user preferences

Μέση Ανατολή / Αραβία / Ιράκ / Ιμπεριαλισμός / Πόλεμος / Ανακοίνωση Τύπου Friday May 14, 2021 21:34 byΑναρχικοί-Κομμουνιστές Ωκεανίας

Μόνο η αλληλεγγύη μεταξύ των καταπιεσμένων λαών της Παλαιστίνης και των εργατικών τάξεων του κόσμου μπορεί να τερματίσει την κατοχή. Καλούμε το διεθνές αναρχικό κίνημα και όλους τους επαναστάτες της εργατικής τάξης να συμμετάσχουν στην καταγγελία της ισραηλινής κατοχής στην Παλαιστίνη και την υποστήριξη της αντίστασης σε αυτό.

Λευτεριά στην Παλαιστίνη!

Ανακοίνωση Αναρχικών-Κομμουνιστικών Οργανώσεων στην Ωκεανία

Από τον 19ο αιώνα, το Σιωνιστικό κίνημα διεξάγει έναν βάναυσο αποικιακό πόλεμο εναντίον της Παλαιστινιακής Αραβικής κοινωνίας, σχεδόν χωρίς παύση. Οι πρόσφατες απόπειρες εξώσεων στη συνοικία Sheikh Jarrah της κατεχόμενης Ανατολικής Ιερουσαλήμ, είναι μόνο το πιο πρόσφατο επεισόδιο μιας μακρόχρονης καταπίεσης και θυματοποίησης των Παλαιστινιακών εργατικών τάξεων.

Την Πέμπτη, 6 Μάη, οι Παλαιστίνιοι άρχισαν διαμαρτυρίες εναντίον της επικείμενης απόφασης του Ισραηλινού Ανώτατου Δικαστηρίου για έξωση Παλαιστινίων από τη γειτονιά Sheikh Jarrah στην Ιερουσαλήμ. Καθώς οι διαμαρτυρίες κλιμακώνονταν, το Ισραήλ απάντησε με βία, η οποία προκάλεσε την περαιτέρω κλιμάκωση.

Ενώ η επέκταση του Ισραήλ στα υπόλοιπα παλαιστινιακά εδάφη συνεχίζεται αμείωτη, κάθε λίγα χρόνια βλέπουμε μια έκρηξη κρατικής βίας που έχει σχεδιαστεί για να υποτάξει την παλαιστινιακή αντίσταση. Η έξωση και η απέλαση Παλαιστινίων από τα σπίτια και τη γη τους ενισχύθηκε από ένα καθεστώς απαρτχάιντ, το οποίο ενισχύθηκε, επίσης, από τον ιμπεριαλισμό των ΗΠΑ. Με τη σειρά του, το ισραηλινό κράτος υποστηρίζει και ενθαρρύνει τα πογκρόμ εναντίον των Παλαιστινίων, προωθώντας την απανθρωποποίηση τόσο των καταπιεσμένων όσο και των καταπιεστών. Έχουμε αρκετά παραδείγματα Σιωνιστικής βίας - οι μπουλντόζες που γκρεμίζουν παλαιστινιακά σπίτια στην Jenin, με τους κατοίκους να είναι ακόμα μέσα, η χρήση λευκού φωσφόρου κατά την επιχείρηση Cast Lead, η καθιέρωση της Γάζας ως της «μεγαλύτερης υπαίθριας φυλακής στον κόσμο» όπου οι Παλαιστίνιοι πολίτες λιμοκτονούν, αφήνονται χωρίς πρόσβαση σε πολλά βασικά είδη και υποβάλλονται σε τρομερές παραβιάσεις της αξιοπρέπειάς τους.

Το 2021, το ισραηλινό κράτος έδειξε για άλλη μια φορά τη βαρβαρότητά του στον κόσμο. Το Ισραήλ έχει απειλήσει να συνεχίσει την επίθεση έως ότου υπάρξει «απόλυτη ησυχία», σχεδιάζοντας μια νέα εθνοκάθαρση ενόψει της λαϊκής αντίστασης.

Αλλά όπως και με όλες τις μορφές αντίστασης, ο παρών αγώνας δεν έχει μόνο μία αιτία: παράλληλα με το οικονομικό σοκ που προκλήθηκε από την COVID-19, οι Παλαιστίνιοι στη Δυτική Όχθη έχουν επίσης εξαγριωθεί από την απόφαση του μη δημοφιλούς ηγέτη της Παλαιστινιακής Αρχής, Μαχμούντ Αμπάς, να αναβάλει τις επερχόμενες εκλογές - εκλογές που ξέρει ότι θα χάσει.

Στη Γάζα, η αντίσταση καθοδηγείται σε μεγάλο βαθμό από τη Χαμάς - μια δεξιά, θρησκευτική, εθνικιστική και συντηρητική οργάνωση που καταπιέζει από μόνη της την παλαιστινιακή εργατική τάξη. Η ισραηλινή τρομοκρατία πάει χέρι-χέρι με την Χαμάς και τα σχέδιά της, εμποδίζοντας την ανάπτυξη της παλαιστινιακής αντίστασης από την εργατική τάξη.

