas, dejando la abyección de su rostro al desnudo. Pero a esa barbarie, al Terrorismo de Estado que abre Colombia en canal al saqueo multinacional, insisten en llamarle cínicamente "paz".

La tortura y asesinato contra Dimar Torres ocurrió el 22 de abril de 2019. El ministro de "defensa", Guillermo Botero, intentó hacer creer que hubo un "forcejeo" en el que, supuestamente, Dimar habría intentado quitarle el arma a uno de los militares; pero el estado del cadáver, filmado y fotografiado, evidencia la mentira del "forcejeo". La comunidad del Catatumbo, región limítrofe con Venezuela, sorprendió a los militares todavía con el cadáver, cuando se disponían a desaparecerlo en una fosa. Con gran valentía la comunidad campesina encaró unida a los asesinos y logró grabar incluso vídeos de los militares junto al cuerpo desnudo y torturado: "Le había sido mutilado su órgano genital, tenía marcas en las manos y las piernas y varios golpes en el cuerpo. Su cráneo quedó desfigurado, al parecer por el impacto del proyectil que habría terminado con su vida"(4).

Ante los vídeos que se lograron hacer públicos y los numerosos testigos que sorprendieron a los militares terminando su crimen, el ministro de "defensa" se tuvo que retractar de su primer intento de gruesa mentira con la fábula del "forcejeo", pero siguió con insidia en su intento de criminalizar a la víctima de atroces torturas y homicidio. Por otro lado, un General tuvo que reconocer, ante lo abrumador de la evidencia, que el asesinato fue cometido por militares, claro que lo hizo para aducir que "el crimen no fue resultado de una acción militar"(5), e introducir la versión de la "manzana podrida". La cortina de humo de la "manzana podrida" fue enseguida replicada por todos los medios masivos. Ese general está investigado por ejecuciones extrajudiciales: "El comandante de la Fuerza de Tarea Vulcano, general Villegas, tiene un proceso judicial por “falsos positivos" (ibídem).

El ejército de Colombia es el autor de miles de ejecuciones extrajudiciales, con al menos 5000 casos documentados de asesinatos de niños y jóvenes campesinos, asesinados para hacerlos pasar por "guerrilleros muertos en combate"; siendo incluso otorgadas recompensas por cadáver de insurgente asesinado (directiva 029 y otros decretos). Así de crudo es el Terrorismo de Estado; pero resulta que, cuando son demasiado enormes las evidencias de las ejecuciones extrajudiciales, de las torturas y las violaciones contra adultos y niños (recordar el caso de los tres hermanitos de Arauca violados hasta la muerte por militares para aterrorizar a la población), el ejército siempre recurre a decir que "son hechos cometidos por manzanas podridas dentro del ejército", pero que "el canasto de manzanas está sano"... Pensar que un ejército que asesina por miles, que tortura y desaparece por miles, es un "canasto sano", es no querer ver que hay una planificación Estatal, que hay una ejecución del Terrorismo de Estado como mecanismo de control social. No son "manzanas podridas", es un Estado al servicio del capitalismo transnacional, que practica exterminio contra la reivindicación social y política a través de su herramienta militar y de su herramienta paramilitar. No son "manzanas podridas", es un ejército entrenado en Terrorismo de Estado en bases y escuelas militares estadounidenses.

Pero la fábula macabra avanza pisando la realidad, asesinando doblemente a las víctimas con la mentira que confunde y participa de perpetuar el exterminio.

En este caso, designaron entre los asesinos materiales a uno de ellos que cargaría (si es que no queda impune) con las culpas de varios asesinos materiales y con la culpa de los ingenieros del Terror. Por supuesto queda intocado el problema de fondo: hay una planificación del Exterminio. La cosa quedó en que UN militar sería juzgado, se trata del Cabo Daniel Eduardo Gómez, que es presentado como "la manzana podrida". Los padres de Dimar Torres, ambos ancianos que dependían de él, recogen su corazón roto en medio de tanta crueldad. El padre de Dimar espera que al único militar acusado “tampoco le vayan a dar casa por cárcel”. “Queremos justicia, y que no lo vayan a tener por ahí un mes (preso) y luego para afuera"(6).

No obstante todo lo anterior, de manera surrealista, Pablo Catatumbo, exguerrillero parte de la cúpula del partido de la Rosa (partido FARC), expresó: "El general Diego Villegas reconoció que hubo un error por parte de un integrante del Ejército. Quiero destacar la gallardía del Ejército de explicar lo que pasó y manifestar que este tipo de cosas no volverán a pasar. Eso da confianza a todos"(7). Nótese el "un error", por parte de "UN integrante del ejército": torturar, amputar el pene, disparar cuatro veces a quemarropa no puede ser meramente calificado de "un error", puesto que queda clara la saña; es también bastante evidente que "UN" militar no pudo realizar esa barbarie solo, de hecho la comunidad sorprendió a varios militares con el cadáver "con signos de mutilación genital"(8) y una fosa recién cavada. "Las crudas imágenes que la propia comunidad grabó"(ibidem) lograron ser difundidas.

Produce desconcierto que sea un ex-guerrillero, hoy senador, que exprese palabras que minimizan el tenor de un Crimen de Estado que se inscribe en la continuidad de un exterminio, intentando reducir los hechos a una "manzana podrida". Por supuesto la prensa replica a saciedad lo de la supuesta "gallardía" del ejército (siempre bienvenidas en la prensa del Capital, las loas al aparato represivo). Toda contribución al tinglado de la impunidad para los crímenes de Estado es mediatizada.

En cuanto a eso de que las declaraciones del General "dan confianza a todos"... A estas alturas del Exterminio, cabe preguntarse si los ex-guerrilleros hoy desarmados (que viven en las regiones militarizadas en las que constantemente los campesinos son hostigados por el ejército y su herramienta paramilitar) se llenan verdaderamente de "confianza" con las palabras de un general, o si pesan más las torturas padecidas por uno de sus compañeros, o si pesa más el asesinato de un bebé de ex-guerrilleros(9), o la violación contra la madre de un ex-guerrillero (como también ha ocurrido en estos tiempos de tinieblas que cínicamente llaman "paz"), o si pesan más los 129 ex-guerrilleros exterminados desarmados, y los más de 600 líderes sociales asesinados desde la firma del llamado "acuerdo de paz". Intentar apuntalar "confianza" desde el martilleo de consignas que van en contravía de la realidad objetiva, intentar apuntalar "confianza" en las fuerzas militares que agreden al pueblo, parece una disociación macabra. El caso colombiano resulta paradigmático en cuanto al horror capitalista, y también en cuanto a niveles de alienación.

La clase explotadora nos hace una guerra cotidiana a los pueblos, una guerra de hambreamiento, explotación y saqueo, y también una guerra represiva, brutal y descarnada. Necesitamos cambiar este sistema aberrante, y eso no se hará sin consciencia. El problema es que la clase explotadora domina mediante la violencia y la alienación, y las fábulas de Paz-Estafa son parte de esa alienación. En Colombia, los tanques de pensamiento de la USAID y de la UE hicieron tantos o más estragos que los bombardeos perpetrados por el ejército; de hecho el Plan Colombia y el Plan Patriota (y todos los planes diseñados por el Pentágono) siempre han contemplado hacerle la guerra al pueblo en todos los terrenos. En el terreno físico, con bombas, con Terrorismo de Estado, con herramienta militar y paramilitar, con descuartizamientos de seres humanos y violaciones en la plaza pública de los poblados para intentar paralizar de miedo a la población, para desplazarla y vaciar de habitantes y protesta las zonas codiciadas por multinacionales; y también en el terreno ideológico, alistando todos los tanques de pensamiento y los dineros de la USAID contra el análisis profundo de la realidad, contra la capacidad de percepción de las raíces estructurales de la injusticia, contra el derecho a luchar por condiciones de vida dignas, contra la reivindicación de Justicia Social.

La represión sangrienta le permite a la burguesía colombiana y a la burguesía transnacional una acumulación capitalista colosal: la clase explotadora adelanta el saqueo de Colombia exterminando la protesta contra la explotación y contra el saqueo capitalista. Hay en Colombia más de 7,7 millones de personas despojadas de sus tierras y desplazadas forzadamente por la herramienta paramilitar y militar, para vaciar de habitantes y de protestas las zonas más ricas del país (10). Colombia es el país del mundo con más desplazados internos: las multinacionales explotan los yacimientos mineros pulverizando montañas y privatizando ríos, hambreando a la población y asesinando a quienes se oponen a tal devastación. El desplazamiento forzado sigue en auge en 2019. En este contexto brutal de guerra económica, de guerra de despojo, de guerra de la clase explotadora contra la clase explotada, la burguesía no da tregua tampoco en la guerra mediática e ideológica.

El intento de minimizar el Crimen de Estado contra Dimar Torres, no termina: "el fiscal Martínez dijo que Torres no fue “castrado”, como se dio a conocer en un primer momento, pese a que al cuerpo le cercenaron su órgano sexual y lo pusieron sobre su pecho"(11). Parece no haber límites para intentar hacer malabarismos con la realidad. Sin embargo, pese a las amenazas, la comunidad testificó de las torturas, y en los vídeos se ve el cuerpo desnudo mutilado.

Los militares y la herramienta paramilitar mutilan los cuerpos de aquellas y aquellos que claman por Justicia Social; los tanques de pensamiento y los medios del Capital mutilan la capacidad de analizar la realidad, alienan y cercenan la consciencia de clase.

La manipulación y el ostracismo perpetúan el genocidio contra el pueblo colombiano. Ahora está "de moda" repetir consignas vacías mientras sigue implacable el exterminio, mientras sigue el saqueo multinacional que hambrea y extermina poblaciones enteras, como en el caso de los indígenas Wayú, que están muriendo de física hambre y sed, porque un consorcio multinacional se apropió del río Ranchería para perpetrar el saqueo de la mayor mina de carbón a cielo abierto del mundo. No es un tema "de moda" la laceración contra todo un pueblo. "Solamente" hay descalzos y descalzas de la tierra, luchando dignidad: eso no está de moda en los "progresismos" que dan lecciones a los pueblos para que salgan de las selvas en lucha, para que se rindan con las manos desnudas a la tortura militar, para que no entorpezcan la acumulación capitalista de transnacionales y latifundio.

