user preferences

Upcoming Events

No upcoming events.
venezuela / colombia / miscellaneous / press release Friday May 14, 2021 05:18 byVarious anarchist organisations

Today, the world looks at Colombia, its streets and roads being the stage where people have shown dignified rage in a powerful cry which cannot go unnoticed. Social protests happening uninterruptedly since April 28 are the response to the exacerbation of poverty and the precariousness of life, immediate consequences of neoliberalism. Amid a sanitary, economic, and social crisis, the latter has manifested itself in 1.7 million Colombian families feeding themselves only two meals a day or less, a 14.2% unemployment rate, and nearly half of the population (42.2%) living in poverty.

People from different regions around the world currently experience similar situations. In Latin America, for instance, by the end of last year, the overall poverty rate was about 33.75%, the unemployment rate about 10.7%, and 78 million people were living in extreme poverty (8 million more than in 2020). The governments in office have responded to this social crisis by implementing policies of structural adjustment, which in this case has meant the increase and diversification of taxation for the working class as austerity measures. In Colombia, the far-right government of Iván Duque attempted the above through its third attempt at tax reform in his term of office. Those who pay for the crisis are not its producers, but the exploited and impoverished.

In this context, thousands of people in Colombia have protested, especially the working-class youth. In the streets, roads, and working-class districts people resist and struggle building barricades, banging pots and pans, and assemblies. This fight for justice is part of a novel wave of protests and revolts which have taken place in Latin America since 2019; momentary unrests which have reactivated grassroots organization.

On its part, the Colombian State has responded, as do all States when their interests are at risk, with brutal violence and repression. The numbers are frightening and speak for themselves. Up until May 8, 47 people were murdered (39 as a result of police violence), 451 were injured (32 eye injuries and firearm injuries), 12 people were victims of gender-based violence and sexual abuse, 548 people went missing, and 963 were detained.

Regarding brutal repression perpetrated by the government lead by Iván Duque against those who struggle and resist in Colombia, we call for solidarity, for people to keep protesting throughout the territory, and to denounce, by all means possible, what today grieves Colombian people. Internationalist solidarity is the safeguard of the struggles we forge, and, therefore, we support the demands of the protests in Colombia (Paro Nacional): End state violence, withdraw the health reform now, and provide a universal basic income!

International solidarity with people’s struggle!
Viva el Paro Nacional!
In the face of State repression, working-class self-defense, and unity!



► Signatories:>

★ Federación Anarquista Uruguaya – FAU (Uruguay)

★ Federación Anarquista de Rosario – FAR (Argentina)

★ Organización Anarquista de Tucumán – OAT (Argentina)

★ Embat - Organització Llibertària de Catalunya (Catalonia)

★ Devrimci Anarşist Federasyon – DAF (Turkey)

★ Αναρχική Ομοσπονδία - Anarchist Federation (Greece)

★ Organización Anarquista de Córdoba – OAC (Argentina)

★ Roja y Negra - Organización Política Anarquista (Buenos Aires, Argentina)

★ Federación Anarquista Santiago - FAS (Chile)

★ Aotearoa Workers Solidarity Movement - AWSM (Aotearoa / New-Zealand)

★ Coordenação Anarquista Brasileira - CAB (Brazil)

★ Zabalaza Anarchist Communist Front - ZACF (South Africa)

★ Alternativa Libertaria – AL/fdca (Italia)

★ Grupo Libertario Vía Libre (Colombia)

★ Workers Solidarity Movement - WSM (Ireland)

★ Melbourne Anarchist Communist Group - MACG (Australia)

★ Organisation Socialiste Libertaire – OSL (Switzerland)

★ Union Communiste Libertaire (France & Belgium)

venezuela / kolumbien / verschiedenes / pressemitteilung Friday May 14, 2021 05:08 byVarious anarchist organisations

Die Welt blickt heute auf Kolumbien; seine Straßen und Autobahnen waren die Bühne, auf der das Volk seine würdevolle Wut in einem ungestümen Schrei entlud, der widerhallt und nicht unbemerkt bleiben kann. Der soziale Protest, der seit dem 28. April ununterbrochen andauert, ist die Antwort auf die sich verschlimmernde Armut und die Prekarität des Lebens (unvermeidliche Folgen des neoliberalen Modells), die sich inmitten der Gesundheits-, Wirtschafts- und Sozialkrise niederschlägt in 1,7 Millionen kolumbianischen Haushalten, welche nur zweimal am Tag etwas zu essen haben, in einer Arbeitslosenquote von 14,2% und in einer Armutsquote, die mit 42,4% fast die Hälfte der Bevölkerung umfasst.

