Benutzereinstellungen

Neue Veranstaltungshinweise

International

Es wurden keine neuen Veranstaltungshinweise in der letzten Woche veröffentlicht

Kommende Veranstaltungen

International | Luttes des peuples autochtones

Keine kommenden Veranstaltungen veröffentlicht

Kurdistan

category international | luttes des peuples autochtones | opinion / analyse author Dienstag November 11, 2014 04:48author by Guillaume Davranche - Alternative Libertaire Report this post to the editors

Ce qui a vraiment changé au PKK

La gauche kurde a beaucoup évolué depuis dix ans. Si le PKK (officiellement rebaptisé Kongra-Gel en 2003) reste son centre de gravité, avec une structure autoritaire, des tendances autogestionnaires ont vu le jour, notamment dans ses organisations satellites. Une situation ambivalente mais riche de potentialités.
Manifestation dans la Cizîrê, en soutien à Kobanê (octobre 2014)  © Firat News
Manifestation dans la Cizîrê, en soutien à Kobanê (octobre 2014) © Firat News

Pendant longtemps, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a souffert d’une très triste image : autoritaire, sanguinaire, pratiquant le culte du leader... Tout juste lui reconnaissait-on son rôle dans l’émancipation des femmes au sein de la guérilla. Cependant, aujourd’hui qu’il apparaît comme un pôle de résistance au ­djihadisme, les regards sur lui changent à toute allure.

On a pu voir, dans les médias, plusieurs reportages ouvertement sympathiques, notamment sur ses unités de femmes combattantes. Et sur la Toile circulent des textes quelque peu sensationnels annonçant un « nouveau PKK » devenu quasi autogestionnaire et même « éco-anarchiste » en s’alignant sur son leader Abdullah Öcalan, converti en prison aux thèses libertaires de Murray Bookchin. C’est en tout cas la thèse défendue par quelques intellectuels anarchistes anglo-saxons comme Janet Biehl, Rafael Taylor, et David Graeber (1).

Sans les suivre dans une vision un peu idyllique, il faut reconnaître que le PKK a beaucoup évolué. Ce parti a connu plusieurs périodes :

  • la période de formation, de 1978 à 1984, durant laquelle le PKK fut un parti indépendantiste et marxiste-léniniste à direction collégiale, bientôt réprimé et contraint à l’exil ;
  • la période la lutte armée, de 1984 à 1999, fut celle de la mutation en une guérilla puissante et hiérarchisée. Harcelé par la répression impitoyable de l’armée turque, le PKK a alors connu une dérive sectaire qui s’est traduite par la mise en place d’un culte du chef, Abdullah Öcalan (dit Apo, « l’oncle »), un contrôle de fer sur ses membres, et des pratiques internes particulière­ment violentes : autocritique et contrition publique, exécution des dissidents, etc. (2);
  • la période de latence, de 1999 à 2003, a vu le PKK, désemparé par l’arrestation d’Öcalan, appeller à un cessez-le-feu ;
  • la période actuelle, depuis 2003, est celle d’un repositionnement du PKK, qui a répudié officiellement le léninisme, puis renoncé à fonder un État-nation pour revendiquer une autonomie confédérale du Kurdistan, par-dessus les frontières étatiques existantes. Aujour­d’hui, plusieurs tendances cohabitent au sein du parti, allant des nationalistes (assez marginaux) aux sociaux-démocrates, en passant par les fidèles du maoïsme et une mosaïque de sensibilités.
Le rôle d’Öcalan

Abdullah Öcalan pèse tant qu’il peut dans cette évolution. Dès les années 1990, il critiquait l’État-nation et s’efforçait de fixer un cadre théorique nouveau à la « question kurde ». Ses idées ont mûri depuis son incarcération. Dans Guerre et Paix au Kurdistan (2009), puis dans Le Confédéralisme démocratique (2011), il prônait une « démocratie sans État », antipatriarcale, laïque, fédéra­liste, reposant sur les conseils populaires et la socialisation de l’économie. Bref, un programme anarchisant, inattendu sous sa plume. Il regrettait même que le PKK ait engendré une « structure hiérarchique similaire à celle des États » et recommandait aux élus et aux cadres politiques kurdes de lire certains ouvrages de Murray Bookchin, comme Urbanization without Cities: The Rise and Decline of Citizenship (3).

Forum social mésopotamien
Cette évolution d’Öcalan a sans doute influencé le PKK, mais ­surtout ses « vitrines légales », le HDP et le DBP. On a pu l’observer en septembre 2009, lors du Forum social mésopotamien, à Diyarbakir (Kurdistan turc). Lors de l’assemblée plénière « Gestion de la ville », les élus locaux du parti avaient suivi avec un vif intérêt l’exposé du délégué zapatiste sur l’autogestion communale au Chiapas. C’était à l’époque de la création des communes autonomes, tentative étouffé dans l’œuf par l’armée turque.
Plus récemment, lors de l’élection présidentielle d’août 2014, le HDP est apparu comme le nouveau pivot de la gauche alternative turque, son candidat, Selahattin Demirtaş, ayant reçu le soutien de diverses organisations socialistes, féministes, écologistes et LGBTI. Il a recueilli 9,8 % des voix, principalement au Kurdistan (4).

Ce que toute cette évolution n’a pas remis en cause, c’est le rôle dirigeant du PKK, ni sa structure militarisée et hiérarchisée.