______________________________________________

Blog de la autora: www.cecilia-zamudio.blogspot.com

______________________________________________

NOTAS:

(1) https://www.prensarural.org/spip/spip.php?article24269

(2) 129 ex-guerrilleros asesinados desde la firma del Acuerdo:

https://www.rcnradio.com/judicial/hermana-de-dimar-torres-dice-de...inato

(3) Desde la firma del Acuerdo van más de 600 activistas sociales asesinados a manos de la herramienta paramilitar y militar del Terrorismo de Estado.

https://www.telesurtv.net/news/lideres-sociales-asesinados-colomb....html

Hasta el 10 de enero 2019 eran 566 líderes sociales asesinados desde 2016, Indepaz.

http://www.indepaz.org.co/566-lideres-sociales-y-defensores-de-de...2019/

(4) "Le había sido mutilado su órgano genital, marcas en las manos y las piernas y varios golpes en el cuerpo(...)".

https://www.prensarural.org/spip/spip.php?article24274

(5)"El oficial es investigado por su posible participación en la ejecución extrajudicial de Ómer Alcides Villada, en 2008(...)" Además expresó que "el crimen no fue resultado de una acción militar".

https://www.elespectador.com/noticias/judicial/homicidio-de-dimar...85270

(6) “Queremos justicia(...)"

https://www.pulzo.com/nacion/ponen-preso-batallon-militar-senalad...87496

(7) Escribió Pablo Catatumbo el 28 de abril:

https://mobile.twitter.com/pcatatumbo_farc/status/1122297963953491969

https://caracol.com.co/radio/2019/04/28/politica/1556410218_04032....html

(8) "Los vecinos encontraron su cadáver, con signos de mutilación genital, junto a integrantes del Ejército. Las crudas imágenes que la propia comunidad grabó(...)"

https://www.elespectador.com/noticias/judicial/homicidio-de-dimar...52708

(9) Asesinato de un bebé, hijo de ex-guerrilleros:

https://cecilia-zamudio.blogspot.com/2019/04/el-asesinato-del-beb...l?m=1

(10) Hay en Colombia más de 7,7 millones de personas despojadas de sus tierras y desplazadas forzadamente por la herramienta paramilitar y militar, para vaciar de habitantes y de protestas las zonas más ricas. "Colombia se posiciona como el país con más desplazados internos del mundo, según Naciones Unidas. Por encima de países del continente africano y asiático como Siria, que es el segundo país con más desplazados internos (6,2 millones de desplazados), seguido de Sudán (5,2 de desplazados), Irak (4,5 millones de desplazados), Afganistán (3,12 millones de desplazados) y Somalia (2,17 millones de desplazados)".

https://www.las2orillas.co/desplazamiento-forzado-en-colombia-una...illa/

https://www.acnur.org/noticias/noticia/2018/12/5c243ef94/hay-mas-....html

https://www.telesurtv.net/news/colombia-ranking-desplazados-inter....html

(11) "El fiscal Humberto Martínez dijo que Torres no fue “castrado”, como se dio a conocer en un primer momento, pese a que al cuerpo le cercenaron su órgano sexual y lo pusieron sobre su pecho".

https://www.pulzo.com/nacion/ponen-preso-batallon-militar-senalad...87496

____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

international / imperialism / war / non-anarchist press Monday April 08, 2019 23:41 byKate Hudson

As we head for NATO’s 70th birthday, it’s time to assess the nuclear-armed military alliance that came into being to ensure western military superiority during the Cold War. Most strikingly, during its first 40 years of existence – namely the Cold War, NATO embarked on no wars or military campaigns. Yet in the 30 years since the Cold War and the removal of its political and military rival, the Soviet Union, NATO has massively expanded territorially, changed its mission statement from a defensive to an aggressive posture and embarked on a series of wars, of which their intervention in Afghanistan is getting on for two decades long.

These activities have turned the end of the Cold War from a unique opportunity for new diplomacy and peaceful development into a new era of global tension, encircling Russia and China thereby creating the conditions for a new Cold War, tearing up international legal norms, notably around national sovereignty, and introducing bogus notions of ‘humanitarian war’.

A second NATO anniversary worth noting fell last week, on 12th March: twenty years since the first former Warsaw Pact states joined NATO. On that day, Hungary, Poland and the Czech Republic signed up, and just days later they found themselves at war with their neighbour Yugoslavia. The war was illegal and brought devastating human consequences to what remained of Yugoslavia – including the legacy of toxic Depleted Uranium. It was also the first use of Tony Blair’s baseless justification for wars of intervention.

NATO’s Unstoppable March
Forces.net, the armed forces news service is one of the few outlets to cover the anniversary of NATO’s expansion into eastern Europe, and makes some very valid points, noting that the first expansions in 1999 began a “seemingly unstoppable march of the alliance’s border toward Russia.” Tellingly, the report also observed that while Russian actions in Crimea have renewed NATO’s focus on Russia, some have questioned “whether NATO’s expansion has provoked Russia and risked a new Cold War.”

That is the crucial question and as NATO is now expanding into Latin America, the implications of these developments need to be understood too. These are just some of the issues that will be addressed by the movement when the NATO summit takes place in London in December, where Donald Trump is expected to be present and CND is preparing for major protests.

On March 24th, 1999 the illegal war on Yugoslavia began and twenty years on from the start of the illegal war on Yugoslavia, the international network “No to War – No to NATO” remembers this deliberate attack on a sovereign state. A Pandora’s box was opened, from which several illegal wars were to follow: on Afghanistan, Libya, Iraq and Syria, with a bloody trail of destruction, forced removal, sorrow, and death.

The war on Yugoslavia was the blueprint for the fuelling of ethnic and nationalist conflicts, and the militarization of societies up to the point of war. Those who are fleeing from war zones are still continually threatened by military actions, whether the perpetrator be EU/Frontex and/or NATO.

Stop NATO Wars and Interventions!
The supposed legitimation for these wars was a web of lies, employed to gain dominance, influence, resources, and hegemony.

During this time, NATO has developed global reach and became the international military alliance. This has been emphasized by the jointly taken decision of its members to achieve defence spending of at least 2% of GDP by 2024. This boost will reduce the influence of China and Russia and secure resources for capitalist hegemony.

Contradictions between NATO states cannot conceal this common objective and the permanent territorial expansion of NATO serves these purposes. Preparations for war, most recently against Venezuela, underline its aggressive attitude. Abandoning nuclear weapons has never been seriously considered as an option. Through the comprehensive modernization and intended deployment of new nuclear weapons by the U.S., following the dissolution of the Intermediate-Range Nuclear Forces (INF) treaty, the nuclear arms race will be fuelled to a level not seen in decades. Furthermore, NATO’s first strike strategy is a threat to the planet as a whole.

Since its foundation in 2009, the international network “No to War – No to NATO” has successfully managed, through various actions, to reduce support for NATO among the population in key states, and even to delegitimize NATO. Our objective remains the same – twenty years after the illegal attack on Yugoslavia, and 70 years after NATO’s founding: to overcome the dinosaur named NATO and to replace it with an international organization for collective security and disarmament.
venezuela / colombia / imperialismo / guerra / anarchist communist event Tuesday April 02, 2019 10:46 byViaLibre

Semana contra el Apartheid Israelí (2-5 de abril)
En Solidaridad con el Pueblo Palestino

#BDS #BDSColombia #SemanaContralElApartheid2019

Semana contra el Apartheid Israelí (2-5 de abril)
En Solidaridad con el Pueblo Palestino

Actividades:
Martes 2: Charla Anarquismo y la solidaridad con Palestina.
Lugar: La Morada (KR 19 # 36-34). Hora: 6:00 PM.
Organiza Grupo Libertario Vía Libre

Jueves 4: La prisión en Palestina y Colombia.
Lugar: Universidad Nacional de Colombia, Edificio de Sociología, Auditorio Camilo Torres. Hora 2:00 PM. Organiza Pulso Violeta

Jueves 4: Presentación de la cartilla Militarismo Israelí en América Latina.
Lugar: Asociación Distrital de Educadores (ADE) [Calle 25A Nº. 31-30] Hora: 6:00 PM. Organiza BDS Colombia

Viernes 5: Documental Gaza (ganador mejor documental en los premios Goya 2019). Foro sobre la situación en Gaza.
Lugar: Universidad Pedagógica de Colombia. Edificio A Salón 321. Hora 5:00 PM
Organiza Fundación Centro Cultural Colombo Árabe al-Awda y profesora de la pedagógica.

Link del evento: https://www.facebook.com/events/2169832666400015/

BDS Colombia
http://bdscolombia.org/

Η γλώσσα της κυριαρχίας δεν είναι η δική μας γλώσσα. Κανένα έθνος δεν μας ενώνει, κανένα σύνορο δεν μας χωρίζει, κανένα κράτος δεν είναι δικό μας. --- Εκδήλωση-Συζήτηση: Εθνικισμός, πατριωτισμός, μιλιταρισμός τα συνεκτικά εργαλεία του κράτους - 12 Απρίλη στις 18.00 στο Αυτοδιαχειριζόμενο Στέκι Φιλοσοφικής (8ος όροφος, αίθουσα 819) - Συνδιοργάνωση: Αυτοδιαχειριζόμενο Στέκι Φιλοσοφικής και Ανθός – Ελευθεριακό Φοιτητικό Σχήμα

Σε περιόδους αστάθειας και συστημικών αναδιαρθρώσεων, η ένταση της κρατικής και καπιταλιστικής βαρβαρότητας προκαλεί βαθμιαία την όξυνση των κοινωνικών και ταξικών αντιθέσεων, με αποτέλεσμα η “ομαλή” λειτουργία των παραγωγικών σχέσεων μεταξύ εκμεταλλευτών και εκμεταλλευομένων να διαταράσσεται. Σε μια τέτοια συγκυρία, κάθε μηχανισμός ιδεολογικής προπαγάνδας επιστρατεύεται ή εφευρίσκεται, προκειμένου να επιτευχθεί η κοινωνική συνοχή, να αποσπαστεί η κοινωνική συναίνεση στα καταστροφικά σχέδια κράτους και κεφαλαίου. Ο ιδεολογικός έλεγχος των κοινωνιών ανάγεται ως αιχμή της καθεστωτικής ατζέντας και συνιστά βασικό παράγοντα της κρατικής στρατηγικής. Σε αυτή την κατεύθυνση, ο εθνικισμός-πατριωτισμός ως πολιτική θρησκεία του κράτους αναβαθμίζεται σε κεντρικό εργαλείο κοινωνικής χειραγώγησης και η «εθνική ενότητα» ως το ενοποιητικό αφήγημα που επιχειρεί να εξωραΐσει, να θολώσει και να συγκαλύψει τις διαρκώς εντεινόμενες ταξικές αντιθέσεις. Η κατασκευή «εξωτερικού εχθρού» του έθνους αλλά και «εσωτερικού» (όσοι/ες αντιδρούν στους σχεδιασμούς κράτους και κεφαλαίου, όσα κοινωνικά και πολιτικά υποσύνολα ξεφεύγουν της «κανονικότητας»), καλλιεργούν στην πρώτη περίπτωση τον φόβο και την υποταγή, αλλά και την αναγκαιότητα ύπαρξης του κράτους ως «προστάτη» του πληθυσμού, ενώ στην δεύτερη την λειτουργία ενός μόνιμου καθεστώτος «έκτακτης ανάγκης», δηλαδή ολοκληρωτικό έλεγχο, συρρίκνωση των ατομικών και κοινωνικών ελευθεριών, καταστολή, στρατόπεδα συγκέντρωσης μεταναστών/ριών, ενίσχυση φύλαξης των συνόρων για την «διατήρηση της ειρήνης και την διασφάλιση της δημοκρατίας». Σε εγχώριο επίπεδο, η πρόσφατη ανάδειξη του λεγόμενου “μακεδονικού ζητήματος” με αφορμή την ονομασία του γειτονικού κράτους για την είσοδό του σε ΝΑΤΟ και ΕΕ, επανατροφοδότησε τον εθνοπατριωτισμό και αξιοποιήθηκε πολιτικάντικα από κάθε τάση του πολιτικού φάσματος.