Η παλαιστινιακή αντίσταση δεν είναι απλώς μια ανησυχία των Παλαιστινίων, ή των Μουσουλμάνων, ή των ανθρωπιστών: είναι η ανησυχία όλων των εργαζομένων σε όλο τον κόσμο. Η επιτυχία του παλαιστινιακού αγώνα εξαρτάται από τη διεθνοποίησή του, μετατρέποντας τον αγώνα αυτής της μιας ομάδας σε έναν πραγματικά παγκόσμιο αγώνα των εργατικών τάξεων που όχι μόνο θα απαντήσει στο «εθνικό ζήτημα» αλλά και στο θεμελιώδες ζήτημα του καπιταλισμού. Αυτό ισχύει ακόμη περισσότερο σήμερα καθώς οι γειτονικές αραβικές κυβερνήσεις, όπως της Αιγύπτου και εκείνες των χωρών του Κόλπου, εγκαταλείπουν το αντιπολιτευτικό τους προσωπείο και επισημοποιούν τις συμμαχίες τους με το Ισραήλ. Εάν οι αγώνες για την ελευθερία σε αυτές τις χώρες συνδέονται με τον αγώνα στην Παλαιστίνη, τότε ούτε το Ισραήλ ούτε οι αραβικές δικτατορίες έχουν την ευκαιρία.

Η αντίσταση των Παλαιστινίων από τα κάτω, έπιασε τόσο τη Φατάχ, το κύριο κόμμα της Παλαιστινιακής Αρχής, όσο και τη Χαμάς, το κύριο κόμμα στη Γάζα, στον ύπνο. Κανένα κόμμα δεν ελέγχει τις διαμαρτυρίες αυτές, οι οποίες στοχεύουν, κατά μεγάλο βαθμό, στο ισραηλινό κράτος. Η απάντηση της Χαμάς ήταν να εξαπολύσει ρουκέτες στο Ισραήλ, στοχεύοντας αμάχους, καλώντας έτσι στην ουσία την ισραηλινή κυβέρνηση να επιτεθεί για άλλη μια φορά στη Γάζα. Δεν πρόκειται για μια προσπάθεια υποστήριξης των διαμαρτυριών, αλλά για κατάπνιξή τους. Μεταφέροντας τον αγώνα στο στρατιωτικό επίπεδο, η Χαμάς ελπίζει να παρακάμψει τις παλαιστινιακές μάζες και να τις αποτρέψει από την ανάπτυξη μιας εναλλακτικής στρατηγικής από την πλευρά της εργατικής τάξης για την αντίστασή της.

Ως αναρχικοί, η θέση μας ενάντια στον εθνικισμό δεν πρέπει να εκληφθεί ως αντίθεση στην αντίσταση - είμαστε ενάντια στον εθνικισμό, επειδή πιστεύουμε ότι η αντίσταση μπορεί να είναι πραγματικά επιτυχής χωρίς αυτόν. Η κατοχή του Ισραήλ είναι μια απροκάλυπτη μορφή αποικιακής καταπίεσης και οι Παλαιστίνιοι που είναι θύματά της έχουν κάθε δικαίωμα να αντισταθούν με οποιοδήποτε μέσο είναι σύμφωνο με τον τελικό στόχο της απελευθέρωσης.

Φιλελεύθεροι παγκόσμιοι ηγέτες, είτε είναι Αμερικανοί είτε Αυστραλοί, εκπρόσωποι της ΕΕ ή του ΟΗΕ, μιλούν για «αποκλιμάκωση» και «αυτοσυγκράτηση και από τις δύο πλευρές». Όλοι αυτοί δικαιολογούν μόνο τη συνεχιζόμενη καταπίεση της Παλαιστίνης. Δεν υπάρχει γκρίζα περιοχή, δεν υπάρχουν δύο ίσες πλευρές στον πόλεμο. Οι παλαιστινιακές μάζες αντιστέκονται στην καταπίεση.

Μόνο η αλληλεγγύη μεταξύ των καταπιεσμένων λαών της Παλαιστίνης και των εργατικών τάξεων του κόσμου μπορεί να τερματίσει την κατοχή. Καλούμε το διεθνές αναρχικό κίνημα και όλους τους επαναστάτες της εργατικής τάξης να συμμετάσχουν στην καταγγελία της ισραηλινής κατοχής στην Παλαιστίνη και την υποστήριξη της αντίστασης σε αυτό.

Όταν αγγίζουν τον ένα αγγίζουν όλους

Αλληλέγγυοι αντιστεκόμαστε,

Υπογράφουν οι αναρχικές-κομμουνιστικές οργανώσεις από την Ωκεανία:

Anarchist Communists Meanjin
Black Flag Sydney (Mutiny)
Geelong Anarchist Communists
Melbourne Anarchist Communist Group
Red and Black Notes
Tāmaki Makaurau Anarchists

14/5/2021

*Δράσεις αύριο Σάββατο, 15 Μάη 2021 σε όλη την Αυστραλία:
Melbourne https://www.facebook.com/events/944052973044805/
Sydney https://www.facebook.com/events/841268616598354/
Brisbane https://www.facebook.com/events/482349836444158/
Adelaide https://www.facebook.com/events/129509095803129/
Perth https://www.facebook.com/events/1435082826833935/
Geelong https://www.facebook.com/events/944052973044805/

*Μετάφραση: Ούτε Θεός-Ούτε Αφέντης.

mashriq / arabia / iraq / imperialism / war / press release Friday May 14, 2021 20:02 byAnarchist-Communist Groups in Oceania

Only solidarity between the oppressed people of Palestine and the working classes of the world can end the occupation. We call on the international anarchist movement and all working-class rebels to join us in denouncing the Israeli occupation of Palestine and supporting resistance to it.