Ähnliche Situationen erleben die Menschen in verschiedenen Regionen der Welt. In Lateinamerika zum Beispiel erreichte die Armutsquote Ende letzten Jahres 33,7 %, die Arbeitslosenquote lag bei 10,7 % und 78 Millionen Menschen lebten in extremer Armut (8 Millionen mehr als 2019). Die Antwort der amtierenden Regierungen auf diese soziale Krise waren die Versuche der wirtschaftlichen Anpassung, d.h. die Erhöhung und Diversifizierung der Besteuerung für die Arbeiter*innenklasse, die sich im kolumbianischen Fall im dritten Versuch der Steuerreform der ultrarechten Regierung Iván Duque manifestierte. Diejenigen, die für die Krise bezahlen, sind nicht deren Hauptverursachende, sondern die verarmten und ausgebeuteten Menschen.

In diesem Zusammenhang haben sich in Kolumbien Tausende von Menschen mobilisiert, vor allem die Jugend der armen Bevälkerungsteile. In den Stadtvierteln, auf den Straßen und Autobahnen leisten sie Widerstand und halten den Protest mit Barrikaden, Töpfen und Versammlungen aufrecht. Der gerechte Kampf, den das kolumbianische Volk heute führt, nährt die Welle der Proteste und Revolten, die sich seit 2019 in Lateinamerika als störende Momente entwickelt haben und welche die Basisorganisationen des Volkes reaktivieren.

Der kolumbianische Staat seinerseits hat, wie es alle Staaten tun, wenn sie ihre Interessen bedroht sehen, mit Repression und unverhältnismäßiger Gewalt geantwortet. Die Zahlen sind erschreckend und sprechen für sich: Bis zum 8. Mai wurden 47 Menschen getötet (39 durch Polizeigewalt), 451 verwundet (32 mit Augenverletzungen und 32 durch Schusswaffen), 12 Menschen wurden Opfer von geschlechtsspezifischer Gewalt, 548 verschwanden und 963 Menschen wurden festgenommen (Daten entnommen von der Campaña Defender la Libertad: Asunto de todas, ONG Temblores und Defensoría del Pueblo Colombia).

Angesichts der brutalen Repression der Regierung von Ivan Duque gegen die Kämpfenden in Kolumbien rufen wir zu aktiver Solidarität auf, um in allen Gebieten Protesttage zu organisieren und mit allen möglichen Mitteln das anzuprangern, was das kolumbianische Volk heute heimsucht. Internationalistische Solidarität ist der Schutz der Kämpfe, die wir schmieden, deshalb unterstützen wir heute die Forderungen des nationalen Streiks: Stoppt die staatliche Gewalt, nehmt die Gesundheitsreform zurück und garantiert ein universelles Grundeinkommen!

Solidarität mit den Völkern, die kämpfen!
Es lebe der Nationalstreik!
Im Angesicht der staatlichen Repression - Selbstverteidigung und Organisierung von unten!


☆ Grupo Libertario Vía Libre (Kolumbien)
☆ Coordenação Anarquista Brasileira - CAB (Brasilien)
☆ Federación Anarquista Uruguaya - FAU (Uruguay)
☆ Anarchistische Föderation von Rosario - FAR (Argentinien)
☆ Anarchistische Organisation von Cordoba - OAC (Argentinien)
☆ Organización Anarquista de Tucumán - OAT (Argentinien)
☆ Roja y Negra - Organización Política Anarquista (Buenos Aires, Argentinien)
☆ Federación Anarquista Santiago - FAS (Chile)
☆ Union Communiste Libertaire (Frankreich & Belgien)
☆ Embat - Organització Llibertària de Catalunya (Katalonien)
☆ Alternativa Libertaria - AL/fdca (Italien)
☆ Devrimci Anarşist Federasyon - DAF (Türkei)
☆ Organisation Socialiste Libertaire - OSL (Schweiz)
☆ Workers Solidarity Movement - WSM (Irland)
☆ Αναρχική Ομοσπονδία - Anarchistische Föderation (Griechenland)
☆ Melbourne Anarchist Communist Group - MACG (Australien)
☆ Aotearoa Workers Solidarity Movement - AWSM (Aotearoa / Neuseeland)
☆ Zabalaza Anarchist Communist Front - ZACF (Südafrika)

france / belgique / luxembourg / anti-fascisme / communiqué de presse Friday May 14, 2021 04:59 byUnion Communiste Libertaire