Παράλληλα, τα “διπλωματικά επεισόδια”, οι ιαχές πολέμου και η επικοινωνιακή ανάδειξη “πολεμικής ετοιμότητας” επιχειρούν την εθνική συσπείρωση, δηλαδή την συστράτευση της κοινωνικής βάσης στα καπιταλιστικά συμφέροντα. Το φάντασμα ενός επερχόμενου πολέμου λειτουργεί ως το άλλοθι που ενοποιεί και συνέχει τον διαταξικό “λαό” και προετοιμάζει την θυσία του στον βωμό των διακρατικών ανταγωνισμών. Από νωρίς μαθαίνουμε πως είμαστε κληρονόμοι μιας μοναδικής ιστορίας, γλώσσας, πολιτισμού, θρησκείας, τα οποία οφείλουμε να υπερασπιστούμε με κάθε μέσο, κυριότερα με τις ίδιες τις ζωές μας ως κρέατα για σφαίρες σε δυνητικά πολεμικά μέτωπα. Ποτέ δεν μαθαίνουμε από τους κρατικούς θεσμούς την ιστορία των Άλλων, δηλαδή των διαφορετικών, των αντιρρησιών της «εθνικής» συνείδησης, των διωγμένων, των κυνηγημένων, των πολιτικά αντιφρονούντων, των ταξικών αγώνων.

Ο μιλιταρισμός είναι μια συνθήκη βαθιά ριζωμένη στο εσωτερικό του κάθε κράτους αποτελώντας ένα από τα βασικότερα εργαλεία του. Ο μιλιταρισμός ενσαρκώνεται μέσω του εθνικού στρατού, ο οποίος συμμετέχει σε υπερκρατικούς σχηματισμούς και αποτελεί την κύρια μέθοδο υπεράσπισης διακρατικών συμφερόντων. Ο στρατός αποτελείται από ένα σύνολο αξιών με κάθετα, πατριαρχικά (γίνεται άντρας όποιος μαθαίνει να κρατά όπλο κι είναι έτοιμος να φάει την πρώτη σφαίρα) και ολοκληρωτικά χαρακτηριστικά. Σε αυτό σημαντικό ρόλο παίζει η καθεστωτική προπαγάνδα που σπέρνει τρόμο για τους εξωτερικούς κινδύνους που απειλούν τα «εθνικά» συμφέροντα, δικαιολογώντας έτσι υπέρογκες κρατικές δαπάνες σε στρατιωτικές δομές, με σκοπό την οχύρωση και την «άμυνα» του κράτους.

Ο εθνοπατριωτισμός κι ο μιλιταρισμός «υμνούνται» (μέσω της «τέχνης» είτε από δεξιά είτε από αριστερά) από τις απαρχές της συγκρότησης του ελληνικού κράτους μέχρι σήμερα μέσα από την διαχρονική πατριωτική κουλτούρα. Δεν μας προξενεί καμιά εντύπωση το ότι τροβαδούροι της αριστεράς παρελαύνουν στα εθνικιστικά συλλαλητήρια. Δεν μας προκαλεί καμιά έκπληξη η λατρεία των εθνικοαπελευθερωτικών αντάρτικων από τους σύγχρονους κρυφοπατριώτες των «ριζοσπαστικών» χώρων. Κάθε άλλο…

Το πανεπιστήμιο, από την πλευρά του, ως ένας κρατικός θεσμός ο οποίος λειτουργεί πλέον με όρους καπιταλιστικής επιχείρησης δεν θα μπορούσε να αποτελεί ένα πεδίο ουδέτερης γνώσης που συμβάλει στην εξέλιξη της «καθαρής» επιστήμης και της τεχνολογίας. Οι κατευθύνσεις, τα αντικείμενα και οι τρόποι γνώσης που το πανεπιστήμιο παράγει είναι συνδεδεμένα με την εκάστοτε κοινωνική, πολιτική και παραγωγική πραγματικότητα. Ο θεσμός του πανεπιστημίου με το γνωσιολογικό υλικό που παράγει αφενός νοηματοδοτεί και νομιμοποιεί τις κυρίαρχες αφηγήσεις και αφετέρου ικανοποιεί τις ανάγκες της καπιταλιστικής αγοράς σύμφωνα με τον νόμο της προσφοράς και της ζήτησης, αλλά και με βάση τις μεσοπρόθεσμες ή μακροπρόθεσμες στρατηγικές, ανάπτυξης της κερδοφορίας του κεφαλαίου.

Μέσα σε ένα περιβάλλον περιφερειακών πολέμων και συγκρούσεων στην μέση ανατολή, στην βόρεια αφρική, στην κεντρική ασία κι αλλού και τις συνθήκες διακρατικών εντάσεων στην Ανατολική Μεσόγειο, που έχουν ως αποτέλεσμα την αύξηση των μεταναστευτικών ροών προς την Ελλάδα, το ελληνικό κράτος με κύρια όπλα του τον εθνοπατριωτισμό και τον μιλιταρισμό προσπαθεί να διαχειριστεί την κατάσταση αυτή προς όφελος του. Το πανεπιστήμιο αποτελεί την δεξαμενή της απλήρωτης εργασίας και έρευνας των φοιτητριών/ών για λογαριασμό κρατικών αναγκών (πολεοδομικές αλλαγές, κυκλοφοριακές ρυθμίσεις, γεωτεχνικές μελέτες κ.α) αλλά και για την βελτίωση και αναβάθμιση των οπλικών συστημάτων, την μηχανοργάνωση του στρατού, την ενίσχυση της «φύλαξης» των συνόρων και των στρατοπέδων συγκέντρωσης μεταναστριών/ών. Μέσα σ’ αυτό το πλαίσιο το πανεπιστήμιο, υπηρετώντας τους σχεδιασμούς κράτους και κεφαλαίου , συνεργάζεται σταθερά με τον στρατό, με τα ινστιτούτα που βρίσκονται υπό την εποπτεία του και με ιδιωτικές εταιρείες που παράγουν τεχνολογίες για το στρατό και συστήματα ελέγχου (πχ SpaceHellas) , εξασφαλίζοντας έτσι τις απαραίτητες για την λειτουργία του χρηματοδοτήσεις. Από τα ερευνητικά προγράμματα του ΕΜΠ για τις τεχνολογίες ελέγχου των συνόρων μέχρι το μνημόνιο συνεργασίας που σύναψε το πανεπιστήμιο Θεσσαλίας με επισκευαστικό εργοστάσιο αρμάτων μάχης, από τα χρηματοδοτούμενα think tanks των γεωπολιτικών αναλυτών και διεθνολόγων του τμήματος Διεθνών Σπουδών της Παντείου περί Ανατολικής Μεσογείου και Ελληνοτουρκικών Σχέσεων μέχρι τα συνέδρια που διοργανώνονται στην Πάντειο για την διαχείριση της «προσφυγικής κρίσης» , οι πανεπιστημιακοί και οι φοιτητές/τριες τους συμβάλλουν στην αναβάθμιση των οπλικών συστημάτων του ελληνικού κράτους και στην στρατιωτικού τύπου διαχείριση των μεταναστών εργατριών/ των, υπηρετώντας με συνέπεια τις στοχεύσεις του ελληνικού θεσμικού εθνοπατριωτισμού και μιλιταρισμού, στην γραμμή των «εθνικών» συμφερόντων.

Ενδεικτικά αναφέρουμε κάποια παραδείγματα συνεργασιών πανεπιστημίου και στρατού:

2010-11: το τμήμα ηλεκτρολόγων μηχανικών του ΕΜΠ αναλαμβάνει ερευνητικό πρόγραμμα για την frontex σχετικά με την κατασκευή θερμικών καμερών για τα σύνορα και το ηλεκτρολογικό σύστημα του φράκτη του Έβρου.

2013-15: Tα τμήματα Τοπογράφων/Αγρονόμων και ηλεκτρολόγων μηχανικών του ΕΜΠ αναλαμβάνουν τα ερευνητικά προγράμματα Jason και Poseidon που αφορούν την επιτήρηση και την στρατιωτικού τύπου διαχείριση των συνόρων.

Tο 2016 το πολεμικό ναυτικό προχώρησε σε μνημόνιο συνεργασίας με το ΕΜΠ.

Tο 2016 το Γ’ ΣΣ υπέγραψε μνημόνιο συνεργασίας με τη σχολή κοινωνικών και ανθρωπιστικών επιστημών του ΠΑΜΑΚ στο οποίο λειτουργεί ήδη και η έδρα στρατηγικών σπουδών του ΓΕΕΘΑ.

Το 2016 η σχολή κοινωνικών και ανθρωπιστικών επιστημών του ΠΑΜΑΚ υπέγραψε μνημόνιο συνεργασίας με το νατοϊκό στρατηγείο στη Θεσσαλονίκη.

Tον Οκτώβρη του 2016 το πανεπιστήμιο Πατρών συμμετείχε στις ερευνητικές συμπράξεις της υπηρεσίας ευρωπαϊκής άμυνας, οι οποίες επιχορηγήθηκαν με 1,4 εκατομμύρια ευρώ.

2017: Διοργανώνεται στην Πάντειο το μεταπτυχιακό «Στρατιωτικών Σπουδών Ασφάλειας» με την συμμετοχή αποφοίτων της Σχολής Εθνικής Άμυνας.

To Γενάρη 2018 το τμήμα πληροφορικής του ΕΚΠΑ συμμετείχε στο πρόγραμμα Ocean 2020 του European Defense Fund το οποίο περιλαμβάνει μεγάλες αμυντικές βιομηχανίες.