Freedom for Palestine!

Statement from Anarchist-Communist Groups in Oceania

Since the 19th century, the Zionist movement has waged brutal colonial war against Palestinian Arab society, nearly without pause. The recent attempted evictions in the Sheikh Jarrah neighbourhood of occupied East Jerusalem is only the latest in a long history of oppression and victimisation of the Palestinian working classes.

On Thursday 6 May, Palestinians began protests against the impending Israeli Supreme Court decision to evict Palestinians from the Sheikh Jarrah neighbourhood in Jerusalem. As the protests escalated, Israel responded with violence, which only spurred further escalation.

While Israeli expansion into the remaining Palestinian territories continues unabated, every few years we see an explosion of state-violence designed to subjue Palestinian resistance. Expulsion of Palestinians from their homes and their land has been reinforced by an apartheid-style regime, bolstered by US imperialism. In turn, the Israeli state supports and encourages pogroms against Palestinians, furthering the dehumanisation of both the oppressed and oppressor. Examples of Zionist violence abound -- the bulldozing of Palestinian homes in Jenin, with civilians still inside; the use of white phosphorus during Operation Cast Lead; the establishment of Gaza as the "world's largest open air prison" where Palestinian nationals are starved, left without access to many staples, and subjected to horrific violations of their dignity.

In 2021, the Israeli state has once again announced its barbarity to the world. Israel has threatened to continue the attack until there is "total quiet", nothing if not a metaphor for ethnic cleansing in the face of popular resistance.

But as with all forms of resistance, the current struggle does not have one cause: alongside the economic shock triggered by COVID-19, Palestinians in the West Bank have also been provoked by the decision of the unpopular leader of the Palestinian Authority, Mahmoud Abbas, to postpone upcoming elections -- elections he knows he will lose.

In Gaza, resistance is largely led by Hamas - a right-wing, religious-nationalist and conservative organisation that oppresses the Palestinian working class in its own right. Israeli terror plays into the hands of Hamas and their project, preventing the Palestinian resistance from developing along working-class lines.

Palestinian resistance is not simply the concern of Palestinians, or of Muslims, or of humanitarians: it is the concern of all workers across the world. The success of the Palestinian struggle is dependent on its internationalisation, turning the struggle of this one group into a truly global working-class struggle that will not only answer "the national question" but the fundamental question of capitalism too. This is even more the case today as neighbouring Arab governments like Egypt and those in the Gulf abandon the façade of their opposition and formalise their alliances with Israel. If the struggles for liberty in these countries link up with the struggle in Palestine, then neither Israel nor the Arab dictatorships stand a chance.

The wildcat resistance by the Palestinians caught both Fatah, the main party of the Palestinian Authority, and Hamas, the main party in Gaza, off guard. Neither party controls the protests, which have overwhelmingly targeted the Israeli state. The response of Hamas has been to fire rockets at Israel, targeting civilians, and inviting the Israeli government to once again assault Gaza. This is not an attempt to support the protests, but to demobilise them; by transferring the struggle onto the military plane, Hamas hopes to sideline the Palestinian masses and prevent them from developing a working-class alternative for their resistance.

As anarchists our position against nationalism should not be mistaken for opposition to resistance -- we are against nationalism because we believe that resistance can only be truly successful without it. Israel's occupation is a naked form of colonial oppression, and its Palestinian victims have every right to resist it by whatever means that are in accord with the final goal of liberation.

Liberal world leaders, be they American, Australian, spokespeople for the EU or the UN, speak of 'de-escalation' and 'restraint by both sides'; they only justify the ongoing oppression of Palestine. There is no grey area, there are no two equal sides at war. The Palestinian masses are resisting oppression.

Only solidarity between the oppressed people of Palestine and the working classes of the world can end the occupation. We call on the international anarchist movement and all working-class rebels to join us in denouncing the Israeli occupation of Palestine and supporting resistance to it.

Touch one, touch all.

In solidarity and resistance,

The undersigned anarchist-communist organisations of Oceania:
Anarchist Communists Meanjin
Black Flag Sydney (Mutiny)
Geelong Anarchist Communists
Melbourne Anarchist Communist Group
Red and Black Notes
Tāmaki Makaurau Anarchists

14/5/2021

You can support local action for Palestine here:
Melbourne - EMERGENCY: Palestine Melbourne Rally This Saturday And Next - https://www.facebook.com/events/944052973044805/

Sydney - Rally: #SaveSheikhJarrah Free Palestine, Commemorate Al Nakba - https://www.facebook.com/events/841268616598354/

Brisbane - Palestinian Nakba rally and march - https://www.facebook.com/events/482349836444158/

Adelaide - Speakout: save Sheikh Jarrah, stand with Palestine - https://www.facebook.com/events/129509095803129/

Perth - Vigil for Palestine وقفة صامتة من اجل فلسطين -
https://www.facebook.com/events/1435082826833935/

Geelong - Solidarity with Palestine photo
https://www.facebook.com/events/944052973044805/

machrek / arabie / irak / impérialisme / guerre / opinion / analyse Friday May 14, 2021 04:50 byUnion Communiste Libertaire

Le conflit israélo-palestinien est une guerre coloniale, opposant un État impérialiste à un peuple spolié. Croire que, d’un côté comme de l’autre, les motivations religieuses ou les intérêts économiques y sont essentielles serait se leurrer. Orientation fédérale adoptée par l’Union Communiste Libertaire en juin 2020.