Dans un contexte global, particulièrement propice aux discours autoritaires, nous avons vu ces derniers jours s’accroître les violences émanant de groupes d’extrême droite à Lyon, Orléans, Clermont-Ferrand, Montpellier, Strasbourg… Ne nous y trompons pas, la politique sécuritaire, répressive et fractionniste du gouvernement, qui préfère de son côté combattre le supposé danger islamo-gauchisme dans les facs ou l’écriture inclusive à l’école, est directement coupable de laisser ces nervis fascistes agir en toute impunité.

Ceux-ci ne s’y trompent pas : deux textes, une lettre ouverte au gouvernement du « syndicat » d’extrême-droite « France Police », et une nouvelle tribune de militaires dans « Valeurs Actuelles » appellent ou agitent la perspective d’une intervention de l’armée, menacent de prendre des initiatives devant l’imminence selon eux de « la guerre civile », guerre civile que les fascistes espèrent non pas empêcher, mais bien provoquer.

Le racisme, le sexisme, l’homophobie, la haine du « gaucho », trouvent un terrain propice pour distiller leur haine que ce soit dans des médias de masse aux heures de grande écoute ou bien dans la rue, aux abords de nos manifestations et lieux occupés.

Dès que nous abandonnons le contrôle de la rue, celle-ci est reprise par les tenants de l’ordre moral qui ont multiplié les rassemblements ce samedi de Paris, à Orléans en passant par Auray : Rassemblement national, Les Patriotes, L’Action française, Riposte laïque, Résistance républicaine, les Volontaires pour la France… Malgré leurs divergences, toutes ces organisations n’ont qu’un seul et véritable projet : nous faire baisser la tête et imposer un projet de société violent, raciste, sexiste et inégalitaire… au profit des capitalistes.

L’actuelle faiblesse de la réponse de notre camp est également à questionner. L’arc unitaire pour la manif nationale contre l’extrême droite à Lyon (repoussée au 29 mai) montre pourtant qu’une riposte radicale et large est possible. Militant·es syndicalistes, anticapitalistes, autonomes, libertaires sont des cibles privilégiées de celles et ceux qui cherchent à diviser le prolétariat.

Face à cette menace grandissante, nous ne pouvons plus longtemps nous permettre d’avancer en ordre dispersé. Toutes les dominations et toutes les tentatives de divisions de notre classe doivent être combattues. Contre l’extrême droite nous devons plus que jamais être uni·es et faire front dans la rue, mais également en proposant un projet de société alternatif au capitalisme, un projet libertaire, solidaire et égalitaire.

Contre l’extrême-droite, qu’elle soit ou non au gouvernement, antifascistes tant qu’il le faudra !

Union communiste libertaire, le 11 mai 2021

machrek / arabie / irak / impérialisme / guerre / opinion / analyse Friday May 14, 2021 04:50 byUnion Communiste Libertaire

Le conflit israélo-palestinien est une guerre coloniale, opposant un État impérialiste à un peuple spolié. Croire que, d’un côté comme de l’autre, les motivations religieuses ou les intérêts économiques y sont essentielles serait se leurrer. Orientation fédérale adoptée par l’Union Communiste Libertaire en juin 2020.

Israël, un État colonial

La classe dirigeante israélienne, et l’essentiel de la classe politique, sont profondément imprégnées d’une idéologie nationaliste et colonialiste, le sionisme. Cette idéologie est née dans un contexte de développement de l’antisémitisme et du nationalisme en Europe. À la différence des courants assimilationnistes ou révolutionnaires, les courants sionistes considéraient l’antisémitisme comme inéluctable tant que les juifs et juives resteraient partout minoritaires et ont eu pour objectif historique de constituer une majorité nationale juive en Palestine, ce qui est passé par l’expulsion des Palestiniennes et Palestiniens tout au long du processus colonial, et par une politique d’épuration ethnique.