Το Φλεβάρη 2018 η Intrakom Defense Electronics κατασκεύασε μεγάλου μεγέθους drown με εργασία ερευνητικής ομάδας του ΑΠΘ.

Το Μάρτη 2018 το ΙΔΙΣ Παντείου διοργάνωσε σεμινάρια δια βίου μάθησης με θέμα «τεχνολογία και πόλεμος» με εισηγητές πρώην επικεφαλείς των ενόπλων δυνάμεων.

Το καλοκαίρι του 2018 το ΠΑΠΕΙ διοργάνωσε διεθνές σεμινάριο στην Τήνο με θέμα «υβριδικός πόλεμος και ολοκληρωμένα πολεμικά συστήματα».

Τον Ιούλιο 2018 το ΠΘ υπέγραψε μνημόνιο συνεργασίας με το 304 ΠΕΒ (προκεχωρημένο εργοστάσιο βάσης) (επισκευαστικό εργοστάσιο αρμάτων μάχης του στρατού ξηράς στο Βελεστίνο Μαγνησίας) για τη βελτίωση της εξειδικευμένης εκπαίδευσης, παροχής υπηρεσιών των δυο φορέων, ανταλλαγή εμπειρίας και μέσων και αμοιβαία αξιοποίηση των αποτελεσμάτων της κοινής έρευνας. Έτσι ξεκίνησε νέο μεταπτυχιακό πρόγραμμα σπουδών στο τμήμα οικονομικών επιστημών ΠΘ με αντικείμενο την «οικονομική της άμυνας» δηλαδή την ανάπτυξη logistics για τον αποδοτικότερο οικονομικό σχεδιασμό στρατού ξηράς. Αντίστοιχα, το μεταπτυχιακό πρόγραμμα σπουδών τοξικολογίας στη Λάρισα αποτελεί παράδειγμα συνεργασίας του ΠΘ με τις ένοπλες δυνάμεις για την ίδρυση τάγματος βιοχημικού πολέμου στη Λάρισα.

Το Δεκέμβρη 2018 το ΕΜΠ μέσω του εργαστηρίου μικροκυμάτων και οπτικών ινών του τμήματος ΗΜΜΥ και του ερευνητικού βραχίονα ΕΠΙΣΕΧ διεξάγουν το ερευνητικό πρόγραμμα ranger, το οποίο αφορά το σχεδιασμό ραντάρ υψηλής ικανότητας ανίχνευσης, αναγνώρισης και ταυτοποίησης των «εγκληματικών και επικινδύνων στοιχείων» στα ευρωπαϊκά σύνορα κατονομάζοντας ως τέτοια πρόσφυγες και μετανάστες. Στο ΕΜΠ επίσης διεξάγονται ερευνητικά για την «βελτίωση» του φράχτη στον Έβρο και τις ασπίδες των ΜΑΤ.

Τον Δεκέμβρη 2018 το ΔΠΘ υπογράφει μνημόνιο συνεργασίας με το Δ’ΣΣ.

Tο ΝΑΤΟ κάθε χρόνο προσφέρει εξάμηνη πρακτική άσκηση σε σπουδαστές/ριες των ελληνικών πανεπιστημιακών ιδρυμάτων σε θέσεις που αφορούν τα επιστημονικά πεδία οικονομικών και πολιτικών επιστημών, διεθνών σχέσεων και ασφάλειας, πληροφορική, μετάφραση και επιστημών μηχανικού.

Απέναντι στα σχέδια ολοκληρωτικού ελέγχου, αλλά και εξόντωσης πληθυσμών, εμείς δεν είμαστε και δεν θα γίνουμε οι απολογητές/ριες του εγκλεισμού μεταναστών/ριών σε στρατόπεδα συγκέντρωσης, δεν θα γίνουμε συνένοχοι/ες στην υποβάθμιση των όρων ζωής μας, δεν θα στρατευτούμε ποτέ στα συμφέροντα κράτους και κεφαλαίου. Καθήκον μας είναι στο πλαίσιο των δυνάμεων και των δυνατοτήτων μας να αποδομούμε καθημερινά τη γλώσσα της κυριαρχίας και τις εθνοπατριωτικές της αφηγήσεις. Η δική μας γλώσσα είναι η γλώσσα της ταξικής αλληλεγγύης ενάντια σε πλαστούς διαχωρισμούς, στρατούς και σύνορα. Οι πατρίδες, τα όπλα τους, οι πόλεμοι και οι εθνικές τους υπερηφάνειες, δεν προάγουν τα συμφέροντα των καταπιεσμένων. Στο κυνήγι μιας καλύτερης ζωής να μην καταντήσουμε να φτιάχνουμε τα εργαλεία για τους δικούς τους πολέμους.

Να μην συμμετέχουμε στην οργάνωση των στρατών τους, αλλά στην οργάνωση των δικών μας αγώνων. Για να χτίσουμε τα συλλογικά αναχώματα ενάντια στα εθνοπατριωτικά – πολεμικά τους σχέδια και να πάρουμε τις ζωές μας στα χέρια μας, οικοδομώντας την επαναστατική προοπτική για την κοινωνική απελευθέρωση.

Κανένα έθνος δεν μας ενώνει. Κανένα σύνορο δεν μας χωρίζει. Κανένα κράτος δεν είναι δικό μας.

Εκδήλωση – Συζήτηση: 12 Απρίλη στις 18.00 στο Αυτοδιαχειριζόμενο Στέκι Φιλοσοφικής (8ος όροφος, αίθουσα 819)

Συνδιοργάνωση: Αυτοδιαχειριζόμενο Στέκι Φιλοσοφικής και Ανθός – Ελευθεριακό Φοιτητικό Σχήμα

*Στον χώρο της εκδήλωσης θα λειτουργεί και το Ελευθεριακό Κινητό Βιβλιοπωλείο της Αναρχικής Συλλογικότητας mⒶnifesto

https://anthoscollect.wordpress.com/2019/03/17/ekdilosi-ethnikism...GhDO8

vénézuela / colombie / impérialisme / guerre / communiqué de presse Wednesday March 27, 2019 02:36 byFAU y CAB

Traduction en français de l'article de la FAU/CAB sur la situation au Vénézuela. bast, Coordination des Groupes Anarchistes

Le Venezuela est de nouveau au centre des débats. D’innombrables déclarations dans toute la presse et tous les médias d'acteurs divers condamnant le gouvernement de Maduro, d’autres reconnaissant Guaidó comme Président, d’autres prenant leurs distances, comme si tout ce qui était en jeu actuellement au Venezuela allait être résolu avec la reconnaissance ou non d'un gouvernement déterminé. En réalité le sujet est beaucoup plus profond, et comme nous l’avons déjà abordé dans d'autres occasions, nous essaierons de faire ici une analyse conjoncturelle spécifique dont la trame est beaucoup plus complexe. Une analyse que nous réalisons avec le plus de rigueur possible mais toujours par le spectre de notre conception Anarchiste et Especifiste, en tant que partie intégrante des peuples latino-américains qui résistent chaque jour à toutes les structures du système capitaliste et à toutes les politiques impérialistes, spécialement celle de l'impérialisme nord-américain, présent depuis presque deux siècles dans notre région. Avec son MONROISMO et sa prétention que l'Amérique latine serait son arrière cours.

Nous savons que le 10 janvier Nicolas Maduro a pris fonction d’un nouveau mandat présidentiel au gouvernement. Pendant les semaines préalables, le Groupe de Lima (un groupe créé et intégré par 12 pays de la région aux seuls buts d'abattre le gouvernement de Maduro) a réalisé une active campagne contre celui qu'ils considèrent comme étant un "dictateur", "usurpateur", un "gouvernement illégitime", dans le but d'empêcher un nouveau mandat de Maduro et du PSUV (Parti Socialiste Uni du Venezuela).

Cette nouvelle campagne fût accompagnée d’une forte activité interne menée par l’opposition au gouvernement du PSUV, avec comme point d’orgue l’auto-proclamation du presque inconnu Juan Guaidó en tant que « Président intérimaire ou de transition ». Qui est Juan Guaidó ? D'où vient-il? La même question a été posée par la plupart des médias internationaux qui l'ont soutenu, c'est-à-dire qu'une grande partie des grands médias internationaux soutiennent une personne inconnue, et lui octroie une place d’importance dans la société.

Mais l'agence de presse américaine AP a rapporté que Guaidó, à la mi-décembre, s'était rendu "en silence" à Washington, en Colombie et au Brésil pour informer les responsables de la stratégie de l'opposition, consistant à organiser des manifestations de masse, dans la période correspondant au serment pour le second mandat de Maduro le 10 janvier, selon l'ancien maire de Caracas (évadé et exilé) Antonio Ledezma.

Ce même Juan Guaidó est un député, appartenant à un groupe d'opposition d'extrême droite, présumé président de l'Assemblée nationale, qui depuis 2016 ne fonctionne pas et ne se réunit pas, en raison de certains conflits internes ainsi qu’à cause des conflits occasionnés entre l'opposition et le gouvernement de cette époque au moment d’assumé une majorité d'opposition dans ladite assemblée ou parlement. Un conflit de pouvoirs au sein de l'État, mais que maintenant la droite, énonçant des directives impérialistes, utilise pour essayer de fomenter un nouveau coup d’État.

Deux événements politiques importants se sont produits presque simultanément et ce n’était pas un hasard, c’était une stratégie résultant d’accords antérieurs : l’auto-assermentation de Guaidó et sa reconnaissance immédiate par les États-Unis.

Ce qui est frappant aux yeux du public à cette occasion, c’est que Juan Guaidó semble devenir du jour au lendemain le chef de l’opposition, avec le soutien inconditionnel du gouvernement américain, pour déstabiliser à nouveau la situation politique et sociale du Venezuela. mettre fin à la "révolution bolivarienne" et rétablir les partis de droite et d'extrême droite au sein du gouvernement. Le projet connût tout de même quelques problèmes dans son accomplissement. Les propres opérateurs et cerveaux politiques de la droite vénézuélienne ont critiqué Guaidó pour sa "tiédeur" dans les premiers instants de sa comparution publique, car il n'avait pas décidé de se proclamer "président par intérim", comme il l’a finalement fait le 23 janvier avec le soutien, cette fois totale, de cette même droite et des USA. Toute la droite incite à un coup d'État pur et simple.

Un coup d’Etat non traditionnel essayant de combiner différents éléments pour le réaliser mais auquel s’ajoute ici la menace d’une intervention militaire extérieure.

