user preferences

New Events

Amérique centrale / Caraïbes

no event posted in the last week

J'accuse: À Propos De L'ex Dictateur Duvalier

category amérique centrale / caraïbes | anti-fascisme | presse non anarchiste author Thursday December 15, 2011 23:53author by Bloncourt - Comité pour la Défense des Droits de l'Homme (Haiti)author email gerald.bloncourt at club-internet dot frauthor address 19 rue charrière 75011 Parisauthor phone 01 43 67 64 35 Report this post to the editors

Suite à ma lettre ouverte d'Octobre 2011

J’accuse

J’accuse Michel Martelly, président de la République d’Haïti de couvrir en fait l’ex dictateur Jean-Claude Duvalier séjournant actuellement en Haïti.
Dans ma lettre ouverte en date du 4 octobre 2011 je lui avais demandé de prendre position à ce sujet, et je cite :

Je veux vous parler de la présence en Haïti de l’ex dictateur Jean-Claude Duvalier, ce que je considère comme une insulte à notre peuple.
Voilà un homme qui a succédé sans hésitation à son père et a poursuivi son œuvre Voilà un potentat, « déchouké », les mains nues, par ce même peuple qui vous a élu , qui s’est enfui, emmenant dans ses bagages des millions de dollars et laissant derrière lui, ruines
et désespoir.
Ses prisons, tel Fort-Dimanche, ont été des lieux où des dizaines de milliers de patriotes ont été torturés et massacrés (confère l’admirable livre de mon ami Patrick Lemoine : « FORT-DIMANCHE » et « LES CACHOTS DE DUVALIER » de feu mon ami Marc Romulus).
Des milliers de boat-poeple ont péri aux larges des plages paradisiaques de Miami.
Des centaines de milliers d’Haïtiennes et d’Haïtiens ont pris le large, à Miami, New York, le Québec, la France, l’Afrique, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et que sais-je encore…
Ils ont fui ce régime despotique, traquant l’intelligence, la liberté, les moindres sursauts démocratiques…
Nous sommes nombreux à réclamer que Jean-Claude Duvalier soit jugé pour ses « crimes contre l’humanité » et que ses biens usurpés soient remis au Trésor haïtien.
Je m’adresse donc à vous, Monsieur le Président de la République, au nom de tous ceux-là, pour qu’au moins vous répondiez à mon réquisitoire et que nous soyons fixé sur vos intentions.
Vous ne pouvez pas ne pas savoir que récemment, des dizaines de manifestants ont interrompu une conférence de presse pendant laquelle Amnesty International dévoilait un rapport sur l'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier.
Les manifestants pro-Duvalier ont accusé l'organisme de défense des droits de
la personne de manquer de crédibilité et de chercher à semer la discorde.
Les représentants d'Amnesty International ont commencé à présenter le
document, avant d'annuler la conférence de presse quand les avocats de
Duvalier et les manifestants ont interrompu le tout.
L'organisation devait rendre publics de nouveaux témoignages fournis par des
victimes de la dictature et leurs proches.
Duvalier est rentré en Haïti en janvier, de son exil en France. Il avait
été chassé du pouvoir en 1986, après un règne de 15 ans.
Je suppose que vos fonctions vous obligent à aider la Justice et à la faire respecter.
J’espère que vous répondrez à ma requête espérant que vous êtes toujours celui que j’ai admiré pour sa modestie lors de sa prise de pouvoir et qui me donne toujours à penser que vous êtes celui qui, enfin, aidera Haïti à se relever.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations patriotiques.

Jusqu’à ce jour je n’ai reçu aucune réponse, et Monsieur Michel Martelly a rendu visite à cet ex dictateur, trinquant avec lui et ses soutiens à l’occasion d’un échange amical.

J’accuse donc Monsieur Martelly de couvrir en fait celui qui devrait être traduit devant les tribunaux, accusé de Crimes contre l’Humanité.

J’en appelle à la conscience de tous les démocrates, de tous ceux qui sont animés par un esprit de justice, afin qu’ils dénoncent avec moi l’attitude de monsieur Martelly en lui demandant une fois encore de se montrer à la hauteur de ses fonctions et de ses responsabilités.