Dans cette continuité, la classe dirigeante israélienne actuelle a pour objectif de maintenir un État sur des bases ethno-nationalistes dans lequel la majorité nationale reste juive. Une partie de cette classe dirigeante a même pour projet politique l’exclusion totale des minorités arabes et druzes : la loi de 2018 sur « l’État-nation du peuple juif » est la conséquence inéluctable de la politique menée avec constance depuis 1948.

Pourtant, loin d’être homogène, la société israélienne, modelée par la guerre et la recherche d’une identité, est communautarisée à l’extrême. Les Arabes israélien·nes – y compris les Druzes – sont considéré·es comme des « sous-citoyen·nes » et ne bénéficient pas des mêmes droits que les Israéliennes et israéliens juifs. Au sein même de la population juive, d’importantes tensions existent entre les Ashkénazes, les Séfarades, les Mizrahim et les Juives et Juifs éthiopiens. Le pôle anticolonialiste et antiraciste, bien que très minoritaire, représente un des soutiens concrets les plus directs au peuple palestinien. À l’autre bout, les courants nationalistes-religieux et le lobby des colons constituent un pôle ultranationaliste, homophobe, patriarcal et jusqu’au-boutiste qui pèse de plus en plus sur l’État israélien.

L’expansionnisme sioniste ne répond pas seulement aux caractéristiques d’une guerre de conquête. Il s’est constamment doublé d’une politique d’épuration ethnique. Pendant la guerre de 1948, en poussant des centaines de milliers de civil·es palestinien·nes à l’exode sans retour. À l’issue de la guerre de 1967, en évitant d’annexer la Cisjordanie et Gaza – ce qui aurait obligé Israël à conférer la citoyenneté à ses habitant·es – mais en se contentant d’occuper militairement ces régions, privant ses habitant·es de tout droit. Avec l’arrivée au pouvoir du Likoud (1977), le discours ethno-nationaliste s’est renforcé et la colonisation de la Cisjordanie s’est intensifiée. La politique de colonisation forcée de Jérusalem-Est est la démonstration qu’une politique d’épuration ethnique peut également se mener en temps de « paix ».

La religion n’a pas joué de rôle dans l’émergence du sionisme, qui définit la judéité comme une nationalité, sur le modèle ethno-nationaliste. La création de l’État d’Israël a amené une partie des courants religieux qui lui étaient initialement opposés à s’y rallier dans une « synthèse nationale-religieuse », qui entend justifier l’existence de l’État a posteriori par des arguments religieux globalement absents du projet sioniste initial. Les nationalistes « laïques », eux, justifient la construction de l’État israélien au nom d’un royaume hébreu ayant existé sur ce territoire il y a 2.500 ans.

Les intérêts économiques ne sont pas non plus la cause première de l’expansionnisme israélien. Sur le fond, la politique expansionniste des sionistes est typique de ces situations rares où l’idéologie l’emporte sur la rationalité économique. Le coût économique et social de la colonisation et de l’occupation militaire est sans commune mesure avec les quelques avantages que peuvent représenter le contrôle de ressources naturelles et d’un prolétariat palestinien privé de droits.

L’un des ressorts majeurs de cette idéologie au sein de la diaspora juive et de la population israélienne est la peur d’un nouveau génocide, qui amène à considérer comme essentiel le maintien d’une « majorité nationale » juive dans un « État refuge », Israël, quel qu’en soit le prix. Pourtant, loin de représenter un refuge face à l’antisémitisme, cette politique contribue à l’isolement de la minorité juive dans les autres pays, et entraîne la population israélienne dans une fuite en avant guerrière et coloniale. Elle évacue la question essentielle de la lutte contre l’antisémitisme, en voulant la subordonner à un soutien à l’État israélien, et évacue aussi d’autres questions comme le « droit au retour » dans leur pays d’origine des minorités juives mizrahim et séfarades dont la culture arabe/perse/kurde... est niée.

Cependant, le colonialisme israélien a un intérêt économique et géostratégique majeur pour les impérialistes occidentaux : du mandat britannique à la création de l’État d’Israël, soutenue aussi bien par l’Occident que par l’URSS, ces derniers ont toujours souhaité garder sous contrôle le Proche et Moyen-Orient, enjeu géostratégique et économique majeur.