Cela n’est pas nouveau

Cette nouvelle direction prise par la droite vénézuélienne est associée au message du vice-président nord-américain Mike Pence, qui a encouragé les manifestations contre Maduro qui ont débuté le 21 janvier et qui ont atteint leur zénith le 23. Ce sont là d’immenses mobilisations qui, sans aucun doute, ont réussi à capturer et à canaliser le mécontentement de la population envers la "révolution bolivarienne". Mais cela ne signifie pas que ces mobilisations expriment directement les désirs et les ambitions des classes dirigeantes vénézuéliennes et de l'extrême droite. Cette situation idéologique sociale est beaucoup plus complexe.

En fait, Guaidó est le "référent", le pion placé dans ce cas par les États-Unis, car il n'y en a pas d'autre. Les principaux représentants de la droite sont extrêmement discrédités que ce soit à cause de leur appartenance à une classe, comme María Corina Machado, dirigeante de Vente Venezuela et de Sumate, femme d'affaires et membre de "l'oligarchie" vénézuélienne, à laquelle le régime de Chavez a exproprié certaines de ses entreprises importantes, telles que les industries de l'aluminium; ou Leopoldo López, une référence à l'extrême droite du parti populaire Voluntad, photographiés en train de commettre des attentats, entre autres, contre les bustes de "Che" Guevara ou encore Hernando Capriles, dirigeant de Primero Justicia, iels sont clairement épuisé-e-s et ne peuvent exercer un leadership efficace.

En plus iels ont également des problèmes entre elleux dû à leurs luttes de pouvoir. C'est pourquoi la nomination de ce "pion" et sa logique "incinération", a pour fonction de mener à bien tout le sale boulot dont est capable l’impérialisme et ses alliés. L’objectif est de sortir Maduro, d’établir un gouvernement de transition et de le soutenir sur le plan international, tant avec les gouvernements de ces latitudes qu’en Europe. Menaçant par la même occasion via des mesures militaires. Accompagnant et participant à tout cela, les compagnies nord-américaines sont préparées pour la manœuvre. En bref, ils essaient de créer une situation sans issue pour la continuité du gouvernement bolivarien de Maduro.

Comme nous nous en souvenons, cette situation n’est pas nouvelle. En avril 2002, les États-Unis avaient alors soutenu un coup d'État contre Chávez, mettant au pouvoir Pedro Carmona, président de l'association des employeurs de Fedecámaras1. Un coup d’état avec un sens aigu de guerre de classe s’il y restait des doutes. Ce coup a échoué, Chávez est revenu au gouvernement et a promu avec une nouvelle vigueur une série de politiques sociales ("les Missions") et un certain protagonisme de la population dans les "communes", projet promu par l'Etat, mais qui a néanmoins déclenché une participation importante des personnes dans un certain laps de temps, créant des coopératives de production, de consommation, organisant des quartiers entiers sous une forme autogérée limitée mais avec une participation réelle et active à de vastes plans sociaux. Cela a été fait au sein de la structure capitaliste et a coexisté avec la bureaucratie d'État et le rôle croissant de l'armée, dans un processus contradictoire, mais où la population a commencé à avoir un peu de tout ce qui avait été refusé pendant des siècles: une alimentation digne, des services sociaux, une certaine dignité et participation sociale et politique. Avec cette politique sociale, le gouvernement Chávez compta sur un fort soutien populaire.

Le « Caracazo » de 1989 était encore frais dans les mémoires, cette immense explosion populaire contre la politique néolibérale de Carlos Andrés Pérez, qui a généré une hyperinflation et la faim, et la répression féroce qui a suivi ont causé la mort de 3 000 personnes. Chávez apparaît publiquement en 1992, dans une tentative de coup d’État qui a échoué. Libéré des années plus tard, c’est là qu’il a lancé un mouvement politique qui finalement réussi à rassembler la gauche vénézuélienne, incluant même plusieurs anciens membres de la guérilla des années 1960. Un militaire au discours nationaliste, qui tourne peu à peu à gauche car entouré de gens et de partis d'un cercle de la gauche large ... une de ces expériences politiques atypiques, menées au sein de la structure capitaliste, qui nous a rappelé les "populismes" des années '40 et '50.

Ce qui est sûr c’est que cette politique de réformes et certaines redistributions à caractère populaires ont suscité le rejet de la bourgeoisie vénézuélienne et de la droite. Un instinct de classe clair - et de racisme - a été mis à jour: pour la bourgeoisie désormais, les noir-e-s et les mulâtres, les Indien-ne-s, les pauvres, celleux d’en bas, avaient accès à "quelque chose" et ce "quelque chose" sera toujours surdimensionné par celleux qui ont le pouvoir et la richesse. Ce "quelque chose", même si ce n'était pas beaucoup, iels ont estimé que cela leur appartenait, aux riches, aux propriétaires du Venezuela, et ils n'étaient pas – et ne sont pas - prêts à le perdre.

C'est pourquoi le coup d'État de Carmona en 2002 est arrivé: Coup d'État amené par la Fedecámaras, la Central de Trabajadores du Venezuela (centrale syndicale jaune financée par les États-Unis) et les partis politiques traditionnels Copei et Acción Democrática.

La tentative de coup d’État échouant, les États-Unis – et ainsi tout le spectre de l’intrusion/invasion impérialiste, dirigée par la CIA (Central Intelligence Agency), se mirent à travailler avec des moyens énormes (des centaines de millions de dollars) pour financer de nouvelles organisations sociales d'opposition, d’apparence inoffensives et des partis politiques de l’opposition (Voluntad Popular, intégré par Guaidó, Primero Justicia et autres). Sans négliger la tentative de renforcement des partis de droite traditionnels. Parallèlement, par le biais de mécanismes tricheurs et cyniques, elle finance diverses ONG et organisations œuvrant en faveur de "l'éducation citoyenne" et des "droits de l'homme". L’objectif de cette stratégie impérialiste avec le Commando du Sud2 et la CIA en première ligne était et reste d’affaiblir le régime de Chavez pour orienter le gouvernement à droite. Les moyens pour atteindre le but ne comptent pas. Que ce soit par voie électorale, par la déstabilisation du régime en place ou par un coup d'État, cela ne concerne ni les États-Unis ni l'opposition vénézuélienne. Ce qu’en souffre le peuple ne les intéressent pas, ils ont fait couler des fleuves de sang et ont semé la faim toute leur vie, sans que cela ne les fassent ni sourciller. Leurs discours humanitaires doivent rendre efficace leur politique misérable et meurtrière qui incombe toujours sur celleux d’en bas.

La mort de Chávez a été un coup dur pour le régime, comme pour la perspective de continuer à mener une politique dite ‘Bolivarienne ». Chavez avait désigné Maduro comme son "dauphin", il avait vu que la forme actuelle du gouvernement prenait l'eau. Perçus qu'à l'intérieur du PSUV, les luttes internes pour obtenir des quotas de pouvoir s'intensifieraient et que la corruption, la bureaucratisation et la vénalité augmenteraient, comme ils l'ont fait. Les racines du système n’avaient pas été changées et la logique qui régit toutes les relations du pouvoir dominant se mettaient cruellement en place. La population n'accompagnait pas Maduro avec le même enthousiasme, il n'était pas le détenteur de la netteté politique et du charisme de Chavez. Parce que c’était un processus qui avait compté sur un quota élevé de "charisme personnel", profitant d’un certain "populisme du 21ème siècle", l’un de ses points faibles était là. Même pour suivre une politique de réformes modérées, dans un contexte moins favorable pour le mouvement populaire.

Devant les contours qui se présentaient, notamment le degré de mécontentement populaire, la droite et les États-Unis ont intensifié leurs attaques. Les mobilisations se sont multipliées au cours de la même année en 2013, après le décès de Chávez. Ils ont utilisé comme fer de lance le mouvement étudiant, dont un secteur était fortement infiltré par la droite. Bientôt, les partis d'opposition passèrent outre les étudiants pour devenir les meneurs des protestations. Les fascistes de Leopoldo López et Hernando Capriles avec leurs apparences "démocratiques" sont devenus célèbres. Les caméras de la presse internationale, qui jouaient un rôle important, étaient là pour montrer comment ces réactionnaires et ces putschistes étaient arrêtés et voir même comment certain sont décédés, mais non pas pour montrer ce qu’ils ont fait, par exemple faire brutalement prendre feu à un militant "chaviste". En outre, trente-cinq centres de santé publics (Mission Barrio Adentro), deux hôpitaux, trente-neuf installations du réseau de distribution publique de produits alimentaires, dix-huit médias alternatifs et communautaires ont été assiégés ou attaqués violemment.

Il n’ont pas non plus montré la résistance populaire dans la rue, pas plus qu’ils ne l’avaient montré en 2002. Il a été prouvé que les "guarimbas" de l’opposition étaient organisées et armées avec beaucoup d’argent provenant des divers tentacules de la CIA, tels que NED et IRI (partis des plans de financement possédés par diverses organisations de droite), en présentant nombre d’entre elles comme des défenseurs de la liberté, de l’éducation, des droits et de l’humanité. Ils ont intériorisé un cynisme cruel qui mérite de loin la première place.

Depuis lors pendant longtemps, la droite a alterné manifestations de rue (pas toujours massives) et généralement aux alentours des quartiers riches de Caracas ou d’autres villes, ainsi qu’une participation électorale. Mais les élections, ce dispositif libéral bourgeois ridicule, ne sont utiles que si elles donnent le résultat souhaité par la bourgeoisie. Comme le Chavisme s'est spécialisé dans la victoire aux élections libérales bourgeoises, la bourgeoisie vénézuélienne, nord-américaine et la plupart des bourgeoisies du monde déclarent donc qu’elles ne sont pas des élections valables, qu’au Venezuela il existe une dictature et que Maduro est un usurpateur. Rien ne leur importe, et ils cachent que le député Guaidó, désormais "Président en charge", a été élu lors d'élections organisées par le même pouvoir électoral que l'élection présidentielle du 20 mai, au cours de laquelle Maduro a été réélu. Jamais plus qu’aujourd’hui il n’est devenu aussi certain que des élections ne sont valables que si elles obtiennent ce que les puissants veulent.

Il s'agit ici d'une nouvelle vague d'attaques, mais il y en a eu plusieurs et dans chacune d'entre elles, la droite et les États-Unis ont été vaincus jusqu'à présent. Cependant, le régime de Maduro s'érode, des divisions apparaissent en son sein, divers groupes, personnes et secteurs populaires manifestent leur mécontentement sans pour autant se tourner vers la droite, tout cela dans un contexte où la situation économique et la gestion de la distribution d'aliments et de médicaments s'est aggravée ces dernières années. Des grands monopoles des affaires tels que le géant Polar n'ont pas été attaqués dans des domaines pourtant importants. À cela il faut ajouter l'inefficacité, la corruption, la bureaucratie du gouvernement lui-même et le "marché noir" qui se développe dans ces situations de désespoir.