Aujourd’hui, la gauche kurde est donc traversée par cette ambivalence : au centre du jeu, un parti-guide militaire ; à ses côtés, un mouvement civil avec de réelles tendances autogestionnaire ; et, planant au-dessus de l’ensemble, la figure tutélaire d’Abdullah Öcalan. Cette évolution est porteuse de potentialités... à condition que le mouvement civil gagne une prééminence claire sur la direction militaire. Il y a cinquante ans, l’Algérie fit l’amère expérience d’une direction militaire FLN phagocytant puis confisquant la révolution à son profit, malgré les velléités autogestionnaires des débuts de l’indépendance.

On est donc encore loin, aujourd’hui, de la formule zapatiste selon laquelle « le peuple commande ». Cela n’empêche pas l’autonomie démocratique au Rojava d’être, comme l’écrit David Graeber, « l’un des rares points lumineux – et même très lumineux – issus de la tragédie de la révolution syrienne ». Plus que jamais, la gauche ­kurde constitue un laboratoire politique de première importance pour l’ensemble du Moyen-Orient.

Guillaume Davranche


1. Voir leurs articles « Bookchin, Öcalan, and the Dialectics of Democracy » sur New-compass.net ; « The new PKK: unleashing a social revolution in Kurdistan », sur Roarma.org ; « Why is the world ignoring the revolutionary Kurds in Syria ? » sur Theguardian.com.
2. Öcalan, à son procès, a lui-même évoqué 15 000 à 17 000 morts dans des « règlements de compte » internes au PKK ou dans des accrochages avec d’autres organisations. Ces pratiques sanglantes se sont éteintes dans les années 2000.
3. Black Rose Press, 1992. Témoignage de Janet Biehl, veuve
de Bookchin, en février 2012 (sur New-compass.net).
4. Lire « L’AKP, un colosse aux pieds d’argile » dans Alternative libertaire de septembre 2014.

Verwandter Link: http://www.alternativelibertaire.org/?Dossier-Kurdistan-Oui-le-peuple
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Hauptseite

AUKUS: A big step toward war

Reflexiones sobre la situación de Afganistán

Αυτοοργάνωση ή Χάος

South Africa: Historic rupture or warring brothers again?

Declaración Anarquista Internacional: A 85 Años De La Revolución Española. Sus Enseñanzas Y Su Legado.

Death or Renewal: Is the Climate Crisis the Final Crisis?

Gleichheit und Freiheit stehen nicht zur Debatte!

Contre la guerre au Kurdistan irakien, contre la traîtrise du PDK

Meurtre de Clément Méric : l’enjeu politique du procès en appel

Comunicado sobre el Paro Nacional y las Jornadas de Protesta en Colombia

The Broken Promises of Vietnam

Premier Mai : Un coup porté contre l’un·e d’entre nous est un coup porté contre nous tou·tes

Federasyon’a Çağırıyoruz!

Piştgirîye Daxuyanîya Çapemenî ji bo Êrîşek Hatîye li ser Xanîyê Mezopotamya

Les attaques fascistes ne nous arrêteront pas !

Les victoires de l'avenir naîtront des luttes du passé. Vive la Commune de Paris !

Contra la opresión patriarcal y la explotación capitalista: ¡Ninguna está sola!

100 Years Since the Kronstadt Uprising: To Remember Means to Fight!

El Rei està nu. La deriva autoritària de l’estat espanyol

Agroecology and Organized Anarchism: An Interview With the Anarchist Federation of Rio de Janeiro (FARJ)

Es Ley por la Lucha de Las de Abajo

Covid19 Değil Akp19 Yasakları: 14 Maddede Akp19 Krizi

Declaración conjunta internacionalista por la libertad de las y los presos politicos de la revuelta social de la región chilena

[Perú] Crónica de una vacancia anunciada o disputa interburguesa en Perú

International | Luttes des peuples autochtones | fr

Mi 29 Sep, 07:57

browse text browse image

arton59514e0ec.jpg imageSoutien International aux zapatist@s contre la guerre de contre-insurrection au Chiapas 00:03 Do 28 Aug by commission international 0 comments

A la Société Civile Nationale et Internationale,
A la Sexta Nationale et Internationale,
Aux Médias libres, autonomes, indépendants ou comme ils s’appellent,
Aux Juntas de Buen Gobierno,
A l’EZLN,
Aux Bases d’appui de l’EZLN,
[Español]
[English]

imageDeux semaines au Rojava Nov 11 by Commission internationale AL 0 comments

Un anarchiste kurde de Grande-Bretagne, Zaher Baher, a voyagé au Kurdistan syrien (Rojava) en mai 2014. Il en a tiré un long et rare témoignage, dont certains passages assez acritiques incitent à la prudence. Il en ressort l’impression d’une révolution non pas sociale, mais au moins démocratique, ce qui constitue déjà un pas de géant après quarante années de dictature policière. Nous en publions deux extraits.

imageContre-société Nov 11 by Commission Internationale AL 0 comments

Depuis l’été, son rôle de rempart face aux atrocités djihadistes a placé la ­gauche kurde sous les feux de la rampe. Ce que l’on savait moins jusque-là, c’est que dans les zones qu’elle contrôle en Syrie, elle a favorisé l’essor d’une contre-société sur des bases laïques, sociales et démocratiques. Une situation exceptionnelle, qui appelle un soutien international.

imageSoutien International aux zapatist@s contre la guerre de contre-insurrection au Chiapas Aug 28 Alternative Libertaire 0 comments

A la Société Civile Nationale et Internationale,
A la Sexta Nationale et Internationale,
Aux Médias libres, autonomes, indépendants ou comme ils s’appellent,
Aux Juntas de Buen Gobierno,
A l’EZLN,
Aux Bases d’appui de l’EZLN,
[Español]
[English]

© 2005-2021 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]