Le peuple palestinien, en lutte pour ses droits

Le peuple palestinien, dans toutes ses composantes, se bat avant tout pour ses droits. Les Palestiniennes et Palestiniens dits « de 48 » (Arabes israélien·nes, dont les bédouins) se battent pour l’égalité des droits et contre les discriminations. Celles et ceux de Cisjordanie et de la bande de Gaza se battent contre l’occupation militaire et pour la souveraineté sur leurs terres. Les réfugié·es se battent pour le droit au retour ou une indemnisation pour les préjudices subis. Même si les priorités de ces composantes peuvent diverger, une solidarité profonde les lie face à l’oppression.

Aujourd’hui, la résistance palestinienne est essentiellement une résistance civile et pacifique. Militairement, l’Autorité palestinienne – comme avant elle et l’Organisation de libération de la Palestine – ne pèse guère face à Israël. C’est cette incapacité à gagner leur indépendance par les armes qui a pu pousser de jeunes Palestinien·nes désespéré·es à devenir des «  martyr·es  » dans des attentats-suicides.

Là encore, la religion n’était pas la motivation essentielle. Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa sont avant tout des symboles nationaux. La résistance palestinienne formée dans les camps entre 1948 et 1967, était profondément laïque, à l’image de la majorité du peuple palestinien où musulman·es et chrétien·nes de toutes obédiences vivent en bonne intelligence. Le projet de « Palestine démocratique », porté par l’OLP de 1969 à 1993, évoquait un pays unique, laïque, dont les citoyennes et les citoyens, qu’ils soient athées ou de confessions juive, musulmane ou chrétienne, pourraient vivre dans la liberté et l’égalité. Ce projet se voulait l’antithèse de l’État ethnique discriminatoire incarné par Israël.

Les intérêts économiques que peut avoir le peuple palestinien à son émancipation vont de soi : droits sociaux, droit de cultiver sa terre, droit de prendre la mer, liberté de circulation, récupération ou indemnisation pour les biens spoliés, etc. C’est l’échec de la réalisation de ce projet laïc qui a ouvert la voie à des courant « nationaux-religieux » comme le Hamas et le Djihad islamique, initialement regardés avec bienveillance par l’État israélien qui y a vu l’opportunité d’éloigner toute perspective de solution en rupture avec l’ethno-nationalisme.

Le peuple palestinien seul face à l’occupant

La résistance palestinienne est aujourd’hui seule face à l’expansionnisme sioniste.

Elle n’a rien à attendre des puissances impérialistes occidentales. Le son de cloche est similaire en ce qui concerne les États de la région. S’ils se sont servi de la lutte palestinienne, ils ne l’ont que rarement servie. La Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Qatar comme l’Égypte ou la Syrie, ont été excédés par l’indépendance dont la résistance palestinienne a su faire preuve à leur égard.

Ils l’ont parfois combattue par les armes, en perpétrant des massacres comme celui de Septembre noir, en 1970. Aujourd’hui, malgré la pression de leurs opinions publiques, ces États préfèrent normaliser leurs relations avec l’État sioniste. [...]

L’aide internationale la plus sincère dont puisse bénéficier le peuple palestinien viendra de la société civile, dans les pays de la région, aux États-Unis, en Europe, en Israël même. C’est de l’action des anticolonialistes israéliens que les Palestiniennes et Palestiniens peuvent d’ailleurs attendre le plus.

La résistance populaire ne peut malheureusement pas se reposer sur l’Autorité palestinienne, critiquée et considérée comme illégitime par une grande partie de la population palestinienne du fait de sa collaboration avec l’occupant, et en concurrence avec le « gouvernement » du Hamas dans la bande de Gaza.

La laïcité, la liberté, l’égalité : un projet pour la Palestine

La paix ne pourra se faire sans justice. C’est la raison pour laquelle de « deal du siècle » brandi par Donald Trump n’aboutira à rien d’autre qu’à une surenchère coloniale. Essayer d’obtenir la paix sans répondre aux aspirations profondes d’autonomie et de reconnaissance du peuple palestinien ne pourra conduire qu’à l’échec, la désillusion et, de nouveau, à l’insurrection populaire. Des hypothèses de solution immédiates au conflit.