Géopolitique et Pétrole

La participation directe, bien qu’avec quelque chose de nouveau dans les modalités, des USA dans la situation actuelle du Venezuela fait partie de sa stratégie géopolitique où, bien sûr, la prédation et le vol de la richesse par les transnationales qui composent le cadre du pouvoir impérialiste ne sont pas absents.

Le savoir, les faits, sont en vue, la politique belliqueuse des États-Unis sa géopolitique des dernières décennies tendant à conserver sa puissance mondiale, menacée sous certains aspects, s'est exprimé dans de nombreux événements sanglants et meurtriers. Ceux-ci portent avec eux des dangers qui peuvent être d’ampleur générale. Un exemple en est la politique d’armements concernant l’augmentation et la valorisation du potentiel nucléaire, le placement d’armes nucléaires à des endroits qui constituent une violation des accords précédents, tout en obligeant des puissances telles que la Russie à des réactions de haut risque.

L’empire nord-américain, allié au grès des opportunités à d’autres pays, a procédé à toute une série d’interventions sanglantes, participant directement à plusieurs affaires et combinant cette intervention à d’autres techniques, telles que l’armement de groupes avec l’intervention d’autres pays pour faire une partie de leur travail. Ceci sans oublier les milliers de mercenaires, regroupés dans de puissantes entreprises, qui dans ces événements brutaux apparaissent parfois avec un poids considérable.

Pour le dire rapidement, c’est d’abord la Yougoslavie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, puis ils se sont rendus en Syrie. Il y avait des intérêts mixtes ici, économique, politique, pouvoir, zones de contrôle que l'empire considérait comme stratégiquement importantes pour contenter l’appétit de ses structures de pouvoir et de ses compétences face à d'autres pays tels que la Chine.

Mais toutes ces actions impérialistes macabres n’étaiten pas faciles à mettre en œuvre et n’apportèrent pas les résultats escomptés. Au contraire, cela signifiait un coup important qui ne valait pas le coup, générant même des difficultés dans leur propre situation interne face à toute une partie de leur population.

Les États-Unis n’ont pas atteint certains objectifs planifiés et ont dû rentrer de nouveau en Irak et en Afghanistan. Et dans un autre tour de vis, il envisage maintenant de quitter l'Afghanistan, sa guerre la plus chère de l'histoire. Il convient de mentionner sa participation active à la destruction de la Libye, en plus d'avoir déclenché de nouvelles guerres en Syrie et en Ukraine. Il devenait de plus en plus clair que l’incidence de la prétendue faction militariste demeurait, ces derniers temps, un facteur de premier ordre dans la conception de sa stratégie impérialiste mondiale. Le bloc impérialiste, les États-Unis à sa tête, laisse apparaître des tensions , des intérêts divergeant dans son propre camp, qui poussent certains pouvoirs à faire pression en faveur de politiques différentes ou à considérer davantage leurs revendications partielles. C'est le cas de nombreuses multinationales et de leurs expressions idéologiques et politiques.

Le 11 septembre est désigné comme le moment à partir duquel la faction militariste tente de subordonner les intérêts de nombreuses multinationales à leur stratégie de guerre contre des ennemis se trouvant partout dans le monde.

Dans cette politique de l'empire, il apparaît une forme d'intervention de l'État qui reste en relation avec la nouvelle constitution systémique dans cette "étape" grossièrement néolibérale appelée contrôle social.

Ce que nous voulons souligner, même brièvement, est quelque chose que plus d'un-e analyste a affirmé. Que les priorités, l’usure de l’impérialisme dans ses petites et macabres aventures de pouvoir, la concentration que cette stratégie exigeait, initialement au Moyen-Orient et en Afrique, impliquaient dans les faits, pendant un certain temps, une certaine négligence de sa "cour". Pas un abandon de sa politique impérialiste sur la région, mais une moins grande maîtrise des événements. Il a également été envisagé avec des fondements solides que, dans la nouvelle phase à venir, la situation commencerait à changer et aller de plus en plus mal sur le territoire latino-américain. Il faut dire que l'attention des impérialistes sur la région allait considérablement augmenter. Mieux vaut garder à l'esprit qu'à cette époque, son principal ennemi, la Chine, profitait de cet espace. À ce jour, nous avons déjà plusieurs exemples du fort dévouement des impérialistes pour notre région.

Nous pensons donc que, dans le cadre de cette stratégie générale qui désigne comme son principal ennemi la Chine, puis la Russie, l’objectif principal des États-Unis d’aujourd’hui est de reprendre le contrôle de ce qu’ils considèrent comme leur "arrière-cour". C’est pour eux une tâche fondamentale qui va de pair avec l’acquisition des richesses de nos pays d’Amérique latine, du pétrole et des minéraux du Venezuela, par exemple.

Le Venezuela est un lac de pétrole, littéralement. Il détient sous son sol les plus grandes réserves de pétrole de la planète avec plus de 300 milliards de barils. C'est la première réserve de pétrole au monde. La seconde est l’Arabie saoudite, mais c’est un allié «charnel» des États-Unis. Elle n’ose donc ni l’envahir ni l’attaquer, alors même qu’elle gouverne une monarchie théocratique qui finance le terrorisme salafiste (entre autres DAESH), c’est-à-dire le pays de Moyenne-Orient détenant le niveau de répression le plus élevé à l'égard des femmes, de la presse, etc... Là-bas, les États-Unis ne réclament pas de "démocratie et de conditions humanitaires". La famille Saud - maintenant avec Bin Salmán - est un allié fidèle de la puissance "démocratique" de la planète, très utile à sa stratégie globale dans le monde.

Pour des raisons liées à cette stratégie globale pour le pouvoir, qui couvre différents contextes, le Venezuela et l’Iran, entre autres pays, figurent sur la liste des "ennemis" des États-Unis. Cela vise à prendre le contrôle de ces différentes régions du monde par tous les moyens. L’impérialisme États-uniens l’a déjà fait en Libye, main dans la main avec la "démocrate" Hillary Clinton et a essayé de le faire en Syrie. Les États-Unis ne lésinent pas sur la décimation des populations, transformant certains pays en la misère la plus absolue, les transformant en "États en faillite", comme ils l'ont fait en Libye ou en Irak.

Les pays qu’elle considère comme préjudiciables à sa stratégie, qui s’allient à ses ennemis, Chinois et Russes, qui prêchent des idées et qui constituent des organismes se heurtant à leur projet, doivent être détruits. Le Brésil dans le BRIC3 (qui comprend la Chine et la Russie) n’était pas à son goût. Ce gouvernement, qui entretient de si bonnes relations avec ceux d’en haut, ne lui a pas non plus servi. Iels ont également vu comme un danger un gouvernement tel que le Venezuela, qui parlait de socialisme, d'anti-impérialisme qui promouvait de nouvelles institutions: ALBA, CELAC, UNASUR, Petrocaribe et qui promouvait la résistance à la signature des Traités de Libre Échanges. Tout simplement par ce que représente ce degré d’autonomie, il devait, de par ses intérêts politiques, économiques et sociaux, le détruire de quelque manière que ce soit.

Bien que le noyau dur du système n'ait pas été touché, rien qui ne ressemblait à du socialisme n'a jamais été mis en œuvre et bien que cela ait été mentionné constamment, cela importait peu, le simple risque de penser aux effets que cela pouvait causer était suffisant. Dans sa logique c’était un ennemi qui devait être détruit rien de plus.

Dans cette action contre le Venezuela ce sont les Etats-Unis qui agissent aujourd’hui avec plus de zèle. Le fait est que la résurgence des sanctions économiques contre le Venezuela ces dernières semaines est centré sur les actions dans Citgo, la société pétrolière vénézuélienne aux États-Unis, filiale de PDVSA4. Pour ces sanctions, les États-Unis bloquent 7 milliards de dollars et 11 milliards de dollars d’exportations de pétrole pour cette année 2019. Cela représente environ un tiers du PIB de l’Uruguay, pour se donner une idée. Citgo possède également trois raffineries, 48 terminaux de stockage et 6 000 stations-service aux États-Unis, un capital non négligeable, mais où le carburant est vendu et distribué à un coût inférieur à celui des sociétés pétrolières nord-américaines commandées par les sociétés Rockefeller, Bush, etc. Citgo est également submergé par des problèmes de crédit au niveau international. Les politiques impérialistes relient et couvre ce vol flagrant en accusant la politique interne actuelle du Venezuela. Disant que cet argent serait acheminé au président autoproclamé Guaidó. Tout ça en se défendant de soit-disant agir contre la "crise humanitaire" et l'absence de droits légitimes dont souffre le peuple. Ce cynisme est déjà ridicule. Que les impérialistes, ces énormes meurtriers de peuples, producteurs de misère et de migration meurtrières de nombreuses populations et de négation des droits légitimes s’en sorte avec ce genre d’explication c’en est trop!

C'est précisément grâce au pétrole, et au prix du baril à la hausse à cette époque, que le régime de Chavez a pu financer des politiques sociales ("les Missions") et une certaine redistribution au cours des années de Chavez; en contrepartie de ce pétrole ayant une haute valeur sur le marché mondial, le Venezuela a renforcé sa dépendance économique et ne s'est pas industrialisé. Mais cela a permis une politique internationale de soutien aux pays d'Amérique latine, créant Petrocaribe. Cuba et plusieurs petites îles des Antilles ont bénéficié de cette politique de pétrole bon marché et de relations diplomatiques plus étroites. C’est cette même politique et cette même alliance qui ont rendu possible la défaite des États-Unis et du Groupe de Lima à l’OEA ces derniers jours. Mais c’est cette politique qui a également incité les États-Unis à soutenir et appuyer le coup d’État contre le gouvernement Zelaya au Honduras, parce qu’il s’approchait tièdement de la politique étrangère du Venezuela. Les États-Unis ne pouvaient permettre à l'un de leurs "pions" de quitter le conseil. Le Honduras était la base militaire dans la lutte "contre l’insurrection" nicaraguayenne dans les années 1980 et de toutes les luttes contre les soulèvements à cette époque. Le coup d’État contre la "révolution guatémaltèque" d'Arbenz en 1954 a également débuté là-bas.

Ajoutons en passant que les USA ont également motivé la politique menée par l'Arabie saoudite consistant à baisser les prix internationaux du pétrole pour empêcher de grandir les possibilités du Venezuela et de l'Iran, ainsi que leurs politiques étrangères respectives.