Israël, un État colonial

La classe dirigeante israélienne, et l’essentiel de la classe politique, sont profondément imprégnées d’une idéologie nationaliste et colonialiste, le sionisme. Cette idéologie est née dans un contexte de développement de l’antisémitisme et du nationalisme en Europe. À la différence des courants assimilationnistes ou révolutionnaires, les courants sionistes considéraient l’antisémitisme comme inéluctable tant que les juifs et juives resteraient partout minoritaires et ont eu pour objectif historique de constituer une majorité nationale juive en Palestine, ce qui est passé par l’expulsion des Palestiniennes et Palestiniens tout au long du processus colonial, et par une politique d’épuration ethnique.

Dans cette continuité, la classe dirigeante israélienne actuelle a pour objectif de maintenir un État sur des bases ethno-nationalistes dans lequel la majorité nationale reste juive. Une partie de cette classe dirigeante a même pour projet politique l’exclusion totale des minorités arabes et druzes : la loi de 2018 sur « l’État-nation du peuple juif » est la conséquence inéluctable de la politique menée avec constance depuis 1948.

Pourtant, loin d’être homogène, la société israélienne, modelée par la guerre et la recherche d’une identité, est communautarisée à l’extrême. Les Arabes israélien·nes – y compris les Druzes – sont considéré·es comme des « sous-citoyen·nes » et ne bénéficient pas des mêmes droits que les Israéliennes et israéliens juifs. Au sein même de la population juive, d’importantes tensions existent entre les Ashkénazes, les Séfarades, les Mizrahim et les Juives et Juifs éthiopiens. Le pôle anticolonialiste et antiraciste, bien que très minoritaire, représente un des soutiens concrets les plus directs au peuple palestinien. À l’autre bout, les courants nationalistes-religieux et le lobby des colons constituent un pôle ultranationaliste, homophobe, patriarcal et jusqu’au-boutiste qui pèse de plus en plus sur l’État israélien.

L’expansionnisme sioniste ne répond pas seulement aux caractéristiques d’une guerre de conquête. Il s’est constamment doublé d’une politique d’épuration ethnique. Pendant la guerre de 1948, en poussant des centaines de milliers de civil·es palestinien·nes à l’exode sans retour. À l’issue de la guerre de 1967, en évitant d’annexer la Cisjordanie et Gaza – ce qui aurait obligé Israël à conférer la citoyenneté à ses habitant·es – mais en se contentant d’occuper militairement ces régions, privant ses habitant·es de tout droit. Avec l’arrivée au pouvoir du Likoud (1977), le discours ethno-nationaliste s’est renforcé et la colonisation de la Cisjordanie s’est intensifiée. La politique de colonisation forcée de Jérusalem-Est est la démonstration qu’une politique d’épuration ethnique peut également se mener en temps de « paix ».

La religion n’a pas joué de rôle dans l’émergence du sionisme, qui définit la judéité comme une nationalité, sur le modèle ethno-nationaliste. La création de l’État d’Israël a amené une partie des courants religieux qui lui étaient initialement opposés à s’y rallier dans une « synthèse nationale-religieuse », qui entend justifier l’existence de l’État a posteriori par des arguments religieux globalement absents du projet sioniste initial. Les nationalistes « laïques », eux, justifient la construction de l’État israélien au nom d’un royaume hébreu ayant existé sur ce territoire il y a 2.500 ans.

Les intérêts économiques ne sont pas non plus la cause première de l’expansionnisme israélien. Sur le fond, la politique expansionniste des sionistes est typique de ces situations rares où l’idéologie l’emporte sur la rationalité économique. Le coût économique et social de la colonisation et de l’occupation militaire est sans commune mesure avec les quelques avantages que peuvent représenter le contrôle de ressources naturelles et d’un prolétariat palestinien privé de droits.

L’un des ressorts majeurs de cette idéologie au sein de la diaspora juive et de la population israélienne est la peur d’un nouveau génocide, qui amène à considérer comme essentiel le maintien d’une « majorité nationale » juive dans un « État refuge », Israël, quel qu’en soit le prix. Pourtant, loin de représenter un refuge face à l’antisémitisme, cette politique contribue à l’isolement de la minorité juive dans les autres pays, et entraîne la population israélienne dans une fuite en avant guerrière et coloniale. Elle évacue la question essentielle de la lutte contre l’antisémitisme, en voulant la subordonner à un soutien à l’État israélien, et évacue aussi d’autres questions comme le « droit au retour » dans leur pays d’origine des minorités juives mizrahim et séfarades dont la culture arabe/perse/kurde... est niée.

Cependant, le colonialisme israélien a un intérêt économique et géostratégique majeur pour les impérialistes occidentaux : du mandat britannique à la création de l’État d’Israël, soutenue aussi bien par l’Occident que par l’URSS, ces derniers ont toujours souhaité garder sous contrôle le Proche et Moyen-Orient, enjeu géostratégique et économique majeur.