Des hypothèses de solution immédiates au conflit  :


- La création d’un État palestinien. Cette concession acceptée par l’OLP à Oslo en 1993 est un triste recul par rapport au projet initial de « Palestine démocratique ». Elle reconnaît l’existence de l’État d’Israël et la nécessité d’une partition ethnique. Un État est aujourd’hui l’objectif de court terme de la résistance palestinienne, qui permettra un minimum de sécurité dans des frontières internationalement reconnues. Mais cette solution semble aujourd’hui impossible du fait le l’ampleur de la colonisation, la viabilité d’un tel État, grand comme un département français et sans continuité territoriale, étant plus que douteuse.
- La naissance d’une fédération israélo-palestinienne. Dans des frontières uniques, deux entités juridiques, une « israélienne » et une « palestinienne ». Ce projet a l’avantage de garantir l’autonomie culturelle et l’égalité en droits de deux peuples qui se pensent différents, et notamment de répondre à l’aspiration profonde des Israélien·nes à un « foyer national juif ». Mais sur le long terme, il représente un risque de dérive à la libanaise, avec son morcellement communautaire.

Ces deux projets ont essentiellement une valeur tactique. Non antagonistes, ils expriment ce qui peut être possible, par étapes, dans une situation donnée, à un moment donné. Ils ne doivent pas focaliser les débats car, en eux-mêmes, ils ne satisferaient pas les attentes palestiniennes – ils ne répondent pas, par exemple, à la question cruciale des réfugié·es et de leurs droits, question qui tant qu’elle ne sera pas réglée sera source de conflit majeur.

Un pays unique, laïc et démocratique, qui ne pourrait avoir pour nom « Israël » reste la seule solution politique à même d’assurer la paix et l’égalité entre tous et toutes les citoyens, quelle que soit leur appartenance culturelle. Cette solution, si elle peut sembler hors de portée dans la période, reste de mise pour toutes et tous les militants, Israéliens comme palestiniens, hostiles à la ségrégation ethnique et au racisme d’État. La présence de forces politiques en Israël comme en Palestine, ayant une interprétation religieuse et raciste du conflit, menace un tel projet. En retour, la réconciliation, la paix, l’égalité et la laïcité sont les meilleures armes pour combattre ces intégrismes.
La perspective d’une « fédération du Moyen-Orient socialiste », si elle n’est pas une condition préalable à une telle solution, peut représenter un point d’appui important à la résistance palestinienne, en balayant les régimes de la région qui ont intérêt à écarter toute solution réelle et anticolonialiste au conflit.

L’UCL milite pour le droit à l’autodétermination du peuple palestinien

Pour la résistance palestinienne, soutenue par la majorité de la population palestinienne, cette autodétermination implique :

l’évacuation par l’armée israélienne de tous les territoires occupés depuis 1967 et la fin du blocus de Gaza ;
le démantèlement de toutes les colonies et infrastructures coloniales en Cisjordanie ;
le droit des réfugié·es au retour dans leurs foyers et/ou à une juste réparation ;
l’égalité réelle des droits entre citoyen·nes arabes et non arabes en Israël ;
le droit à la création d’un État viable à côté d’Israël. Garder la perspective, sur le long terme, d’un pays unique, laïque et démocratique, reste cependant une nécessité ;
l’aide à la reconstruction de toutes les infrastructures détruites et de l’économie palestinienne.

Dans l’immédiat, l’Union communiste libertaire :

- réaffirme son soutien à la résistance palestinienne ;
- réaffirme son soutien aux anticolonialistes et aux réfractaires de l’armée israélienne ;
- condamne toute interprétation et revendication raciste ou religieuse liée au conflit en Palestine. Le racisme anti-arabe comme l’antisémitisme sont instrumentalisés par l’État israélien, par les courants sionistes pour justifier la guerre ethnique que l’État israélien mène, par les nationalistes-religieux, par les dirigeants et classes dominantes des pays de la région. Nous affirmons que la double lutte contre le racisme anti-arabe et contre l’antisémitisme est une clé essentielle de la résolution du conflit israélo-palestinien. Construire une alternative crédible et concrète face à l’antisémitisme est une condition essentielle pour affaiblir l’influence politique des courants sionistes ;
- appelle à la démilitarisation de la société israélienne.
- appelle à exercer des sanctions économiques sur l’État israélien colonial, d’une part par l’abrogation de l’« accord d’association » économique, militaire et scientifique entre l’Union européenne et Israël ; d’autre part, sans attendre, par le boycott des produits importés d’Israël via la campagne internationale Boycott Désinvestissement Sanction (BDS) ;
- appelle à l’arrêt de toute coopération militaire avec l’État d’Israël.