Une longue histoire d'agressions

Avec les médias de communication les États-Unis on tout ce qu’il leurs est nécessaire pour former une opinion et créer une subjectivité contre le Venezuela, se présentant comme les défenseurs de certaines valeurs qu’ils ont toujours voulu écraser, y compris celles de sa propre démocratie bourgeoise qu’ils n’ont jamais hésité a déplacer quand cela ne leur convenaient pas et qu’ils ne prennent pas en compte aujourd’hui. Il convient de rappeler certaines choses qui se sont déroulées à différentes époques et qui sont représentatives de ce qu’est le véritable visage de l’impérialisme.

Notre Amérique latine est l’un des territoires qui a subi les agressions les plus sanglantes de l'impérialisme nord américain, et nos peuples ont souffert et ont subi les conséquences de telles agressions. Ces antécédents criminels sont longs, mais mentionnons quelques-uns des plus notoires. Invasion au Mexique en 1845 et déclaration de guerre. Résultat: le Mexique perd la moitié de son territoire, qui est actuellement la zone pétrolière des États-Unis.

Cuba et Porto Rico en 1898. Grâce à "l'amendement Platt" (amendement ajouté par les États-Unis dans la Constitution cubaine), l'île est devenue une colonie américaine. Les intérêts des sociétés sucrières, des banques et le jeu des Yankees, ainsi que de la prostitution y prévalaient. À l'époque, la révolution cubaine a mis fin aux négociations et à la relation coloniale. Cependant, Porto Rico reste sous le contrôle total de l'aigle nord-américain.

Mais dans ces divers cas, comme au Nicaragua (déjà envahi en 1855), les États-Unis appliquent le même schéma: soutien aux gouvernements "fantoches", fraude électorale constante et coups d'État. Si nécessaire, débarquement des Marines. Invasion. Augusto César Sandino s'est battu avec dignité au Nicaragua aux côtés de sa guérilla populaire.

En 1914, invasion d'Haïti, pillage du pays. Auparavant, en 1903, les États-Unis s'arrogeaient le droit d'inventer un pays: le Panama. Finançant et soutenant un "mouvement indépendantiste" dans cette région qui faisait partit de la Colombie. C'est-à-dire qu'ils ont enlevé une partie de la Colombie pour y construire le célèbre canal interocéanique, qui était le territoire des États-Unis, gardé par ses marines. C'est pourquoi Omar Torrijos, qui a négocié avec les États-Unis le retour du canal aux mains des Panaméen-ne-s, a été assassiné lors d'un attentat en 1981.

Plus proche géographiquement, le soutien direct de la CIA et de l'ambassade américaine au coup d'État de Pinochet au Chili en 1973, est très bien documenté. De la même manière, sa participation active au plan Condor qui a assassiné et fait disparaître des dizaines de milliers de camarades du Cône Sud. Le soutien nord-américain à d'innombrables coups d'État en Argentine, au Brésil, en Bolivie et au Paraguay de Stroessner, soutien aussi au coup d'État de 1973 en Uruguay. L'invasion à Grenade en 1983.

L'invasion des Marines au Panama à nouveau en 1989, pour "libérer" ce pays de Noriega, un dictateur cruel. Bien sûr, ce que les Américains ne voulaient pas admettre, c’était que Noriega était "leur homme" au Panama. Il a travaillé pour la CIA et la DEA, mais il a eu l'idée de passer par dessus les yankees dans le contrôle du trafic de cocaïne de la Colombie via le Panama aux États-Unis. Ils n'allaient pas pardonner ce "péché" et le gouvernement américain a discipliné le peuple panaméen. Ils ont rasé le pays et laissé 3 000 personnes assassinées.

Les exemples abondent. Des milliers de crimes. Les rubans rouges de son drapeau sont du sang, celui des peuples assassinées pour leurs petits intérêts. Pour les intérêts d'une bourgeoisie qui se croit propriétaire du monde.

En outre, le plan d'agression contre le Venezuela à ses débuts comportait des éléments de ce qui avait été utilisé au Chili en 1973. Au cours de cette dernière étape, ils ont ajusté les "détails" pertinents, continuant à utiliser différentes formes de pression, certaines grotesque même pour les valeurs bourgeoises. mais en plus maintenant ils menacent sans vergogne d'envahir le pays sans tabous majeurs.

La scène internationale

La scène internationale joue beaucoup dans la crise vénézuélienne. Avant d'assumer son nouveau mandat, Maduro s'est rendu en Russie pour rencontrer Poutine afin de lui garantir son soutien dans tous les domaines. Le rôle de la Chine est également important. La Russie et la Chine sont d’importants investisseurs au Venezuela et en Amérique latine en général. Cela fait, comme nous l'avons mentionné précédemment, que cette région entre dans le tableau des disputes mondiales inter-impérialistes.

Mais il y a une part de vérité dans le fait que "l'unipolarité" de l'après-guerre froide a pris fin. Les États-Unis ne peuvent imposer pleinement leur volonté au monde sans plus de cérémonie, même s'ils conservent un pouvoir militaire écrasant. Dans cette période, le dernier était la Libye. En Syrie, ils ont déjà ressenti le frein de la Russie dans le domaine diplomatique, mais également dans le domaine militaire et dans les alliances très habiles déployées par le gouvernement russe, et de la Chine dans le domaine diplomatique. Au Venezuela, la même chose se produit, sauf que c'est dans la "zone d'influence" directe des États-Unis, en plus avec cette énorme quantité de pétrole à proximité. Par conséquent, il exprime clairement qu'il n'est pas disposé à le tolérer.

Nous avons dit que les États-Unis avaient perdu le vote à l'OEA grâce à une politique vénézuélienne à long terme. Combien de temps durera ce soutien des petites Antilles? Les États-Unis vont-ils fabriquer une autre forme de coup d’État dans l'un de ces petits pays?

Il y a quelque chose qui se démarque et que nous voulons mentionner: le rôle de l'Uruguayen Almagro a été répugnant. Un rejeton de progressisme, du rein de Mujica, c’est lui-même qui le mis en lumière dans l'arène internationale et placé dans le Secrétariat général de l'OEA. Ou Almagro a deux visages, ou il sert celui qui lui donne "le travail" ou nous sommes en face d’une infiltration du plus haut niveau, digne des meilleurs romans-espions. Les services secrets vénézuélien et cubain ont indiqué qu'ils soupçonnaient depuis l’époque du gouvernement Mujica qu'Almagro travaillait pour la CIA. Nous ne savons pas si c'était le cas. La vérité est qu'il le fait maintenant et le fait directement pour Trump. Apparemment, s’il ne l’avait pas fait auparavant, c’est parce qu’il n’avait pas eu la chance de le faire, c’est une figure abominable, dégoûtante et terrifiante de ce conflit.

Et c’est dans le scénario international que se joue une bonne partie de ce conflit, car les États-Unis ne peuvent permettre à un pays de sa "zone d’influence" de favoriser une politique étrangère indépendante et qui en plus a essayé d’ordonner d’une autre manière que celles qu’ils ont décidé, leur "cour".

Des temps très complexes vont venir

Alors que les États-Unis avec Almagro à la tête de l'OEA, et le Groupe de Lima parlent d'une invasion du Venezuela, ils ne disent rien contre d'autres régimes qui n'ont certainement rien de démocratiques et ce n'est pas un hasard. Ils ne disent rien du gouvernement hondurien, élu par fraude électorale avérée, après le coup d'État qui a destitué Zelaya en 2009 et réorganisé la situation interne, avec une répression féroce entraînant des personnes disparues et des morts. Ce peuple qui émigre aujourd'hui désespérément.

Ils ne disent rien du coup d’État « institutionnel » de Temer ni de la montée proto-fasciste de Bolsonaro, puisque bien sûr, c'est encore une fois de leur propre fait et stratégie. Une création nord américaine adapté pour cette époque. L'un des éléments nécessaires pour déclencher cette nouvelle vague de coup d'État et d'interventionnisme au Venezuela a été l'appui nécessaire du gouvernement brésilien et, bien entendu, d'un gouvernement "fort". Le secrétaire à la Défense des États-Unis, Jim Mattis, était fin 2018 au Brésil dans le but d’y contenir l'influence chinoise. La même chose peut être dite de la Colombie. Avec les FARC déjà engagés dans le jeu électoral bourgeois, les États-Unis peuvent utiliser l'armée colombienne et les paramilitaires pour leur plaisir. En cette période de "paix", ils ont assassiné des centaines de militant-e-s sociaux et certains ex-guérillerxs. Dans ce cas, le rôle de l'ELN (Armée de libération nationale) « camilista -guevarista » devient pertinent, car voyant comment se dessinait réellement le processus , bien qu'il soit intervenu dans les conversations, n'a finalement pas accepté ce programme de "paix". Iels n’ont finalement pas abandonné les armes, repris les opérations militaires, ne se sont pas rendu et tente de résister dans le cadre de leur conception spécifique, renforçant leur présence à la frontière colombo-vénézuélienne. En fin de compte, un conflit régional risque de se préparer si le Brésil et la Colombie interviennent et que l'ELN est prise dans le piège.

Pour le moment, les États-Unis ne lésinent pas sur le fait de plonger le Venezuela dans le chaos afin de reprendre le contrôle de ce gouvernement et de son pétrole. Il est essentiel d'éliminer ce petit pôle qui, même au sein du capitalisme, est présenté comme antagoniste, éliminant du même temps l'appui de la Russie, de l’Iran et de la Chine. Ils ne s'intéressent pas aux conséquences que pourrait subir le peuple vénézuélien. Ils ne veulent le mentionner que dans le but de l'utiliser dans ses plans macabres.

Mais toute cette intervention impérialiste affichée nous place nous, les peuples latino-américains, devant un scénario de lutte accrue et déterminée. Au vue d’une intervention comme celle qui a été donnée, agressive et flagrante de la part des États-Unis sur le continent, la réponse populaire doit augmenter: mobilisations massives dans la rue, rejet populaire généralisé. Coordination des actions des mouvements sociaux anti-impérialistes véritables et indépendants. Répondre à l'indignation brutale et manifeste de l'impérialisme et de ses alliés, du capitalisme néolibéral, avec l'avancée populaire de ceux qui se trouvent en bas, dans un processus de formation d'un peuple fort.

Sans compter que, si une intervention militaire directe était exercée, l’essentiel est d’avoir un peuple fort dans la rue et de dénoncer et combattre avec force l’acte meurtrier. Si cette intervention directe que veulent tellement les États-Unis et Trump était donnée, et qu’ils n’ont pas pût matérialiser mais continuent d'explorer d'autres voies qui peuvent y mener, en vertu de calculs sur les effets politiques et sociaux qu’ils peuvent engendrer à plus ou moins long termes. Aujourd'hui, ils tentent le maximum pour amener tous les gens qu'ils peuvent dans la rue, pour déstabiliser et tenter de capturer une partie des forces armées, de ne laisser aucune issue et de mettre leurs candidats au service du gouvernement.