Le peuple palestinien, en lutte pour ses droits

Le peuple palestinien, dans toutes ses composantes, se bat avant tout pour ses droits. Les Palestiniennes et Palestiniens dits « de 48 » (Arabes israélien·nes, dont les bédouins) se battent pour l’égalité des droits et contre les discriminations. Celles et ceux de Cisjordanie et de la bande de Gaza se battent contre l’occupation militaire et pour la souveraineté sur leurs terres. Les réfugié·es se battent pour le droit au retour ou une indemnisation pour les préjudices subis. Même si les priorités de ces composantes peuvent diverger, une solidarité profonde les lie face à l’oppression.

Aujourd’hui, la résistance palestinienne est essentiellement une résistance civile et pacifique. Militairement, l’Autorité palestinienne – comme avant elle et l’Organisation de libération de la Palestine – ne pèse guère face à Israël. C’est cette incapacité à gagner leur indépendance par les armes qui a pu pousser de jeunes Palestinien·nes désespéré·es à devenir des «  martyr·es  » dans des attentats-suicides.

Là encore, la religion n’était pas la motivation essentielle. Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa sont avant tout des symboles nationaux. La résistance palestinienne formée dans les camps entre 1948 et 1967, était profondément laïque, à l’image de la majorité du peuple palestinien où musulman·es et chrétien·nes de toutes obédiences vivent en bonne intelligence. Le projet de « Palestine démocratique », porté par l’OLP de 1969 à 1993, évoquait un pays unique, laïque, dont les citoyennes et les citoyens, qu’ils soient athées ou de confessions juive, musulmane ou chrétienne, pourraient vivre dans la liberté et l’égalité. Ce projet se voulait l’antithèse de l’État ethnique discriminatoire incarné par Israël.

Les intérêts économiques que peut avoir le peuple palestinien à son émancipation vont de soi : droits sociaux, droit de cultiver sa terre, droit de prendre la mer, liberté de circulation, récupération ou indemnisation pour les biens spoliés, etc. C’est l’échec de la réalisation de ce projet laïc qui a ouvert la voie à des courant « nationaux-religieux » comme le Hamas et le Djihad islamique, initialement regardés avec bienveillance par l’État israélien qui y a vu l’opportunité d’éloigner toute perspective de solution en rupture avec l’ethno-nationalisme.

Le peuple palestinien seul face à l’occupant

La résistance palestinienne est aujourd’hui seule face à l’expansionnisme sioniste.

Elle n’a rien à attendre des puissances impérialistes occidentales. Le son de cloche est similaire en ce qui concerne les États de la région. S’ils se sont servi de la lutte palestinienne, ils ne l’ont que rarement servie. La Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar comme l’Égypte ou la Syrie, ont été excédés par l’indépendance dont la résistance palestinienne a su faire preuve à leur égard.

Ils l’ont parfois combattue par les armes, en perpétrant des massacres comme celui de Septembre noir, en 1970. Aujourd’hui, malgré la pression de leurs opinions publiques, ces États préfèrent normaliser leurs relations avec l’État sioniste. [...]

L’aide internationale la plus sincère dont puisse bénéficier le peuple palestinien viendra de la société civile, dans les pays de la région, aux États-Unis, en Europe, en Israël même. C’est de l’action des anticolonialistes israéliens que les Palestiniennes et Palestiniens peuvent d’ailleurs attendre le plus.

La résistance populaire ne peut malheureusement pas se reposer sur l’Autorité palestinienne, critiquée et considérée comme illégitime par une grande partie de la population palestinienne du fait de sa collaboration avec l’occupant, et en concurrence avec le « gouvernement » du Hamas dans la bande de Gaza.

La laïcité, la liberté, l’égalité : un projet pour la Palestine

La paix ne pourra se faire sans justice. C’est la raison pour laquelle de « deal du siècle » brandi par Donald Trump n’aboutira à rien d’autre qu’à une surenchère coloniale. Essayer d’obtenir la paix sans répondre aux aspirations profondes d’autonomie et de reconnaissance du peuple palestinien ne pourra conduire qu’à l’échec, la désillusion et, de nouveau, à l’insurrection populaire. Des hypothèses de solution immédiates au conflit.

Des hypothèses de solution immédiates au conflit  :


- La création d’un État palestinien. Cette concession acceptée par l’OLP à Oslo en 1993 est un triste recul par rapport au projet initial de « Palestine démocratique ». Elle reconnaît l’existence de l’État d’Israël et la nécessité d’une partition ethnique. Un État est aujourd’hui l’objectif de court terme de la résistance palestinienne, qui permettra un minimum de sécurité dans des frontières internationalement reconnues. Mais cette solution semble aujourd’hui impossible du fait le l’ampleur de la colonisation, la viabilité d’un tel État, grand comme un département français et sans continuité territoriale, étant plus que douteuse.
- La naissance d’une fédération israélo-palestinienne. Dans des frontières uniques, deux entités juridiques, une « israélienne » et une « palestinienne ». Ce projet a l’avantage de garantir l’autonomie culturelle et l’égalité en droits de deux peuples qui se pensent différents, et notamment de répondre à l’aspiration profonde des Israélien·nes à un « foyer national juif ». Mais sur le long terme, il représente un risque de dérive à la libanaise, avec son morcellement communautaire.