Union communiste libertaire, juin 2020

machrek / arabie / irak / impérialisme / guerre / nouvelles Friday May 14, 2021 02:19 byIlan Shalif

La nuit dernière, nous avons vu le résultat de l’accumulation de la colère des jeunes, qui sont les principales victimes de la pandémie et de la crise du COVID-19. La grande montée du chômage a entraîné une montée également de la pression subie par les Palestiniens à Jérusalem et dans les villes multiethniques de l’État d’Israël. L’intensité de la violence policière a augmenté de même lors de la répression des rassemblements et autres mobilisations.

La Palestine s’embrase en ce moment, avec en fond le projet sioniste de déplacement tous les Palestinien.ne.s de l’autre côté du Jourdain, (et de la mer Morte au sud). A l’époque de la guerre -et même immédiatement après la guerre- il y a eu une vague d’expulsions massives. Depuis lors et la plupart du temps (même avant la déclaration officielle d’un État d’Israël)- les difficultés de la vie quotidienne sous la dure domination israëlienne ont été telles pour les Palestinien.ne.s avec pour conséquenceune émigration « de leur plein gré ».

À Jérusalem, une intense pression s’exerce sur les Palestinien.ne.s pour les déplacer, et ce d’autant plus qu’en échange de services en Syrie et contre l’Iran, Israël a eu « les mains plus libres » en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Le changement du rapport de force interne entre le Fatah et le Hamas, et le déclin du pouvoir de l’élite dirigeant le Fatah de manière autonome ont favorisé un engagement d’une jeunesse plus audacieuse.

La « goutte d’eau qui a fait déborder le vase » a été l’intensification de la pression sur les Palestiniens annexés à Jérusalem et l’atteinte à l’autonomie des musulmans dans le temple du Mont (dont l’Esplanade des Mosquées) pendant la période importante pour les religieux du Ramadan.

Pour part cet embrasement était destiné à servir les intérêts du Premier ministre israélien Netanyahu qui a perdu les élections (de manière plus catastrophique que les 3 précédentes, tous les six mois)… mais il semble que l’embrasement actuel soit un peu sorti des rails et devenu incontrôlable (tant à Gaza qu’à Jérusalem).

La pression du président des USA Joe Biden, dont les intérêts diffèrent de ceux de Donald Trump, a pour conséquence une pression accrue sur Israël pour qu’il diminue sa pression sur les Palestinien.ne.s de Jérusalem Est.

La nuit dernière, nous avons vu le résultat de l’accumulation de la colère des jeunes, qui sont les principales victimes de la pandémie et de la crise du COVID-19. La grande montée du chômage a entraîné une montée également de la pression subie par les Palestiniens à Jérusalem et dans les villes multiethniques de l’État d’Israël. L’intensité de la violence policière a augmenté de même lors de la répression des rassemblements et autres mobilisations.

Les efforts accrus d’Israël pour restreindre l’autonomie des Palestiniens au Mont Temple, la répression brutale des rassemblements et des marches, ainsi que le blocage temporaire des déplacements des musulmans israéliens au Mont Temple, ont été des étapes décisives. Elles ont abouti à un soulèvement déterminé, et pour le Hamas de Gaza à une implication farouche (y compris un ultimatum à Israël de se retirer du Mont Temple et du quartier de Sheikh Jarakh).

L’État israélien a peur d’un nouveau round de confrontation à propos Gaza après l’échec humiliant dans la gestion du round précédent il y a six ans.

Le 11 mai 2021, Ilan Shalif.

This page has not been translated into 한국어 yet.

This page can be viewed in
English Italiano Català Ελληνικά Deutsch



Fri 14 May, 07:37

browse text browse image

photo5825431007795459852_3.jpg imageIn Solidarity with Colombian People in Struggle May 14 05:18 by Various anarchist organisations 0 comments

photo5825431007795459852_2.jpg imageIn Solidarität mit dem kämpfenden Volk in Kolumbien May 14 05:08 by Various anarchist organisations 0 comments

autoc_ucl_antifa.png imageLe fond de l’air est brun May 14 04:59 by Union Communiste Libertaire 0 comments

illu_palestine_1.png imagePour une Palestine libre et démocratique May 14 04:50 by Union Communiste Libertaire 0 comments

illu_palestine.png imageUn bref compte-rendu des événements récents en Palestine May 14 02:19 by Ilan Shalif 0 comments

image_ucl_palestine.png imageNon au massacre, non à l’apartheid, liberté pour la Palestine ! May 14 02:11 by Union Communiste Libertaire 0 comments