Oui, c’est cela le nouveau capitalisme dont iels nous parlent. Les spécialistes nous avertissent que nous sommes dans une phase du capitalisme dont la composition a subi des modifications par rapport aux périodes historiques du passé. Mais les nouveaux éléments qui composent sa structure actuelle restent fidèles au noyau dur du système. L'étape appelée très généreusement de "l'Etat providence" a été laissée derrière ainsi que certaines fonctions de confinement que cet Etat a également remplies. De même, presque sans poids, le fantasme de démocratie inventé par la bourgeoisie pour affirmer son pouvoir. Ce qu’ont nous sert comme nouveau, c’est un capitalisme néolibéral brut et dur.

Ce qui ne fait pas de doute, c’est que l’intrigue la plus aboutie, les dispositifs les plus efficaces tissés par le système capitaliste au cours du siècle dernier ne contredisent pas les prémices fondamentales de ce que l’on sait de manière historique sur le système. Les mécanismes, dispositifs et institutions qui polissaient ou produisaient le capitalisme pour son maintien et sa reproduction, remplissent les fonctions qui ont été indiquées pour d'autres moments historiques. Ce qui est nouveau dans le capitalisme, c’est son ADN reformulé, mieux adapté et tenant compte des expériences vécues et des évolutions technologiques. Mais l'exploitation et l'oppression brutes sont là et plus fortes que jamais.

Le visage d’aujourd’hui est plus brut, brutal et doté de moyens technologiques plus efficaces pour tenter d’intégrer les populations, de faire ressentir comme nécessaire une consommation superflue variée, de détruire plus sauvagement la nature et de produire de vastes populations sur-habités. Il est plus clair que jamais qu’il n’y a aucune possibilité de processus de rupture, pas même de réformes fortes, en utilisant les moyens offerts par le système, sa logique, son "sens commun", ses dispositifs, ses mécanismes électoraux et ses propres institutions.

Il est évident que cette "phase" du capitalisme n’est pas identique à la précédente. Ses problèmes spécifiques constituent un défi pour une opposition qui tente de traiter un changement profond. Accepter ce défi et formuler des réponses sociales est notre raison d'être. En produisant, et avec la volonté de corriger, des lignes de travail théorico-politique, nous devons être dans l’action sociale permanente. Il n'est jamais question d'attendre des moments plus "favorables", il faut en toutes circonstances une stratégie et des tactiques cohérentes. Dans certains moments moins intenses, organiser des événements prévisibles à venir et ajuster l’organisation interne dans ses différents plans, dans d’autres moments plus intenses, exécuter des actions, appliquer des prévisions et lire les événements pour que les réponses soient plus fertiles.

La dynamique indiquée le dit, dans ce monde capitaliste, le pouvoir qui vient d’en haut n’est pas populaire. Si les peuples n'exercent pas leur pouvoir, mais développent une participation active dans un processus orienté vers cela, avec les pratiques qui peuvent le rendre possible, propres, créateurs d'une nouvelle subjectivité, indépendants de la logique et de la dynamique du système, il n'y a pas de progrès possible vers de nouveaux rapports sociaux. Le pouvoir populaire est créé chaque jour et s'exerce dans les différentes luttes sociales et populaires existantes.

L’Amérique latine se trouve à un moment où la droite, liée à l’impérialisme yankee et à ses multinationales avance à grands pas. Il appartient aux peuples de résister, de renforcer les organisations populaires qui permettent de faire face à toute agression et tentative de déstabilisation et d’accroissement de la misère de ceux qui se trouvent en bas. Dans cette tâche de combat, créez en même temps un peuple fort et indépendant qui contient les germes d'un authentique pouvoir populaire.

Les peuples trouveront leur propre voie et le peuple vénézuélien assiégé aujourd’hui, et tous ceux qui se trouvent en bas, ont donné différents exemples de combativité, d’apprentissage social par leur sacrifice et leurs luttes, possédant des désirs qui ne sont pas morts.

Il est clair que la seule chose qui convienne à tous les enfants de ce pays est la condamnation unanime et absolue de toute ingérence, de toute intervention économique, diplomatique ou militaire sur notre continent. En raison de son histoire et de ce que représentent les États-Unis, ils ne pourront jamais être accueillis, s’ils viennent, c’est pour affamer ou massacrer le peuple vénézuélien. Augmenter l'oppression et la misère de notre peuple, ceux d'en bas, en Amérique latine. Et comme toujours, demain ce sera avec un autre de nos peuples si nous considérons que nos intérêts ne sont qu’un minimum affectés. Il est essentiel que la résistance soit présente dans tous les domaines, renforçant ainsi la lutte et les organisations populaires.


En Amérique Latine ni yankee ni infiltration !
Pouvoir Populaire par celleux d’en bas.
POUR LA LIBERTÉ D’AUTODERMINATION DES PEUPLES !
DEHORS ASSASSINS YANKEES DE L’AMÉRIQUE LATINE !
POUR LE SOCIALISME ET POUR LA LIBERTÉ !
ARRIBA LXS QUE LUCHAN !

FÉDÉRATION ANARCHISTE URUGUAYENNE ( fAu )
COORDINATION ANARCHISTE BRÉSILIENNE ( CAB )

This page has not been translated into 한국어 yet.

This page can be viewed in
English Italiano Català Ελληνικά Deutsch



Neste 8 de Março, levantamos mais uma vez a nossa voz e os nossos punhos pela vida das mulheres!

Neste 8 de Março, levantamos mais uma vez a nossa voz e os nossos punhos pela vida das mulheres!

Imperialism / War

Thu 23 May, 16:30

browse text browse image

colombiapazjusticiasocialluchamasacresterrorismoestado.jpg imageColombia: Exterminio contra exguerrilleros y activistas, y manipulación de la verdad en la... May 09 02:07 by Cecilia Zamudio 0 comments

textNATO: 70 Years Too Many Apr 08 23:41 by Kate Hudson 0 comments

semana_contra_el_apartheid_bds_2019.jpg imageSemana contra el Apartheid Israelí (2-5 de abril) Apr 02 10:46 by ViaLibre 0 comments

53072463_266257254302758_2307718776050679808_n.png imageΕθνικισμός, πατρ_... Mar 30 19:55 by Dmitri 0 comments

460_0___30_0_0_0_0_0_declaracio769nantelasituacio769nenvenezuelafebrero2019300x300.jpg imageDéclaration sur la Situation au vénézuela Mar 27 02:36 by FAU y CAB 0 comments

textThe Reality Behind Trump’s Coalition for Regime Change in Venezuela Mar 21 17:02 by Mark Weisbrot 0 comments

textBenjamin Netanyahu’s Other Charges: Crimes Against Humanity in Gaza Mar 07 03:59 by Chiara Cruciati 0 comments

textLa derrota de Estados Unidos en Afganistán Feb 22 13:09 by Rafael Poch de Feliu 0 comments

declaracio769nantelasituacio769nenvenezuelafebrero2019300x300.png imageDeclaración de la Federación Anarquista Uruguaya y la Coordinación Anarquista Brasilera So... Feb 07 17:13 by FAU y CAB 0 comments

img014.jpg imageΜακεδονικό: Παγκa... Feb 05 22:35 by Blackbatmarx 0 comments

solidaridad.jpg image[Colombia] Solidaridad para con las víctimas... todas las víctimas Jan 21 08:21 by Grupo Estudiantil Anarquista 0 comments

17883951_10154982962526900_1731651346826620226_n.jpg imageCurdi Sotto Tiro Jan 18 02:57 by Gianni Sartori 0 comments

ybs_and_pkk_fighters_holding_up_a_painting_of_abdullah_calan.jpg imageAnkara Contro I Curdi Del Bakur Jan 11 00:46 by Gianni Sartori 0 comments

f1803c979bd92d686ce0d7aac54a4375.jpg imageΤα έθνη δεν είναι &#... Dec 30 18:50 by Πρωτοβουλία για την Ολική Άρνηση Στράτευσης 0 comments

pa31112863.jpg imageTrump’s Betrayal Of Ypg – Paris Commune Falls Again? Dec 22 15:30 by David Van Deusen 9 comments

kurds1_3003011b.jpg imageRequiem for Rojava Dec 21 07:41 by Khaled Aboud 0 comments

kurdssaudi.jpg imageThe Saudi-Kurdish love affair Dec 07 14:03 by Khaled Aboud 0 comments

cab_statement_3.jpeg imageΗ παρούσα κατάστ^... Oct 20 20:25 by CAB 0 comments

cab_statement.jpeg imageNota sobre o atual cenário da luta de classes no Brasil Oct 16 05:41 by Coordenação Anarquista Brasileira 1 comments

textPicking up the pieces: How Syrian society has changed Sep 26 13:53 by Synaps Network 0 comments

172090_600.jpg imageThe naked emperor and the new Syria Sep 18 23:12 by Khaled Aboud 1 comments

38016048_1565638766874703_2001858735969927168_n.jpg imageΕθνικισμός-πατρι... Sep 16 19:47 by Καθ’οδόν & mⒶnifesto 0 comments

21707514_0.jpg imageThe battle of Idlib Province in Syria is decisive and crucial for the future of Rojava Sep 08 07:15 by Zaher Baher 0 comments

unity.jpg imageΘέση πάνω στο παλ ... Aug 23 23:06 by Unity-Ahdut-Al-Wihdeh 0 comments

fau.png imageDeclaración de la Federación Anarquista Uruguaya acerca de los sucesos en Nicaragua Aug 15 07:24 by Federación Anarquista Uruguaya 2 comments

afrinocupacionturcalatinta.jpg imageLas cifras escalofriantes de la ocupación turca de Afrin Aug 10 17:01 by Leandro Albani 0 comments

affiche_camp_antiarmes.jpg imageAufruf zur Demonstration am 2.9.2018 in Unterlüß "Rheinmetall entwaffnen – Krieg beginnt h... Aug 07 10:12 by Rheinmetall entwaffnen 0 comments

affiche_camp_antiarmes_2.jpg imageAppel à l’action : „Désarmer Rheinmetall – la guerre commence ici“ Aug 07 10:02 by Rheinmetall entwaffnen 0 comments

affiche_camp_antiarmes_1.jpg imageChiamata: „Disarmiamo Rheinmetall – La guerra inizia qui“ Aug 07 09:55 by Rheinmetall entwaffnen 0 comments

affiche_camp_antiarmes_3.jpg imageLlamado a „Desarmar Rheinmetall – la guerra comienza aquí“ Aug 07 09:46 by Rheinmetall entwaffnen 0 comments

more >>
© 2005-2019 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]