Ces deux projets ont essentiellement une valeur tactique. Non antagonistes, ils expriment ce qui peut être possible, par étapes, dans une situation donnée, à un moment donné. Ils ne doivent pas focaliser les débats car, en eux-mêmes, ils ne satisferaient pas les attentes palestiniennes – ils ne répondent pas, par exemple, à la question cruciale des réfugié·es et de leurs droits, question qui tant qu’elle ne sera pas réglée sera source de conflit majeur.

Un pays unique, laïc et démocratique, qui ne pourrait avoir pour nom « Israël » reste la seule solution politique à même d’assurer la paix et l’égalité entre tous et toutes les citoyens, quelle que soit leur appartenance culturelle. Cette solution, si elle peut sembler hors de portée dans la période, reste de mise pour toutes et tous les militants, Israéliens comme palestiniens, hostiles à la ségrégation ethnique et au racisme d’État. La présence de forces politiques en Israël comme en Palestine, ayant une interprétation religieuse et raciste du conflit, menace un tel projet. En retour, la réconciliation, la paix, l’égalité et la laïcité sont les meilleures armes pour combattre ces intégrismes.
La perspective d’une « fédération du Moyen-Orient socialiste », si elle n’est pas une condition préalable à une telle solution, peut représenter un point d’appui important à la résistance palestinienne, en balayant les régimes de la région qui ont intérêt à écarter toute solution réelle et anticolonialiste au conflit.

L’UCL milite pour le droit à l’autodétermination du peuple palestinien

Pour la résistance palestinienne, soutenue par la majorité de la population palestinienne, cette autodétermination implique :

l’évacuation par l’armée israélienne de tous les territoires occupés depuis 1967 et la fin du blocus de Gaza ;
le démantèlement de toutes les colonies et infrastructures coloniales en Cisjordanie ;
le droit des réfugié·es au retour dans leurs foyers et/ou à une juste réparation ;
l’égalité réelle des droits entre citoyen·nes arabes et non arabes en Israël ;
le droit à la création d’un État viable à côté d’Israël. Garder la perspective, sur le long terme, d’un pays unique, laïque et démocratique, reste cependant une nécessité ;
l’aide à la reconstruction de toutes les infrastructures détruites et de l’économie palestinienne.

Dans l’immédiat, l’Union communiste libertaire :

- réaffirme son soutien à la résistance palestinienne ;
- réaffirme son soutien aux anticolonialistes et aux réfractaires de l’armée israélienne ;
- condamne toute interprétation et revendication raciste ou religieuse liée au conflit en Palestine. Le racisme anti-arabe comme l’antisémitisme sont instrumentalisés par l’État israélien, par les courants sionistes pour justifier la guerre ethnique que l’État israélien mène, par les nationalistes-religieux, par les dirigeants et classes dominantes des pays de la région. Nous affirmons que la double lutte contre le racisme anti-arabe et contre l’antisémitisme est une clé essentielle de la résolution du conflit israélo-palestinien. Construire une alternative crédible et concrète face à l’antisémitisme est une condition essentielle pour affaiblir l’influence politique des courants sionistes ;
- appelle à la démilitarisation de la société israélienne.
- appelle à exercer des sanctions économiques sur l’État israélien colonial, d’une part par l’abrogation de l’« accord d’association » économique, militaire et scientifique entre l’Union européenne et Israël ; d’autre part, sans attendre, par le boycott des produits importés d’Israël via la campagne internationale Boycott Désinvestissement Sanction (BDS) ;
- appelle à l’arrêt de toute coopération militaire avec l’État d’Israël.

Union communiste libertaire, juin 2020

machrek / arabie / irak / impérialisme / guerre / nouvelles Friday May 14, 2021 02:19 byIlan Shalif

La nuit dernière, nous avons vu le résultat de l’accumulation de la colère des jeunes, qui sont les principales victimes de la pandémie et de la crise du COVID-19. La grande montée du chômage a entraîné une montée également de la pression subie par les Palestiniens à Jérusalem et dans les villes multiethniques de l’État d’Israël. L’intensité de la violence policière a augmenté de même lors de la répression des rassemblements et autres mobilisations.

La Palestine s’embrase en ce moment, avec en fond le projet sioniste de déplacement tous les Palestinien.ne.s de l’autre côté du Jourdain, (et de la mer Morte au sud). A l’époque de la guerre -et même immédiatement après la guerre- il y a eu une vague d’expulsions massives. Depuis lors et la plupart du temps (même avant la déclaration officielle d’un État d’Israël)- les difficultés de la vie quotidienne sous la dure domination israëlienne ont été telles pour les Palestinien.ne.s avec pour conséquenceune émigration « de leur plein gré ».

À Jérusalem, une intense pression s’exerce sur les Palestinien.ne.s pour les déplacer, et ce d’autant plus qu’en échange de services en Syrie et contre l’Iran, Israël a eu « les mains plus libres » en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Le changement du rapport de force interne entre le Fatah et le Hamas, et le déclin du pouvoir de l’élite dirigeant le Fatah de manière autonome ont favorisé un engagement d’une jeunesse plus audacieuse.

La « goutte d’eau qui a fait déborder le vase » a été l’intensification de la pression sur les Palestiniens annexés à Jérusalem et l’atteinte à l’autonomie des musulmans dans le temple du Mont (dont l’Esplanade des Mosquées) pendant la période importante pour les religieux du Ramadan.

Pour part cet embrasement était destiné à servir les intérêts du Premier ministre israélien Netanyahu qui a perdu les élections (de manière plus catastrophique que les 3 précédentes, tous les six mois)… mais il semble que l’embrasement actuel soit un peu sorti des rails et devenu incontrôlable (tant à Gaza qu’à Jérusalem).