«Μια επανάσταση αρουραίων» του Diều Hâu imageΟι ανεκπλήρωτες `... May 13 19:43 by Βιετναμέζοι αναρχικοίi 0 comments

textIn solidarietà con il popolo colombiano in lotta May 13 03:10 by Varie organizzazioni anarchiche 0 comments

textEm Apoio ao Povo em Luta na Colômbia May 12 23:01 by Coordenação Anarquista Brasileira - CAB 0 comments

460_0___30_0_0_0_0_0_photo5825431007795459852.jpg imageΑλληλεγγύη στον _... May 12 21:15 by Αναρχοκομμουνιστικές οργανώσεις 0 comments

israelexplosioningaza.jpg imageAn account on the current events in Palestine May 12 19:50 by Ilan Shalif 1 comments

happy_birthday_10.png imageComunicado sobre el Paro Nacional y las Jornadas de Protesta en Colombia May 12 03:26 by ViaLibre 0 comments

fao1.jpg imageSolidaridad Con El Pueblo Colombiano Y Su Levantamiento Popular May 12 02:21 by Frente Anarquista Organizado 0 comments

photo5825431007795459852_1.jpg imageEn solidarité avec le peuple colombien en lutte May 11 19:35 by Diverses organisations anarchistes 0 comments

photo5825431007795459852.jpg imageEn Apoyo al Pueblo que Lucha en Colombia May 11 19:31 by Vários organizaciones anarquistas 0 comments

japanese_anarchists.jpg imageΟι μάρτυρες του Τ ... May 10 21:32 by Ba Jin 0 comments

“A Rats' Revolution” by Diều Hâu imageThe Broken Promises of Vietnam May 09 21:13 by Vietnamese Anarchists 0 comments

minutes.jpg imageMovie Review: ‘Six Minutes to Midnight’ (2020) May 06 16:26 by LAMA 0 comments

177033866_289339689395814_8814054742921229380_n.jpg imageΗ επανάσταση του 182... May 05 20:39 by Αναρχικοί Αναργύρων–Καματερού 0 comments

genefaf_26e9da.png imageL’appel des généraux ou le fascisme en embuscade May 05 04:12 by bast 0 comments

first_may.jpg image1η Μάη 1886-1986: Ένας αιών ... May 04 19:07 by Για τη Συγκρότησης Ένωση Αναρχ. Εργατών 0 comments

1er_mai_fr2.jpg image★ Déclaration internationale pour le 1er Mai ★ May 04 07:21 by Diverses organisations anarchistes 0 comments

premier_mai_ucl_1_orlans.png imagePremier Mai : Un coup porté contre l’un·e d’entre nous est un coup porté contre nous tou·t... May 04 06:53 by Union Communiste Libertaire 0 comments

179972969_388501498889428_7740708459301923117_n.jpg imageΌλοι και όλες στο ... May 03 20:33 by Αναρχική Ομοσπονδία 0 comments

_117840122_mediaitem117839610.jpg imageA Statement about Kill the Bill May 03 18:09 by A few members of Haringey Solidarity Group 0 comments

139353.jpg imageBalas contra piedras – Paro Nacional Indefinido – 28A May 03 11:05 by Colectivo Contrainformativo Subversión 0 comments

181472251_2847728105447489_2795519133014695161_n.jpg imageΔιεθνής ανακοίνω... May 02 20:22 by Αναρχοκομμουνιστικές οργανώσεις 0 comments

photo_20210427_073216.jpg imageStatement on International Workers Day 2021 May 02 05:40 by Anarchist communist organisations 0 comments

textDichiarazione Sulla Giornata Internazionale Dei Lavoratori E Delle Lavoratrici 2021 May 02 05:06 by Varie organizzazioni anarchiche 0 comments

1_de_mayo_2021.jpeg imageContra la precarización de la vida, fortalezcamos la lucha obrera y popular. Comunicado 1 ... May 01 22:56 by ViaLibre 0 comments

more >>
© 2005-2021 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]