Je les invite à rejoindre le Collectif contre l’impunité dont voici les coordonnées :

cedh@cedh-haiti.org

Je reproduis ci-dessous l’appel de ce collectif.
Voir l’intégralité de ma lettre ouverte sur mon blog : http://bloncourt.over-blog.net/

Gérald Bloncourt
Président du Comité pour la Défense des Droits de l’Homme et de la Démocratie en Haïti et dans le Monde
Paris 15 Décembre 2011
————————————————————————————————————
Collectif contre l’impunité
Des plaignants-es, contre l’ex dictateur Jean-Claude Duvalier et consorts, et des organisations de défense des droits humains
Centre œcuménique des droits humains (CEDH) - Kay Fanm (Maison des femmes)
Mouvement des femmes haïtiennes pour l’éducation et le développement (MOUFHED) - Réseau national de défense des droits humains (RNDDH)
Point focal: Centre œcuménique des droits humains (CEDH) - cedh@cedh-haiti.org

Communiqué
Jean-Claude Duvalier peut être poursuivi pour les exactions de son régime
Cela fait 11 mois depuis de l’ex dictateur Jean-Claude Duvalier est revenu en Haïti après s’être exilé pendant 25 ans en France. 11 mois depuis que des plaignants-es se sont présentés par-devant les tribunaux pour exiger le jugement de l’ex Président à vie pour des crimes contre l’humanité commis sous son gouvernement; pour réclamer que justice soit rendue aux milliers de personnes de toutes conditions que le régime a emprisonnées, torturées, exécutées, fait disparaitre, déportées. 11 mois depuis que des organisations nationales et internationales exhortent l’État haïtien à se plier à ses obligations en matière de respect des droits humains.
Le Collectif contre l’impunité a symboliquement choisi la période de commémoration de la Déclaration universelle des droits humains (10 décembre) pour réaffirmer sa détermination à poursuivre les démarches visant au jugement de Jean-Claude Duvalier pour crimes contre l’humanité. En tant qu’Haïtiens et Haïtiennes, nous sommes au cœur même de l’humanité. En nous libérant de l’esclavage en 1804, nous avons proclamé notre humanité pleine et entière. En étant, en 1945, parmi les 19 pays signataire de la charte de Nuremberg établissant le tribunal pour juger les crimes du nazisme, nous avons à nouveau attesté de notre appartenance à l’humanité. En 1946, en étant membre fondateur des Nations Unies, nous avons contribué à codifier de manière irrévocable les droits humains. En 1986, en mettant fin à la féroce dictature des Duvalier, nous avons réitéré notre volonté de construire un État de droit démocratique, donc soucieux du respect de l’intégrité des personnes. Haïti a donc toute légitimité pour poser la question des crimes contre l’humanité.
Le Collectif a expliqué le sens de sa démarche, une quête de justice et donc de vérité pour contribuer à ce que la nation confronte son histoire plutôt que de la subir ou de feindre de l’ignorer. Réclamer que la justice se prononce sur des crimes qui ont si douloureusement marqués notre vie de peuple, inviter nos compatriotes à réfléchir sur les mécanismes de la dictature des Duvalier, cela ne s’apparente en rien à une stérile recherche de vengeance.
Depuis que le Collectif s’est lancé dans ce combat spécifique contre l’impunité et le révisionnisme, d’autres voix, d’ici et d’ailleurs, se sont solidairement mêlées à la nôtre. Ainsi, avec le concours de juristes internationaux il a été élaboré un Amicus, c'est-à-dire un commentaire juridique destiné à aider les autorités judiciaires. Le document indique comment le cas de Jean-Claude Duvalier peut être traité et en quoi les allégations concernant le caractère soit disant illégal d’une inculpation de l’ex dictateur ne sont pas fondées, tant au regard de la législation haïtienne que du droit international obligeant Haïti. L’Amicus, démontre que:
- le droit international s’applique en Haïti ;
- il n’y a pas de prescription, ni d’amnistie pour les crimes contre l’humanité ;
- des crimes contre l’humanité ont été allégués sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier ;
- des crimes dans le droit haïtien en vigueur peuvent constituer des crimes contre l’humanité ;
- Jean-Claude Duvalier est responsable des actes délictueux commis par l’État haïtien ; et
- Jean-Claude Duvalier peut être poursuivi.
Le contexte national continue cependant à provoquer de graves inquiétudes et porte notamment à s’interroger sur la volonté politique de l’État à tout mettre en œuvre pour que la justice puisse effectivement suivre son cours. Réclamer que Jean-Claude Duvalier rende compte des actes de ses 15 ans de pouvoir sans partage est une exigence éthique.
Port-au-Prince, le 14 décembre 2011
Pour le Collectif
Danièle Magloire

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
George Floyd: one death too many in the “land of the free”
© 2005-2021 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]