La pression du président des USA Joe Biden, dont les intérêts diffèrent de ceux de Donald Trump, a pour conséquence une pression accrue sur Israël pour qu’il diminue sa pression sur les Palestinien.ne.s de Jérusalem Est.

La nuit dernière, nous avons vu le résultat de l’accumulation de la colère des jeunes, qui sont les principales victimes de la pandémie et de la crise du COVID-19. La grande montée du chômage a entraîné une montée également de la pression subie par les Palestiniens à Jérusalem et dans les villes multiethniques de l’État d’Israël. L’intensité de la violence policière a augmenté de même lors de la répression des rassemblements et autres mobilisations.

Les efforts accrus d’Israël pour restreindre l’autonomie des Palestiniens au Mont Temple, la répression brutale des rassemblements et des marches, ainsi que le blocage temporaire des déplacements des musulmans israéliens au Mont Temple, ont été des étapes décisives. Elles ont abouti à un soulèvement déterminé, et pour le Hamas de Gaza à une implication farouche (y compris un ultimatum à Israël de se retirer du Mont Temple et du quartier de Sheikh Jarakh).

L’État israélien a peur d’un nouveau round de confrontation à propos Gaza après l’échec humiliant dans la gestion du round précédent il y a six ans.

Le 11 mai 2021, Ilan Shalif.

machrek / arabie / irak / impérialisme / guerre / communiqué de presse Friday May 14, 2021 02:11 byUnion Communiste Libertaire

Depuis le 6 mai, l’État israélien a lancé une offensive militaire pour faire taire la colère à Jérusalem-Est et à Gaza. Il s’agit bien plus que d’une énième répétition d’hostilités asymétriques (roquettes artisanales contre frappes aériennes) : c’est un soulèvement populaire, incluant les Palestiniennes et Palestiniens ayant la nationalité israélienne, qui conteste l’apartheid et la domination coloniale.

L’actuelle escalade répressive a commencé avec la volonté du gouvernement israélien de réduire au silence la mobilisation des habitantes et habitants du quartier Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est. Ces derniers manifestaient massivement, aux côtés de leurs soutiens israéliens, contre l’expulsion de plusieurs familles palestiniennes en vue de reloger des colons à leur place.

La police, l’armée et les milices d’extrême droite ont, comme toujours, violemment réprimé les manifestantes et manifestants jusque sur l’esplanade des Mosquées, faisant des dizaines de blessé·es.

Contre un nouveau carnage à Gaza

Depuis la bande de Gaza, le Hamas a ensuite tiré des centaines de roquettes artisanales vers Israël. Tsahal a riposté comme à son habitude, par des bombardements dix fois plus meurtriers sur la bande de Gaza. Est-on à la veille d’une nouvelle campagne d’écrasement de Gaza sous les bombes, comme en 2009 (plus de 1300 morts palestiniens contre moins d’une quinzaine israéliens) et en 2014 (entre 700 et 2300 morts palestiniens, contre 66 israéliens) ?

Le gouvernement de Netanyahou est seul responsable de ce nouvel épisode meurtrier. Il est la conséquence d’une politique coloniale, d’apartheid et de négation des droits fondamentaux du peuple palestinien. Une politique menée par un gouvernement de droite extrême, allié à l’extrême droite, et donnant raison aux colons les plus fanatiques.

En France, le président de l’AFPS en garde à vue !

En France, la solidarité s’est rapidement manifestée, malgré la répression. Le 12 mai, un rassemblement de soutien était appelé à Paris, aux Invalides, entre autres par l’Association France Palestine Solidarité (AFPS). Peu de temps avant, la préfecture de police de Paris l’a interdit ! Sur place, quelques centaines de personnes se sont tout de même rassemblées, avant d’être dispersées et verbalisées par la police. Un peu plus tard dans la journée, Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS, était placé en garde à vue, alors qu’il sortait justement, avec une délégation, du ministère des Affaires étrangères où il avait dénoncé la situation dramatique en Palestine. L’Union communiste libertaire réaffirme son soutien à la résistance palestinienne et appelle à rejoindre massivement les initiatives de solidarités qui s’organisent partout en France.

Liste des rassemblements pour ce samedi 15 mai

★ Paris, métro Barbès, à 15h
★ Lyon, place Bellecour, à 15h
★ Marseille, place Bargemon, à 15h
★ Saint-Étienne, place Chavanelle, à 15h
★ Nîmes, avenue Feuchères, à 15h
★ Metz, Place Saint Jacques, à 11h
★ Toulouse, métro Capitole, à 11h
★ Strasbourg, place de l’université, à 15h
★ Lille, place du Général de Gaulle (Grand’Place), à 15h
★ Nantes, carrefour rue de la Barillerie et boulevard des 50 Otages, à 14h30
★ Rennes, République, à 15h
★ Annecy Haute Savoie, esplanade Place François de Menthon à 14h30
★ Nancy, place Maginot de 15h à 17h
★ Niort, parvis des droits de l’Homme à 11h
★ Albertville, place du commandant Bulle, à 11h
★ Annonay, rue de Deûme, à 9h
★ Clermont-Ferrand, place de Jaude, à 15h
★ Corbeil-Essonnes, devant la Mairie, à 16h
★ Digne, Préfecture, à 15h
★ Lannion, devant la sous-préfecture des Côtes d’Armor, à 11h
★ Morlaix, Square de la Résistance, à 10h30
★ Poitiers, Mairie à Poitiers, à 15h00
★ Tours, Place Jean Jaurès à Tours, 15h00

Union communiste libertaire, le 13 mai 2021

This page has not been translated into 한국어 yet.

This page can be viewed in
English Italiano Català Ελληνικά Deutsch



Imperialism / War

Sun 13 Jun, 14:43

browse text browse image

freedom_for_palestine_1.jpg imageΛευτεριά στην Πα_... May 14 21:34 by Αναρχικοί-Κομμουνιστές Ωκεανίας 0 comments

freedom_for_palestine.jpg imageFreedom for Palestine! May 14 20:02 by Anarchist-Communist Groups in Oceania 0 comments

illu_palestine_1.png imagePour une Palestine libre et démocratique May 14 04:50 by Union Communiste Libertaire 0 comments

illu_palestine.png imageUn bref compte-rendu des événements récents en Palestine May 14 02:19 by Ilan Shalif 0 comments

image_ucl_palestine.png imageNon au massacre, non à l’apartheid, liberté pour la Palestine ! May 14 02:11 by Union Communiste Libertaire 0 comments

israelexplosioningaza.jpg imageAn account on the current events in Palestine May 12 19:50 by Ilan Shalif 1 comments

safe_image.jpg imageA National Myth Apr 25 20:08 by Melbourne Anarchist Communist Group 0 comments

navy1280x640.jpg imageΟι ΗΠΑ στην παγίδ ... Apr 19 19:53 by Dmitri 0 comments

holmespage_2.png imageHolmes Trujillo y su legado de muerte Feb 15 09:24 by Colectivo Contrainformativo Subversión 0 comments

trump_e_bolsonaro_dando_as_mos.jpg imageBolsonaro e o espelho retorcido com Trump Jan 21 06:40 by BrunoL 0 comments

subservincia_e_anti_venezuela_charge_rafael_costa_jan2021.jpg imageA subserviência do exército de Caxias e sua estúpida retórica contra a Venezuela Jan 07 02:45 by BrunoL 0 comments

Australian troops in Afghanistan. Credit: LS Paul Berry via The Guardian imageWar crimes Jan 04 16:55 by Melbourne Anarchist Communist Group 0 comments

unasur_afundando_ilustrao_rafael_costa.jpg imageO ocaso da Escola de Defesa Sul americana, um fracasso planejado da integração regional em... Oct 18 07:51 by BrunoL 0 comments

falcia_da_cristofobia_contra_palestinos_cristos_rafael_costa_ilustrao.jpg image“Cristofobia” ou a simples subserviência: o discurso de Bolsonaro na ONU Oct 08 04:50 by BrunoL 0 comments

usscarlvinsonmod_1.png imageΚανένας πόλεμος `... Sep 13 19:39 by MACG 0 comments

entreguismo_bananisteiro.jpg imageO entreguismo fardado no Governo Bolsonaro: um projeto político. Sep 13 04:54 by BrunoL 0 comments

usscarlvinsonmod.png imageNo war on China Sep 08 21:09 by Melbourne Anarchist Communist Group 0 comments

lbano_brasil_palestina_agosto2020.jpg imageO Brasil redescobre seu vínculo com o Líbano. Três temas, um apontamento e uma conclusão l... Aug 26 05:47 by BrunoL 0 comments

2644.jpg imageWe condemn the Turkish state attack and invasion of the Iraqi Kurdistan Jun 25 22:46 by Kurdish-speaking Libertarians 0 comments

textA Dirty Military Incursion into Venezuela May 11 23:20 by Vijay Prashad, Paola Estrada, Ana Maldonado and Zoe PC 0 comments

94381827_1342726822583466_3103943302559301632_n.jpg imageEndless war Apr 25 15:39 by Melbourne Anarchist Communist Group 0 comments

whatsapp_image_20200417_at_18.15.jpeg imageكل التضامن مع ر... Apr 24 03:20 by Various anarchist organizations 0 comments

photo5819049480962552925.jpg imageSolidarity with Rojava facing war and a global pandemic! Apr 18 01:27 by Various anarchist organizations 0 comments

photo5823155053085700616.jpg imageΔιακήρυξη αλληλε... Apr 16 19:37 by Αναρχοκομμουνιστικές οργανώσεις 0 comments

ptbr.jpg imageSolidariedade Com Rojava Diante Da Guerra E Da Pandemia! Apr 16 09:05 by vários 0 comments

ita.jpg imageDichiarazione di solidarietà con il Rojava di fronte alla guerra e alla pandemia globale! Apr 16 04:45 by vários 0 comments

es.jpg imageSolidaridad con Rojava ante la guerra y la pandemia! Apr 16 04:42 by vários 0 comments

catalan.jpg imageSolidaritat amb Rojava davant la guerra i la pandèmia! Apr 16 04:42 by vários 0 comments

de.jpg imageSolidarität mit Rojava im Angesicht des Krieges und der Pandemie! Apr 16 04:41 by vários 0 comments

fr.jpg imageSolidarité avec le Rojava face à la guerre et à la pandémie! Apr 16 04:37 by vários 0 comments

more >>
© 2005-2021 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]